Annie Moineau

Conseiller spécial

Le Dr Annie Sparrow est une intensiviste pédiatrique d'origine australienne et spécialiste de la santé mondiale accréditée en Australie, au Royaume-Uni et aux États-Unis. Elle combine ses compétences cliniques avec une expertise en santé publique acquise en travaillant dans certains des endroits les plus marginalisés du monde, des camps de réfugiés et de détention, et pays déchirés par la guerre.

photo d'Annie Sparrow

Après être passée de Flying Doctor dans l'arrière-pays australien à une étudiante à la maîtrise en santé publique à Harvard, elle a rejoint Human Rights Watch en 2004. En tant que premier médecin clinicien, ses recherches sur les violences sexuelles et les crimes de guerre au Darfour l'ont amenée à être appelée par l'Internationale. Tribunal pénal en tant que témoin expert.

Après Human Rights Watch, elle a passé plusieurs années à Nairobi pour répondre à des urgences complexes dans divers pays déchirés par la guerre pour Catholic Relief Services, et une année supplémentaire en Somalie pour diriger le programme de lutte contre le paludisme de l'UNICEF et administrer la subvention de 27 millions de dollars du Fonds mondial. En 2010, elle a déménagé à New York, a terminé les commissions médicales américaines et a rejoint la faculté de la Icahn School of Medicine à Mount Sinai, où elle enseigne l'aide humanitaire dans les situations d'urgence complexes.

Depuis 2013, son travail sur et en Syrie comprend la documentation des agressions systématiques contre les soins de santé, la formation de médecins aux traumatismes et maladies infectieuses, et la recherche sur l'impact des violations des droits de l'homme et du droit international humanitaire sur la santé publique. Elle a développé le concept de la militarisation des soins de santé - transformer le besoin de santé des gens en une arme contre eux, en les en privant.

Praticienne expérimentée familiarisée avec la fourniture de soins cliniques directs et la gestion d'épidémies à grande échelle, elle a travaillé sur le terrain dans de nombreuses épidémies, formant d'autres médecins sur le tas, notamment le choléra au Zimbabwe, la dysenterie au Timor-Leste, la polio en Syrie, Ebola dans l'est du pays. Congo, et plus récemment Covid19. Moins visible est son dévouement aux enfants d'Idjwi, une île isolée de l'est du Congo où l'espérance de vie n'est que de 25 ans. Chaque été, elle travaille avec des agents de santé locaux et des enseignants. Ensemble, ils soignent des centaines d'enfants contre le paludisme et les maladies tropicales négligées à l'école primaire de Buhumba, avec le soutien du Idjwi Island Education Fund.

Elle a publié de nombreux articles sur la polio, le virus Ebola, le coronavirus, la résistance antimicrobienne et d'autres menaces de pandémie, la guerre chimique, la militarisation des soins de santé et la politisation de l'aide humanitaire. En plus de la CPI, elle a témoigné devant le comité des affaires étrangères de la Chambre des États-Unis à Washington et au Dail à Dublin.

En plus de publications évaluées par des pairs dans des revues médicales prestigieuses telles que le Lancet et le NEJM, elle écrit régulièrement pour Foreign Policy, Foreign Affairs et le New York Review of Books, ainsi que des articles occasionnels pour le NYT et le Washington Post.