Couverture de 5 numéros

5 problèmes liés au sport et aux droits humains à surveiller en 2022

La semaine dernière, le Centre a publié notre Rapport d'activité annuel, passant en revue 2021 et se projetant vers 2022. Comme pour année dernière, le rapport annuel comprend les cinq principaux problèmes liés au sport et aux droits de l'homme sur lesquels nous travaillerons cette année :

Gettyimages 1236994705 Petit

Action climatique dans le sport

Le sport sera invité à aider à relier les agendas du climat et des droits de l'homme

Le sport ne peut pas être un spectateur dans les débats et les réponses en cours sur le changement climatique. Les menaces croissantes de conditions météorologiques extrêmes, notamment les inondations, les incendies et la hausse des températures, auront de plus en plus d'impact sur le calendrier et les infrastructures des événements sportifs, et poseront des risques plus importants pour la santé et le bien-être des athlètes et des fans, en particulier les jeunes et les moins jeunes qui sont les plus vulnérables. L'année 2022 apportera probablement un examen plus approfondi de la manière dont le sport à tous les niveaux fait face à la crise climatique et établit des liens avec les responsabilités en matière de respect et de protection des droits de l'homme.

Il existe des exemples importants de dirigeants sportifs engagés dans l'agenda climatique. Près de 300 fédérations sportives et membres de l'écosystème sportif au sens large ont adhéré à l'initiative Sport for Climate Action des Nations Unies et se sont engagés à réduire leur impact sur le climat, ainsi qu'à plaider pour des réponses responsables. Les militants sportifs soulignent également la nécessité d'un leadership sur les questions climatiques.

En 2022, les dirigeants sportifs devront également reconnaître et agir sur les liens entre le changement climatique et le respect des droits humains fondamentaux. En 2021, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a officiellement reconnu le droit à un environnement sain et a établi un nouveau mandat d'expert sur le changement climatique et les droits de l'homme. Que signifient ces évolutions pour le sport ?

Les dirigeants sportifs ont la possibilité de prendre des mesures ciblées pour renforcer leur propre diligence raisonnable en matière de droits de l'homme de manière à tenir compte des impacts négatifs réels et potentiels sur les personnes liées au changement climatique. Cela peut couvrir un large éventail de problèmes, allant des préjudices aux individus et aux communautés liés à la perte et aux dommages des infrastructures sportives, aux décisions d'aménagement du territoire et à l'utilisation des rares réserves d'eau, aux problèmes de sécurité des athlètes liés à la chaleur accablante, entre autres.

Le monde du sport devrait également contribuer à des initiatives plus larges portant sur les droits des personnes les plus vulnérables au changement climatique. Étant donné que le sport mondial a une empreinte d'émissions importante à l'échelle mondiale, il est temps pour toutes les parties concernées de s'engager dans des mesures constructives pour gérer les nombreuses transitions nécessaires pour faire face à la crise climatique pour ceux qui sont touchés aujourd'hui et pour les générations à venir qui aiment le sport.

Cimenter les droits de l'homme dans la gouvernance du sport

Les appels se multiplieront pour que les dirigeants intègrent pleinement les droits de l'homme dans la gouvernance et la culture du sport

Gettyimages 1236255966 Petit

De nombreux défis en matière de droits humains auxquels est confronté le secteur du sport peuvent être attribués à des questions de gouvernance, de leadership et de culture. Les initiatives d'intégrité sportive et de sport sécuritaire font certainement partie de la solution, mais les droits de l'homme sont beaucoup plus larges et l'intégration de ces préoccupations dans le tissu du sport nécessite des mesures centrées sur les personnes pour remédier aux déséquilibres de pouvoir actuels et historiques et protéger les parties prenantes vulnérables.

En 2022, les attentes des personnes occupant des postes de direction dans le sport s'intensifieront probablement avec des appels à donner le ton sur les risques et les réponses en matière de droits humains. Cela nécessitera de montrer l'exemple et d'assurer une bonne gouvernance et des processus équitables à tous les niveaux du sport. Cela est nécessaire pour rendre les structures de gouvernance adaptées à leur objectif en termes de droits de l'homme.

Dans le sport, le leadership responsable est particulièrement important. Le secteur se caractérise par un degré élevé d'autonomie et d'autorégulation sur la base que le sport est bien plus qu'une proposition commerciale. En effet, la Charte européenne du sport révisée stipule que le sport doit bénéficier de processus décisionnels autonomes et choisir ses dirigeants de manière démocratique, les gouvernements et les organisations sportives reconnaissant la nécessité du respect mutuel. Dans ce contexte, si le sport doit vraiment servir la société, l'autonomie doit être étayée par une licence sociale forte et des systèmes clairs de responsabilité. Les personnes occupant des postes de direction devront continuer à démontrer une volonté proactive de participer à un engagement significatif des parties prenantes avec ceux qui sont touchés par leurs décisions et de renforcer leurs engagements individuels et collectifs envers la prévention et l'atténuation des dommages. Cela inclut les organismes sportifs qui s'efforcent quotidiennement de gagner et de conserver la confiance des athlètes, des communautés locales et de tous ceux qu'ils cherchent à représenter et à servir à travers leurs activités.

S'attaquer aux problèmes systémiques, notamment la discrimination et les abus sexuels, nécessite désormais un leadership audacieux, empathique et respectueux, ainsi que des niveaux sincères d'humilité, de transparence et d'ouverture au sein de la gouvernance sportive afin de créer des cultures véritablement justes, accessibles, inclusives et habilitantes. Cela signifie reconnaître, gérer et atténuer les conflits d'intérêts. Cela signifie également transformer les structures et les systèmes pour assurer une plus grande diversité et représentation au sein des cadres de gouvernance et de gestion, y compris dans la recherche de talents pour diriger les instances sportives, ainsi que l'adoption de codes de conduite solides sur lesquels on peut compter. La bonne gouvernance doit également inclure des enquêtes indépendantes et transparentes et des processus de recours efficaces lorsque les choses tournent mal.

L'année à venir verra des efforts continus de la part d'un éventail d'acteurs pour développer des outils pratiques, des conseils et du matériel pour soutenir les dirigeants sportifs dans le travail qu'ils doivent faire pour adopter des engagements en matière de droits de l'homme, entreprendre une diligence raisonnable et mettre en œuvre des cadres solides de politique, d'évaluation et de mesure. Pour ceux qui souhaitent passer à la vitesse supérieure, les feuilles de route et le soutien existent de plus en plus pour faire une différence positive et renforcer l'ensemble de l'écosystème sportif.

Gettyimages 1322384416 Petit

Égalité des genres et inclusion

Les conversations sur l'équité et l'inclusion incluront de plus en plus des approches fondées sur les droits de l'homme

Les droits des athlètes transgenres et des athlètes présentant des variations dans les caractéristiques sexuelles continueront d'être un sujet tendance dans le domaine du sport et des droits de l'homme en 2022. La conversation devrait passer d'une focalisation sur le droit de participer à des sports de compétition à la manière dont l'inclusion peut être gérée. d'une manière qui respecte les droits de l'homme et assure une concurrence sûre et équitable pour tous. Bien que certaines entités sportives aient soutenu que l'équité et l'inclusion sont deux objectifs inconciliables dans nos modèles sportifs actuels, le défi cette année sera d'aller au-delà de ces points de vue opposés et de rechercher des solutions innovantes qui sont, avant tout, basées sur le respect de la droits de l'homme de tous les athlètes participants ou en compétition.

Le cadre du CIO sur l'équité, l'inclusion et la non-discrimination sur la base de l'identité de genre et des variations sexuelles, récemment publié, fournit des orientations initiales dans cette direction, qui évolueront. À partir de mars 2022, les Fédérations Internationales (FI) seront chargées de définir comment ce cadre fonctionnera dans la pratique appliqué à des sports, disciplines et événements spécifiques.

Le CIO s'est engagé à fournir des webinaires et des ateliers éducatifs, ainsi que des conseils plus spécifiques à ceux qui en font la demande, afin d'aider les FI à réévaluer et à repenser leurs politiques et critères d'éligibilité conformément aux principes du cadre. La sensibilisation et le renforcement des capacités des fédérations nationales, des entraîneurs et des membres des équipes des athlètes seront essentiels pour éviter les interprétations erronées et l'utilisation inappropriée des règles au niveau local. L'absence de telles mesures a causé du tort aux athlètes et ne doit pas être répétée. La gouvernance du sport à tous les niveaux devra veiller à ce que les processus de diligence raisonnable en matière de droits de l'homme soient entrepris et si des préjudices inattendus se produisent, des recours accessibles et efficaces sont fournis.

2022 verra également probablement une augmentation significative des recherches menées dans ce domaine émergent, car l'une des principales recommandations du cadre du CIO est que les identités de genre diverses et les variations des caractéristiques sexuelles ne doivent pas être considérées comme un signe incontestable d'avantage disproportionné ni impliquer inévitable risque pour les autres athlètes. Au contraire, toutes les règles d'éligibilité devraient être basées sur des recherches éthiques, crédibles et évaluées par des pairs. Maintenir les approches des droits de l'homme au centre de ces développements sera essentiel pour garantir des résultats positifs pour toutes les parties concernées.

Vaincre l'exclusion institutionnelle

Les efforts pour lutter contre le racisme institutionnel, l'injustice sociale et les séquelles du colonialisme dans le sport continueront d'attirer l'attention mondiale

Gettyimages 1264850600 Petit

Le racisme, l'injustice sociale et l'héritage du colonialisme dans le sport ne sont pas nouveaux, mais les demandes du public de prendre des mesures plus efficaces pour y remédier devraient prendre une nouvelle urgence en 2022 et au-delà.

En 2021, un certain nombre d'événements sur tous les continents ont mis en évidence la prévalence et les méfaits du racisme et de la discrimination dans le sport, tant sur le terrain de jeu qu'en dehors. Les exemples comprenaient des abus raciaux incessants ciblant des athlètes lors de diverses compétitions et en ligne ; enquêtes sur le racisme institutionnel et les pratiques d'exclusion dans les équipes sportives et les clubs; critiques et débats continus sur la défense des droits des athlètes et l'activisme liés aux questions de justice sociale et examen continu des organismes sportifs liés à la diversité des expériences et à la représentation dans les rôles et les structures de leadership.

Malgré ces développements préoccupants et d'autres à l'échelle mondiale, il y a également eu des poches de progrès récents qui méritent d'être signalés. Les gouvernements et les organismes publics de financement s'engagent de plus en plus à fournir un soutien réglementaire et des conseils plus explicites pour lutter contre le racisme et l'exclusion dans le sport. Certains organismes sportifs et organisateurs d'événements majeurs ont pris des engagements formels pour permettre une plus grande reconnaissance et représentation des personnes issues de groupes historiquement marginalisés, par exemple les peuples autochtones, les personnes handicapées, les femmes et les filles. De vastes débats et discussions se sont développés dans un certain nombre de sports sur la conception organisationnelle universelle, accessible et inclusive et la représentation dans le leadership, y compris des pays du Sud et des petits États insulaires. Il y a également eu une croissance des nouveaux accords commerciaux qui fourniront une meilleure couverture mondiale des événements des régions traditionnellement sous-représentées.

En réalité, ces progrès sont encore sporadiques et limités, et il reste encore beaucoup à faire. Les défis du manque de représentation et d'égalité d'accès sont endémiques pour diverses raisons sociales, normes culturelles, constructions patriarcales et héritages des injustices historiques et du colonialisme. En 2022, l'écosystème sportif verra de nouveaux appels et campagnes pour renforcer les initiatives existantes afin de résoudre ces problèmes de manière transparente et pour de nouvelles stratégies qui adoptent une approche de tolérance zéro face au racisme et à l'injustice sociale. Si le sport et ses partenaires corporatifs et de diffusion peuvent s'acquitter de leurs responsabilités, être proactifs quant à leur devoir de diligence et être plus inclusifs, accessibles et accueillants, alors les bases peuvent être jetées pour un leadership transformationnel ayant un impact réel sur les personnes et les communautés.

Santé mentale et inégalités en santé

S'attaquer aux effets continus du Covid-19 sur la santé et aux nouveaux problèmes de santé sera une priorité pour la communauté sportive

Gettyimages 1332254564 Petit

Le Covid-19 continue d'augmenter dans de nombreux pays et est particulièrement préoccupant dans les zones où les taux de vaccination sont faibles. Les effets de la pandémie sur le sport féminin, l'accès du public au sport et les implications à long terme pour la plupart encore inconnues du Covid-19 que nous avons évoquées en 2021 continuent d'être préoccupantes. À l'approche de 2022, la santé mentale et les inégalités mondiales en matière de santé rejoignent cette liste de surveillance.

La pandémie a mis les problèmes de santé mentale au premier plan. Les Jeux olympiques de Tokyo ont vu des athlètes de haut niveau se retirer d'événements en raison de problèmes de santé mentale. Depuis 2020, les syndicats d'athlètes ont fait pression pour que les athlètes, comme les autres travailleurs, soient protégés par les normes de l'OIT et pour que l'importance de la santé mentale soit reconnue. Alors que bon nombre des plus grands événements sportifs du monde se déroulent cette année, 2022 verra probablement davantage d'athlètes s'exprimer et faire pression pour leur santé mentale, ouvrant la porte aux travailleurs, aux bénévoles et à d'autres pour qu'ils fassent de même. La pression augmentera sur les fédérations sportives, les sponsors et les autres acteurs du sport pour qu'ils prennent au sérieux et s'occupent de la santé mentale des athlètes.

Les inégalités mondiales en matière de santé, mises en évidence par la pandémie, seront également une priorité en 2022, notamment en s'attaquant à leurs impacts sur les événements sportifs et les athlètes mondiaux. La Coupe d'Afrique des Nations a été impactée par de graves épidémies de Covid-19 qui appauvrissent les formations de départ des équipes. Cela a conduit le gouvernement hôte du Cameroun à augmenter les tests dans le but d'encourager davantage de fans à assister aux matchs. L'accès aux vaccins dans les pays du Sud restera un défi qui doit être relevé de toute urgence et avec des investissements cette année.

Pour les prochains Jeux olympiques d'hiver de Pékin, bien que la vaccination ne soit pas obligatoire pour les athlètes, ceux qui ne seront pas vaccinés devront faire face à 21 jours complets de quarantaine, ce qui affectera considérablement leurs préparatifs pour l'événement et affectera de manière disproportionnée les athlètes des pays à faible taux de vaccination, dont beaucoup eux dans les pays du Sud. Alors que les athlètes étaient prioritaires pour la vaccination avant les Jeux olympiques de Tokyo 2020, il n'est pas clair si cela sera vrai pour Pékin, ou si cela est justifié compte tenu de l'urgence de donner la priorité aux personnes à risque.

La controverse de l'Open d'Australie sur Novak Djokovic et son expulsion d'Australie soulève des questions quant à savoir si les athlètes devraient se voir offrir des exemptions pour voyager alors qu'une grande partie du monde continue de faire face à des quarantaines et à d'autres contraintes, et rappelle le défi permanent de coordonner les règles autour des événements avec règlements du gouvernement hôte. Les exigences de vaccination et les exemptions pour les événements sportifs en 2022 mettent en évidence des inégalités de santé plus larges dans la société et continueront probablement d'être examinées.

Images

  • Image 1 : Le stade 974 a été construit pour la Coupe du monde de la FIFA 2022 au Qatar à l'aide de conteneurs d'expédition recyclés (Matthew Ashton - AMA/Getty Images).
  • Image 2 : Une bannière Protect Our Players est accrochée dans les tribunes avant un match de la NWSL (Ira L. Black - Corbis/Getty Images).
  • Image 3 : Le drapeau transgenre (en haut) et le drapeau de la fierté du progrès (en bas) flottent sur les Cubs de San Francisco (Lachlan Cunningham/Getty Images).
  • Image 4 : Lewis Hamilton a été victime d'abus raciaux sur les réseaux sociaux après sa victoire au Grand Prix de Grande-Bretagne 2021 (Mark Thompson/Getty Images).
  • Image 5 : Simone Biles s'est retirée de certaines des épreuves de gymnastique aux Jeux olympiques de Tokyo en raison de problèmes de santé mentale (Jamie Squire/Getty Images)

Articles Relatifs