Une mouffette à la garden-party: les Jeux olympiques de Sotchi, l'homophobie parrainée par l'État et les perspectives des droits de l'homme à travers des méga-événements sportifs

Une mouffette à la garden-party: les Jeux olympiques de Sotchi, l'homophobie parrainée par l'État et les perspectives des droits de l'homme à travers des méga-événements sportifs

Abstrait

Les grands événements sportifs, comme les Jeux olympiques, sont des sites de lutte politique. Situant les méga événements sportifs dans le contexte de la théorie sociale critique, cet article examine le potentiel du sport moderne à servir de véhicule pour la politique étrangère et la promotion des droits humains internationaux. Cet article examine les Jeux Olympiques d'hiver de 2014 à Sotchi à la lumière de la législation russe qui interdit la «propagande de relations non traditionnelles», ce qui entraîne ce que beaucoup ont qualifié d'homophobie parrainée par l'État. Soulignant la réponse de la communauté internationale à cette législation, comme les menaces de boycott, les déclarations politiques et les gestes symboliques de protestation, les implications de l'étude de cas de Sotchi révèlent le potentiel des méga événements sportifs pour faire progresser les droits humains des citoyens lesbiens, gays, bisexuels et transgenres en Russie et peut-être ailleurs. Les droits de l'homme étant historiquement et culturellement contestés, cet article traite du rôle de la politique identitaire et de l'internationalisme libéral dans le domaine de la diplomatie sportive mondiale. Enfin, l'étude de cas de Sotchi contribue aux discussions futures concernant les efforts visant à équilibrer les droits d'accueil, les droits de l'homme et les responsabilités sociales associées aux méga événements sportifs. Des recommandations spécifiques sont fournies.

Articles Relatifs