Mary Robinson ferme le forum de la chance sportive 2019

Centre pour le sport et les droits de l'homme

Le Forum Sporting Chance, qui s'est tenu les 21 et 22 novembre à Genève dans la salle historique XX du Palais des Nations des Nations Unies, est une formidable opportunité de débattre des principales questions relatives aux droits de l'homme et de leurs solutions, qui existent dans le monde du sport. 

Organisé par le Centre pour le sport et les droits de l'homme, l'Organisation internationale du travail, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme et le Bureau des Nations Unies à Genève, le programme a exploré comment différents acteurs du monde du sport peuvent utiliser leur influence individuelle et collective pour un monde du sport qui respecte pleinement les droits de l'homme. 

Mary Robinson, présidente du Centre pour le sport et les droits de la personne, a clôturé les deux jours de discussion du Forum, qui a passionnément rappelé aux plus de 300 dirigeants présents de toutes les communautés du sport et des droits de la personne pourquoi nous devons continuer à construire des ponts et à approfondir les relations menaces contre les droits de l’homme dans le monde.

 

 

Bonjour à tous. C'est un grand plaisir de voir autant de collègues et d'amis ainsi que de nombreux nouveaux visages au Forum Sporting Chance de cette année.

Je regrette de ne pas pouvoir être ici hier. J'ai été impressionné par la qualité des sessions d'aujourd'hui et je suis heureux que nous accordions une priorité particulière aux questions des droits de l'enfant et de la protection des enfants, d'autant plus que nous célébrons cette semaine le 30e anniversaire de la Convention relative aux droits de l'enfant.

Sous la direction de Mary Harvey, l'équipe du Centre a pris des mesures importantes pour donner la priorité aux enfants en tant que groupe clé dans notre travail de développement. Je salue les efforts visant à impliquer les experts des droits de l'enfant des Nations Unies, les organismes sportifs, les gouvernements et autres dans les panels plus tôt aujourd'hui, ainsi que la sensibilisation visant à inclure les perspectives des jeunes dans les discussions du Forum cette année (ce que nous nous sommes engagés à faire lorsque nous nous sommes réunis à Paris). Je sais que vous êtes résolu à faire fond sur cette approche dans les temps à venir et je demande instamment à tous ici de faire des droits des enfants - en particulier des nombreux acteurs du sport - une priorité centrale de nos efforts individuels et collectifs à mesure que nous progressons. 

Permettez-moi également de dire à quel point j'étais heureux d'avoir pu entendre directement la perspective des athlètes lors de la conversation entre Hakeem Al Araibi et Craig Foster. De tels récits rappellent avec force pourquoi les communautés du sport et des droits de l’homme ont besoin les unes des autres et pourquoi nous devons continuer à construire des ponts et à approfondir nos relations pour faire face aux menaces qui pèsent actuellement sur les droits de l’homme dans le monde.

Nous reconnaissons tous que la situation mondiale à laquelle nous sommes confrontés aujourd'hui est dangereuse à plusieurs niveaux - impulsions autoritaires croissantes de certains dirigeants gouvernementaux, espace réduit pour la société civile dans de nombreux pays, menaces graves contre des femmes et des hommes courageux qui défendent les droits de l'homme dans leurs communautés, discrimination continue et l'intolérance à l'égard des migrants et d'autres personnes perçues comme des «étrangers» ainsi que les impacts croissants de la crise climatique qui menacent la vie de millions de personnes aujourd'hui et bien d'autres dans les années à venir.

Bien entendu, ces défis ne devraient laisser aucun doute sur le besoin d'un leadership gouvernemental à tous les niveaux. La session précédente, qui a mis l'accent sur le rôle important des États et des organismes régionaux dans la promotion des programmes de droits de l'homme et de développement durable, a mis en lumière les domaines dans lesquels des progrès peuvent être réalisés. L’initiative prise par le gouvernement suisse de réunir les gouvernements qui organisent des manifestations sportives majeures pour partager les leçons apprises et s’entendre sur les bonnes pratiques constitue également un pas remarquable dans la bonne direction.

Comme je le dis souvent, citant Desmond Tutu, je suis un prisonnier d'espoir. Je crois sincèrement qu'au milieu de notre chaos actuel, nous avons des opportunités pour une grande créativité comme nous l'avons vu à ce Forum. Nous pouvons décider de réformer et de réinventer la gouvernance à tous les niveaux, et de trouver de nouvelles et meilleures façons de travailler ensemble pour résoudre les nombreux problèmes auxquels nous sommes confrontés. Travailler ensemble - «action collective pour le bien» - c'est pourquoi nous sommes tous ici.

Comme je l'ai dit l'année dernière lorsque nous nous sommes rencontrés à Paris, il existe sans aucun doute une énorme opportunité de faire progresser l'agenda des droits de l'homme par le sport. Nous devons utiliser tous les outils dont nous disposons pour transmettre l’importance des droits de l’homme, en particulier auprès des jeunes. Et je suis convaincu que ce Forum et tout votre travail individuellement et collectivement peuvent le faire.

Mais nous savons également qu'il reste encore beaucoup à faire pour faire correspondre l'inspiration du sport à la réalité. Les organisations sportives qui s'engagent dans des actions positives ont besoin de notre soutien pour entreprendre les réformes nécessaires, pour renforcer leurs propres capacités en matière de droits humains et pour assumer l'entière responsabilité des impacts sociétaux. Je suis heureux que tant d'autres représentants d'organismes sportifs aient participé au Forum de cette année. C’est un signe encourageant de leur intérêt et de leur volonté d’apprendre et de collaborer sur lesquels nous devons nous appuyer dans les années à venir.

J'ai eu l'honneur d'être le premier président du Centre - une organisation indépendante de défense des droits de l'homme dans le monde du sport - engagé à travailler avec toutes les parties prenantes pour promouvoir le respect des droits de l'homme. Je quitterai ce poste lorsqu'un nouveau président sera nommé l'année prochaine, mais j'espère que je resterai impliqué partout où je le pourrai pour aider à faire avancer notre mission collective.

Permettez-moi de dire merci à toutes les personnes impliquées pour l'important travail accompli depuis le lancement officiel du Centre en juin de l'année dernière. Je suis vraiment impressionné par les objectifs ambitieux que nous nous sommes fixés et par la coalition multipartite croissante qui soutient le Centre par le biais de son Conseil consultatif. Je sais que nous apprécions tous le fait que le Centre est une organisation indépendante et s'engage à fournir un espace sûr pour un dialogue constructif et respectueux et une action conjointe axée sur les personnes qui sont les plus directement touchées par le sport, y compris les athlètes, les enfants, les travailleurs et les supporters. et les communautés. Mettons à profit cet esprit et cette mission.

Permettez-moi de conclure en disant ce que j'attends de vous tous. Je vous exhorte à rester engagé - à continuer de trouver de la force dans la coalition large et diversifiée qui s'est réunie pour relever les défis complexes du monde du sport. Nous avons tous vu le changement positif qui peut se produire grâce à une action collective, et cela ne sera possible qu'avec votre soutien continu au Centre. À ceux du public qui assistent peut-être à un Forum Sporting Chance pour la première fois, je vous exhorte à réfléchir à la manière dont vos organisations pourraient être en mesure de soutenir le Centre et, en fait, à la manière dont le Centre pourrait vous soutenir à mesure que nous progressons. . Ensemble, je suis convaincu que nous pouvons pleinement exploiter la puissance du sport pour faire progresser les droits humains pour tous.

Je vous remercie.

Articles Relatifs