Gettyimages 629334171

Placer la barre plus haut : faire progresser les droits de l'homme grâce à la bonne gouvernance dans le monde du sport

Centre pour le sport et les droits de l'homme

Par William Rook et David Alfrey 

Le 8 juillet 2021, le Centre pour le sport et les droits de l'homme a annoncé une structure totalement indépendante, créant une permanence Modèle de gouvernance fondée sur des engagements à faire progresser les droits de l'homme et à modeler la bonne gouvernance. En travaillant pour créer un monde du sport qui respecte pleinement les droits de l'homme, nous nous sommes engagés en tant qu'organisation à intégrer les principes des droits de l'homme et de la bonne gouvernance dans les fondements de notre propre gouvernance. En tant que nouvelle organisation, c'est une priorité car nous cherchons à favoriser l'authenticité et la crédibilité dans l'ensemble de l'écosystème sportif. De même, étant donné que le Centre est née d'un processus multipartite, debout sur les épaules de de nombreuses institutions engagées qui ont chacun endossé le Principes 'Sporting Chance', tous les intervenants souhaitaient s'assurer que notre nouvelle structure de gouvernance était solide. Soutien de Clifford Chance était essentiel pour faire de ces engagements une réalité.

Cinq principes clés sont au cœur du modèle de gouvernance du Centre : transparence, responsabilité, indépendance, inclusion et participation.

  • Transparence: En tant qu'organisation basée en Suisse, le Centre Articles d'association préciser que tous les participants à toute discussion formelle doivent avoir le même accès à l'information et respecter la confidentialité des autres parties impliquées. L'intégration de dispositions sur l'« égalité de l'information » contribue à promouvoir la transparence et à encourager l'engagement des parties prenantes, soutenant l'objectif que les décisions soient prises dans un esprit d'objectif commun. Les statuts garantissent également que tous les administrateurs disposent d'informations suffisantes lorsqu'ils prennent des décisions. Politiques internes Et un manuel de gouvernance évolutif veiller à ce que ceux qui interagissent avec le Centre comprennent parfaitement son fonctionnement.
  • Responsabilité: Les nouveaux documents de gouvernance créent une série de mécanismes permettant aux organismes officiels de se tenir mutuellement responsables de l'avancement de la mission du Centre. Avec une structure d'entreprise qui comprend une organisation caritative britannique en tant qu'entité opérationnelle, réglementé par la UK Charity Commission, des mécanismes sont en place pour garantir que le Centre agit exclusivement dans le meilleur intérêt de ses bénéficiaires. Qui comprend édition un rapport annuel et des états financiers chaque année. En outre, l'association mère en Suisse a volontairement renforcé ses statuts pour inclure des mécanismes de responsabilité comparables à ceux d'un organisme de bienfaisance britannique.
  • Indépendance: De nombreuses personnes impliquées dans la gouvernance du sport assument de multiples responsabilités - un défi assez courant à gérer par le biais de divulgations continues, de registres d'intérêts à jour et d'une bonne gestion des conflits. Un comité des candidatures a identifié un groupe diversifié et expérimenté conseil de neuf administrateurs d'agir à titre personnel pour diriger l'organisation et assurer notre indépendance. Les statuts du Centre précisent les devoirs de chaque directeur et membre de l'organisation et garantissent que les individus et les institutions ne peuvent pas utiliser le Centre pour promouvoir leurs propres objectifs ou agendas. L'indépendance de l'organisation a été une considération essentielle tout au long de ce processus. Tous les participants ont souhaité éviter une situation potentielle où une approche purement multipartite, gérée par un secrétariat, aurait manqué d'élan et d'autorité pour faire avancer la mission du Centre à des moments critiques. Établir le Centre en tant qu'entité indépendante dotée du pouvoir de définir sa propre voie, éclairée par l'engagement avec des acteurs de l'ensemble de l'écosystème sportif, a été considérée comme la voie la plus efficace.
  • Inclusion: En plus des politiques sur la non-discrimination et l'égalité intégrées aux plus hauts niveaux de gouvernance, et un devoir spécial pour ceux qui occupent des postes de direction de promouvoir des comportements inclusifs, le Centre Code de Conduite établit un précédent en créant un cadre pour s'assurer que chacun se sente en sécurité et soutenu dans son travail avec le Centre, et a le pouvoir de dénoncer toute défaillance de gouvernance. Le principe d'inclusion est également présent dans l'approche du Centre en matière de gouvernance – en veillant à ce que toutes les parties concernées soient engagées et aient la possibilité de contribuer à la prise de décision. L'inclusion et la diversité ont également été des priorités clés dans l'établissement de la Conseil d'administration inaugural du Centre. Une innovation supplémentaire exige que chaque institution participante dans tout organe formel du Centre (y compris le Conseil consultatif) doit nommer deux représentants, dont un au maximum peut être un homme.
  • Participation: En tant qu'organisateur de l'action collective, réunissant un large éventail de parties prenantes, y compris des personnes dont les droits peuvent être affectés ou directement touchés par le sport, le Centre Conseil consultatif comprend les gouvernements, les organisations intergouvernementales, les syndicats, les ONG, les sponsors, les radiodiffuseurs, les organismes sportifs et les comités d'organisation de grands événements. Ce groupe diversifié a participé à la gouvernance du Centre en nommant les membres du Comité des nominations, qui a mené la recherche d'administrateurs. Toutes les institutions du Conseil consultatif se sont engagées à respecter les principes de Sporting Chance et à participer de manière significative aux autres activités du Centre. La participation a été conçue pour fournir différents niveaux d'engagement avec le Centre. Par exemple, la participation du Conseil consultatif est basée sur un engagement envers les principes Sporting Chance, tandis que la responsabilité ultime de la gouvernance du Centre incombe à sept membres dirigeants de son Association suisse, qui ont assumé des fonctions en vertu du droit suisse (semblables à des actionnaires). Un élément unique implique l'Organisation internationale du travail (OIT) et le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH), qui ont tous deux joué un rôle de premier plan dans la création du Centre. L'OIT et le HCDH servent désormais d'observateurs permanents auprès des membres dirigeants, un rôle reconnu dans nos statuts d'une manière compatible avec les privilèges et immunités des agences des Nations Unies. Il s'agit d'une étape sans précédent pour une nouvelle organisation non gouvernementale indépendante, et témoigne du soutien que ces agences ont pour notre mission.

Qu'est-ce qui se passe ensuite?

La gouvernance est un processus continu et évolutif qui doit être développé et renforcé à mesure que les organisations se développent et est importante pour créer une base crédible pour faire progresser l'impact social. Au fur et à mesure de son développement, le Centre s'engage à partager les enseignements et à assurer la transparence, dans la perspective qu'une bonne gouvernance crée la plate-forme nécessaire à partir de laquelle toutes les personnes impliquées dans le sport (tout comme les autres secteurs) peuvent efficacement mettre en œuvre la diligence raisonnable en matière de droits de l'homme et les responsabilités de durabilité associées. Nous espérons qu'en partageant nos efforts et nos expériences, d'autres parties prenantes du sport pourront saisir l'occasion d'examiner leurs propres politiques de gouvernance, structures, processus de prise de décision et composition. La structure unique du Centre - entièrement indépendante, développée grâce à un processus multipartite et avec un échantillon représentatif d'acteurs clés participant, peut également servir de modèle utile pour un large éventail de parties prenantes à se réunir pour s'attaquer à d'autres problèmes sociaux importants. .

Mary Robinson lance le Centre pour le sport et les droits de l'homme

Mary Robinson, présidente fondatrice du Centre, a déclaré : « La nouvelle structure de gouvernance est une approche innovante pour faire émerger une organisation indépendante d'un processus multipartite, et avec la participation des agences des Nations Unies, je vois un énorme potentiel pour le Centre pour résoudre les problèmes complexes. défis dans le sport.

Articles Relatifs