Déclaration de l'ILGA lors de son adhésion au Conseil consultatif du Centre pour le sport et les droits de l'homme

Publié à l'origine sur l'ILGA website

 

Le 14 décembre 2018, l'Association internationale des lesbiennes, gays, bisexuels, trans et intersexes (ILGA) a rejoint le Conseil consultatif du Centre pour le sport et les droits de l'homme. Cela a été officiellement marqué par une allocution du directeur exécutif de l'ILGA, André du Plessis, qui a été rejoint par le coordinateur du programme d'identité de genre et d'expression de genre (trans) de l'ILGA, Zhan Chiam.  

 

"L'ILGA - l'Association internationale des lesbiennes, gays, bisexuels, trans et intersexuels - est la fédération mondiale des organisations LGBTI qui se consacrent à l'égalité des droits pour les personnes L, G, B, T et I (et pour être clair, cela inclut toutes les autres lettres que les gens utilisent pour décrire la diversité de leur sexe, de leur sexualité et de leur genre, où qu'ils se trouvent). Nous travaillons au nom de nos membres: plus de 1500 organisations membres de 150 pays et territoires. Nous sommes une organisation qui ne travaille pas seulement pour ces organisations membres, mais nous sommes dirigés par eux par le biais d'un conseil d'administration et d'un système de comités élus aux niveaux régional, mondial et des groupes de population. Et nous sommes heureux d'annoncer que les groupes de jeunes auront bientôt un rôle spécifique élu au sein de notre représentant structure.

Avec un siège à Genève, une partie de notre rôle est de prendre la parole et de plaider dans les forums internationaux tels que les Nations Unies, ainsi que dans les nombreuses autres organisations internationales qui existent - beaucoup en Suisse - en veillant à ce que les personnes LGBTI soient incluses dans les discussions mondiales. Nous avons également une expertise significative dans l'interprétation, la formation et le travail en droit international des droits de l'homme en ce qui concerne les questions LGBTI et nous nous intéressons à ce que cette loi signifie réellement pour les gens du monde entier.

L'ILGA est publiquement engagée en faveur des droits de l'homme, et tous nos membres doivent soutenir nos buts et objectifs, qui incluent la promotion du respect universel et du respect de tous les droits de l'homme et libertés fondamentales pour tous.

Nous sommes tellement reconnaissants que le Centre pour le sport et les droits de l'homme ait été créé et nous sommes ravis de rejoindre (espérons-le) ce conseil pour conseiller les directeurs sur la direction à prendre. Félicitations à tous ceux qui ont participé à sa création.

Les principes sur lesquels elle est fondée sont solides et nous y sommes attachés. Nous sommes heureux que le principe 4 soit là, qui note que les groupes affectés devraient avoir une voix dans la prise de décision, et nous voulons nous assurer qu'il y a des voix LGBTI fortes dans cet espace.

Beaucoup de nos membres travaillent sur les questions liées au sport et aux droits humains. Certains de nos membres, comme les Gay Games ou les Out Games, organisent des événements sportifs spécifiques aux LGBT, avec une forte composante droits humains. Certains membres s'efforcent d'apporter un soutien avant, pendant et après les méga-événements sportifs, tels que les groupes en Russie lors de la récente Coupe du monde. Les groupes trans et intersexes du monde entier défendent les droits des athlètes et amateurs trans, non binaires et intersexués. En Amérique latine, d'autres s'efforcent de contester les hyper masculinités sociétales qui provoquent des chants homophobes dans les stades. En Afrique, les groupes queer utilisent le football pour ouvrir des conversations autour de diverses sexualités et - heureusement - pour s'amuser. Nous espérons que vous viendrez à Wellington, Aotearoa / Nouvelle-Zélande, du 18 au 22 mars 2019 pour notre conférence mondiale semestrielle où les défenseurs LGBTI du monde entier se rencontreront et partageront des stratégies sur l'ensemble de l'activisme LGBTI.

Certaines conversations dans ce domaine seront difficiles. Par exemple, comment traitons-nous pratiquement la diversité des sexes dans le monde du sport hautement binaire entre les sexes? Ou comment pouvons-nous réellement gérer les tabous et les sensibilités culturelles dans des cultures plus conservatrices autour de questions qui touchent à notre nudité même en tant qu'êtres humains? Ces conversations peuvent trop facilement devenir sur la médecine, la religion, les niveaux de testostérone, la géopolitique, les chirurgies ... Cependant, au départ, nous demandons que ce centre continue d'être le lieu où nous maintenons la conversation humaine. Que nous plaçons continuellement les êtres humains au centre de la discussion.

Trop de personnes LGBTI sont affectées par le sport. Beaucoup sont sans nom simplement parce qu'ils avaient trop peur de partager leurs histoires, ou que leur lumière s'est éteinte trop tôt: les gosses homosexuels qui se suicident après avoir été intimidés, moqués ou maltraités dans les vestiaires de l'école. Les militants arrêtés pour avoir brandi un drapeau arc-en-ciel. Les athlètes qui sont enquêtés et humiliés juste pour être qui ils sont. Les personnes LGBTI locales qui profitent peut-être d'un bref moment de tolérance lorsqu'un pays organise un événement, pour être évitées ou honteuses peu de temps après.

Nous ne sommes pas ici pour nommer et honte. Mais nous sommes ici pour avoir des conversations, dont certaines seront difficiles. Nous tirerons parti de notre propre expertise et - surtout - de la riche expérience, des idées et de l'expertise de nos membres et des personnes LGBTI partout dans le monde. Nous nous engageons à travailler avec tous les acteurs impliqués dans le sport pour renforcer les capacités, partager les connaissances et aider à façonner et renforcer les mécanismes de transparence et de responsabilité.

Et je terminerai en disant simplement que nous ne voyons certainement pas le sport uniquement à travers un endroit où des violations des droits de l'homme peuvent - et se produisent - se produire. Je suis heureux que le principe 1 des principes du Sporting Chance soit que le sport a le pouvoir inhérent de créer un changement positif. Nous, les personnes queer, comprenons parfaitement que le changement au niveau des cœurs et des esprits - qui est peut-être le seul changement qui ait un effet durable - se produit en parlant une langue que les autres peuvent comprendre et avec laquelle ils peuvent résonner. Pour certaines personnes, un cadrage des droits de l'homme suffit. Mais pour d'autres, entendre les questions relatives aux droits de l'homme exprimées dans la langue de leur foi, de leur tradition, de leurs valeurs est une meilleure façon de résonner. Parfois, ce langage est le langage du sport - un langage dans lequel nous pouvons montrer ensemble l'inclusion, la diversité, le respect, le plaisir, l'équité, la solidarité et la dignité.

Je vous remercie."

André du Plessis
Directeur exécutif, The International Lesbian, Gay, Bisexual, Trans and Intersex Association

Articles Relatifs