Sam Balye Tmy7fifkxrm Unsplash (2)

Viser l'excellence : la prochaine étape pour le Centre pour le sport et les droits de l'homme

Centre pour le sport et les droits de l'homme

Par John Morrison et Mary Harvey

Le 8 juillet 2021, le Centre pour le sport et les droits de l'homme (CSHR) s'est totalement séparé de son organe fondateur l'Institut pour les droits de l'homme et les entreprises (IHRB), devenir une personne morale autonome de droit suisse  avec un nouveau conseil d'administration indépendant. Alors que cette importante transition prend forme, la PDG de CSHR, Mary Harvey, et John Morrison, PDG de l'IHRB, reviennent sur le chemin parcouru jusqu'à présent et sur le travail à venir.

Tout a commencé à l'arrière-plan des Jeux olympiques de Londres 2012. Le président de l'événement Commission de la durabilité, Shaun McCarthy, est venu à l'IHRB avec un problème. Sa Commission avait accumulé beaucoup d'apprentissage environnemental et social au cours de sa vie, mais quel serait son héritage ?

Il y avait des canaux pour transférer les leçons environnementales de Londres au Comité International Olympique (CIO) et aux Jeux de Rio 2016, mais personne n'était intéressé par l'apprentissage social de la Commission - en particulier l'accent mis sur les droits de l'homme de Londres 2012 et sa chaîne d'approvisionnement. Paradoxalement, au même moment, les gouvernements britannique, russe, sud-coréen et brésilien ont publié un communiqué, à l'instigation du ministre britannique des Affaires étrangères de l'époque, William Hague, engageant ces prochains hôtes des Jeux olympiques d'été et d'hiver à respecter les droits humains.

Cyclistes attendant sur la ligne de départ au Vélodrome, Jeux Olympiques de Londres, 2012

Image : Jeux Olympiques de Londres 2012 (Simon Connellan)

Comment les connaissances en matière de durabilité pourraient-elles être transférées entre les événements et entre les traditions sportives, au lieu du scénario du "Jour de la marmotte" de chaque apprentissage à partir de zéro ? Cela a résonné avec les idées de la communauté australienne des droits de l'homme et sa conférence avant les Jeux olympiques de Sydney en 2000 (et une bouteille de whisky que Patrick Earle et John Morrison ont partagé dans un hôtel à Chang Mai, en Thaïlande, en 2003 – mais c'est une autre histoire).

Chercheur IHRB Lucy Amis, maintenant conseiller principal à CSHR, obtient une grande partie du crédit pour ce qui s'est passé ensuite. Avec le soutien du gouvernement britannique, Lucy a parcouru les rapports relatifs aux précédents méga-événements sportifs ainsi que les préparatifs de la Coupe du Monde de la FIFA 2014 au Brésil et à Rio 2016. Le résultat a été 'Viser l'excellence', un rapport fondamental de l'IHRB publié fin 2013 qui montrait comment les choses pourraient être différentes - comment le monde du sport pourrait comprendre et traiter ses impacts sur les droits humains et apprendre des autres. Cela signifiait, en particulier, montrer que les Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme étaient un cadre essentiel qui s'appliquait au sport.

La recherche du Brésil a suggéré que loin de coopérer sur des questions de droits de l'homme - telles que les conditions des travailleurs de la construction (dont 9 décès à l'approche de la Coupe du Monde de la FIFA 2014), sur une gamme de questions de droits allant de la liberté d'expression à des - les exécutions judiciaires, les déplacements forcés et les achats éthiques, les instances dirigeantes sportives travaillaient en vase clos. Le rapport de l'IHRB a été lu par des ONG, des syndicats ainsi que certains des principaux sponsors et diffuseurs internationaux. Les instances sportives ont également pris note : les Jeux du Commonwealth de Glasgow 2014 deviennent le premier événement majeur à avoir une politique dédiée aux droits humains.

lettre de l'IHRB à la FIFA (signé par Mary Robinson et John Ruggie, alors patron et président de l'IHRB respectivement) a souligné la pertinence des recommandations du rapport de l'IHRB pour le travail de la FIFA et a exhorté à l'action. Cela a donné le coup d'envoi à l'aventure des droits humains de la FIFA, qui l'a amenée à commander un rapport de John Ruggie, publié en 2016.

À peu près à la même époque, l'IHRB a commencé les préparatifs d'une réunion qui s'est finalement tenue à Glion, en Suisse, fin 2015, avec le soutien de Wilton Park (une agence du gouvernement britannique) et du gouvernement de la Suisse (clé, étant donné l'emplacement de nombreux siège de l'organisme sportif). Il a réuni un groupe diversifié d'une quarantaine de gouvernements, de sponsors, de radiodiffuseurs, d'agences des Nations Unies, de syndicats, d'ONG et d'experts.

La question centrale : comment tous ceux qui s'intéressent à l'amélioration des performances du sport en matière de droits humains pourraient-ils travailler ensemble pour atteindre des objectifs communs, en particulier sur les questions urgentes des grands événements ? Les participants avaient leurs propres antécédents en matière de sport et de droits de l'homme, mais beaucoup ont estimé qu'il existait de meilleures façons de travailler ensemble et qu'une approche des entreprises et des droits de l'homme pourrait faire bouger les choses.

au jugement, Événement de Glion vu la naissance de la Mega-Sporting Events Platform for Human Rights 

(Plateforme MSE), pris en charge dès le premier jour par des partenaires clés du HCDH, de l'OIT, de la CSI et de l'OIE, qui continuent aujourd'hui en tant que gardiens du Centre. Outre les Jeux Olympiques de Rio 2016, l'une des grandes priorités de ce groupe multipartite concernait les conditions des travailleurs migrants construisant des stades pour Qatar 2022 - travail mené pour l'IHRB par William Rook, maintenant directeur général adjoint de CSHR.

Les processus multipartites nécessitent une concentration et un élan, et en 2016, le Département d'État américain a accueilli le premier « Forum du hasard sportif” pour rassembler la communauté d'intérêts plus large autour de la plate-forme MSE. Le "Principes 'Sporting Chance'» ont été adoptés et sont depuis devenus le socle du mouvement des sports et des droits humains. UNE série de livres blancs, écrit par une diversité de partenaires stratégiques et piloté pour la plateforme MSE par William Rook et Haley St. Dennis en 2017, a construit la base de preuves et a commencé à modéliser les actions pratiques qu'une nouvelle organisation pourrait mener pour promouvoir les droits de l'homme dans le monde du sport.

Une chose est devenue plus claire pendant 2017 et 2018: les défis en matière de droits humains auxquels le sport est confronté (y compris la maltraitance des femmes et des enfants athlètes) étaient plus profonds que les événements eux-mêmes – ils étaient systémiques dans le sport quotidien et n'étaient pas traités de manière adéquate. L'« autonomie » même du sport – un principe important pour éviter l'ingérence politique des gouvernements – était devenue synonyme d'un manque de responsabilité et de corruption.

Mary Robinson s'exprimant lors du lancement du Centre pour le sport et les droits de l'homme

Image : Mary Robinson lance le Centre pour le sport et les droits de l'homme

Et ainsi, en s'appuyant sur engagements pris en 2017, les près de 40 membres de la Plateforme MSE se sont engagés à soutenir un « Centre pour le sport et les droits de l'homme » permanent et indépendant doté d'un large mandat. Le Centre a été officiellement lancé en juin 2018, initialement en tant que filiale de l'IHRB, et nommé c'est d'abord Directrice Générale à la fin de 2018.

Au cours des trois dernières années, le Centre a entrepris de bâtir une organisation dotée d'un leadership solide et d'une vie propre. En 2019, il a commencé une période de « tempête et de formation », pour voir ce que cette organisation unique était capable de réaliser. Dès le départ, en janvier 2019, le Centre a réuni les parties prenantes autour de la détention de Hakeem Al Araibi, un résident australien, footballeur et réfugié bahreïni, qui avait été arrêté en Thaïlande alors qu'il était en lune de miel sur une notice rouge d'Interpol incorrecte. Six semaines plus tard, après une action collective sans précédent de la part des gouvernements, des organismes sportifs, de la société civile et des militants des droits humains, Hakeem a été libéré et renvoyé sain et sauf en Australie. Non seulement c'était une nouvelle euphorique pour tous ceux qui travaillaient pour sa libération, mais c'était aussi une preuve indélébile que l'action collective travaillé.

Le Centre a continué de réunir son conseil consultatif et d'autres acteurs sur des cas et des problèmes difficiles dans le sport où les droits de l'homme sont en jeu, y compris la maltraitance flagrante des athlètes et des enfants en Afghanistan et en Haïti, l'impact de Covid-19, la protection de la voix des athlètes et le plaidoyer, et soutenir les réformes du travail au Qatar. 

Le Centre a également continué à impliquer les hôtes de méga-événements sportifs dans la prévention et l'atténuation des risques, notamment par le biais de groupes de travail multipartites solides, et des plongées approfondies dans des domaines clés, tels que la liberté d'expression et les droits du travail. Ce travail s'est avéré être un moyen riche et efficace pour les acteurs hôtes et les sponsors d'événements d'identifier non seulement les risques, mais aussi les opportunités de créer un héritage positif en matière de droits humains pour ces événements. 

Plus de 40 organismes sportifs ont participé à la Forum Sporting Chance 2019, qui s'est tenue au Palais des Nations à Genève, a lancé un travail plus approfondi avec les organismes sportifs, en sensibilisant aux risques et opportunités en matière de droits de l'homme et en aidant à renforcer les capacités pour permettre une plus grande concentration sur les impacts sur les personnes.

Grand groupe de personnes dans un grand auditorium pour le Sporting Chance Forum 2019 à Genève, Suisse

Image : Forum Sporting Chance 2019

Pour renforcer les capacités dans des domaines critiques, le Centre renforcé son équipe de direction et son expertise en matière d'engagement, et recruté des experts en la matière dans plusieurs domaines, notamment droits de l'enfant, la sauvegarde, remède et genre, l'apport de cette expertise est mis à contribution dans le travail avec les instances sportives et les grands événements. Des investissements importants ont été réalisés dans l'engagement numérique, en organisant des webinaires sur abus d'athlète et l'activisme des athlètes, en lançant Série de podcasts sur le sport et les droits, relancer le marque et site internet, et de plus en plus s'engager sur les réseaux sociaux.

Au fur et à mesure que le Centre a grandi et appris, il a intégré ces apprentissages dans ce qui l'attend. Son nouveau plan stratégique, qui sera lancé en septembre, présentera des plans au cours des quatre prochaines années pour rapprocher les droits de l'homme et le monde du sport de manière à mieux prévenir les préjudices et créer une valeur partagée.

Aujourd'hui, alors que le Centre pour le sport et les droits de l'homme se lance en tant qu'organisation entièrement indépendante et prend place à Genève, siège de la communauté internationale des droits de l'homme, il le fait sur des bases solides et un sens clair du but, dirigé par une équipe diversifiée, expérimentée et engagée Conseil d'administration. Dans les mois à venir, nous sommes impatients d'accroître notre nombre de 49 membres Conseil consultatif et catalyser le mouvement plus large du sport et des droits de l'homme vers de plus hauts sommets.

Articles Relatifs