Le Centre pour le sport et les droits de l'homme nomme de nouveaux administrateurs et se constitue en tant qu'entité indépendante en Suisse

Le Centre pour le sport et les droits de l'homme (CSHR) a nommé aujourd'hui un conseil d'administration de neuf personnes alors qu'il marque la transition vers une organisation indépendante à but non lucratif, basée à Genève. 

Lancée en 2018 en tant que filiale de l'Institute for Human Rights and Business (IHRB), la CSHR a mis en place une structure de gouvernance unique pour assurer une indépendance totale ainsi qu'une surveillance et des contrôles solides. 

Désormais établie en tant qu'association suisse, les membres dirigeants de la CSHR sont le gouvernement de la Suisse, la Fédération des Jeux du Commonwealth, l'Organisation internationale des employeurs, la Confédération syndicale internationale, la World Players Association, Human Rights Watch et l'IHRB. 

En outre, l'Organisation internationale du travail (OIT) et le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) ont tous deux un rôle d'observateur officiel permanent au sein de l'association. Cette structure de gouvernance reflète l'écosystème plus large du sport et des droits de l'homme, la large composition du Conseil consultatif de la CSHR et, grâce à la participation unique des agences des Nations Unies, l'engagement de la CSHR à promouvoir les normes internationales des droits de l'homme dans le monde du sport.

Les institutions fondatrices ont publié une déclaration sur la Fondation de la CSHR qui peut être vue ici.

Un élément clé de l'indépendance de CSHR est la nomination d'un conseil d'administration ayant la responsabilité légale et fiduciaire de superviser l'organisation. Une recherche mondiale de directeurs a abouti à la nomination de neuf personnes expérimentées engagées dans le travail de la CSHR et des principes Sporting Chance, apportant un large éventail d'expériences professionnelles et personnelles à leurs rôles. 

Le développement de la nouvelle structure de gouvernance et de l'incorporation de CSHR a été dirigé par le directeur général adjoint William Rook, soutenu par David Alfrey et des collègues du cabinet d'avocats. Clifford Chance s.r.l. et des conseils experts suisses. Le recrutement du conseil d'administration a été supervisé par un comité des nominations multipartite issu du conseil consultatif de la CSHR et soutenu par les spécialistes de la recherche de cadres Odgers Berndtson.

Les nouveaux administrateurs sont :

  • Dorcas Amakobé, directeur exécutif, Déplacer les poteaux de but
  • Diana Chavez, Directeur exécutif du Centre régional du secteur privé pour l'appui aux objectifs de développement durable des Nations Unies
  • Nikki Dryden, Avocat Droits de l'Homme et Sport; athlète olympique
  • Vincent Gaillard, directeur général, European Professional Club Rugby, co-fondateur de Sport & Sustainability International
  • Philippe Jennings, ancien secrétaire général, UNI Global Union, co-fondateur de l'Association mondiale des joueurs
  • Payoshni Mitra, activiste des droits des athlètes
  • Walter Palmer, directeur, Dartmouth pour la vie; Militant des droits des athlètes, organisateur syndical, ancien basketteur professionnel
  • Moira Thompson Oliver, Avocate en droit des affaires et des droits de l'homme
  • Brent Wilton, ancien directeur mondial des droits sur le lieu de travail, Coca-Cola ; ancien Secrétaire général de l'OIE

Une série de conversations en podcast avec les nouveaux directeurs sera lancée plus tard cette année.

CSHR remercie ses fiduciaires sortants Ron Popper, Moya Dodd, Frances House et Tim Soutar pour leur service dévoué à l'organisation au cours de son développement.

Mary Robinson, présidente de la CSHR a déclaré : « Le Centre se renforce avec une nouvelle structure de gouvernance et un groupe diversifié d'administrateurs. Un grand mérite revient à l'IHRB pour avoir géré la CSHR jusqu'à présent. La nouvelle structure de gouvernance est une approche innovante pour faire émerger une organisation indépendante d'un processus multipartite, et avec la participation des agences des Nations Unies, je vois un énorme potentiel pour le Centre pour relever les défis complexes dans le sport. Je suis convaincu que les nouveaux directeurs apporteront leur riche expérience pour aider le monde du sport à respecter pleinement les droits de l'homme.

John Morrison, PDG de l'IHRB a déclaré : « Ceci marque un nouveau chapitre pour le Centre. L'IHRB est fier d'avoir initié et incubé la CSHR et je suis heureux de passer le relais à un nouveau groupe d'administrateurs aussi estimés venant d'horizons aussi variés.

Ron Popper, administrateur sortant de la SCHR a déclaré : « Sous la direction de Mary Harvey, le Centre est entre de bonnes mains avec une équipe solide et une stratégie inspirante. Cela a été un privilège de soutenir la croissance du Centre aux côtés de mes collègues administrateurs, et j'ai une grande confiance dans le nouveau conseil d'administration exceptionnel pour porter l'organisation vers de plus hauts sommets.

Mary Harvey, PDG de CSHR a déclaré : « Nous sommes honorés qu'un groupe aussi diversifié d'administrateurs de haute qualité rejoigne le Centre alors qu'il se lance en tant qu'entité indépendante. Les droits de l'homme occupant rapidement une place prépondérante dans l'agenda sportif, il positionne la CSHR comme l'acteur clé pour aider le sport à respecter pleinement les droits de l'homme. J'ai hâte de travailler avec chacun d'entre eux car ils apportent leur expérience unique à notre travail.

Déclarations des institutions fondatrices et des observateurs permanents

Dame Louise Martin, présidente, Fédération des Jeux du Commonwealth : « Le travail du Centre pour le sport et les droits humains est plus important que jamais et s'aligne pleinement avec la vision, la mission et les valeurs du CGF.

Nous sommes fiers d'être une institution fondatrice de la CSHR, car nous travaillons en collaboration pour promouvoir les normes internationales des droits de l'homme dans le monde du sport. Nous sommes ravis de voir CSHR continuer à se renforcer et à croître avec la nomination d'un conseil d'administration expérimenté et diversifié.

Kenneth Roth, directeur exécutif, Human Rights Watch : « Human Rights Watch est fier d'avoir soutenu le développement et la croissance du Centre pour le sport et les droits de l'homme depuis le début en 2015. La structure unique du Centre élève et centre l'expérience des survivants d'abus des droits de l'homme afin qu'eux et leurs partenaires puissent chercher à mettre fin aux abus systémiques dans le sport. Le Centre réunit des défenseurs des droits humains, des gouvernements, des organismes sportifs, des entreprises sponsors et des agences des Nations Unies dans une quête commune pour faire respecter les normes des droits humains afin de protéger les athlètes, les fans, les travailleurs, les bénévoles, les officiels, les communautés et les médias. Nous nous félicitons de cette plate-forme pour les travaux urgents et nécessaires visant à protéger les droits de toutes les personnes touchées par le sport - et sommes impatients de travailler ensemble sur cette entreprise importante."

Guy Ryder, directeur général, Organisation internationale du travail : « L'OIT soutient la création du Centre pour le sport et les droits de l'homme. Ses objectifs sont conformes à la feuille de route adoptée l'année dernière par les mandants de l'OIT lors du Forum de dialogue mondial sur le travail décent dans le monde du sport. Le Centre peut jouer un rôle important dans atteindre les principes et les normes de l'OIT en s'engageant avec les organismes sportifs concernant le respect des droits des athlètes et des travailleurs impliqués dans des événements sportifs. Il s'agit d'une étape importante pour garantir la réalisation d'un travail décent dans le monde du sport.

Roberto Suárez Santos, Secrétaire général, Organisation internationale des employeurs : « L'Organisation internationale des employeurs est fière d'être membre fondateur du Centre pour le sport et les droits de l'homme. Les entreprises sont vivement intéressées par la question et s'engagent à protéger les droits de tous les athlètes. Le Centre n'est pas simplement une autre organisation internationale, pas seulement une autre initiative multipartite, pas seulement une autre organisation non gouvernementale. Elle est unique car elle rassemble tous les acteurs impliqués dans le monde du sport pour relever les défis de manière globale, reconnaissant que chaque participant a un rôle clé à jouer. Nous, à l'OIE , crois que c'est par l'action collective que le changement viendra. Le Centre reliera les points. Il reliera toutes nos activités. Le Centre aura également un rôle important pour assurer la continuité dans les efforts visant à atténuer l'impact négatif sur les droits de l'homme. Nous ne pas besoin de réinventer la roue à chaque Coupe du monde ou à chaque JO ; nous ne devons pas faire la même erreur à chaque procédure d'appel d'offres et à chaque hébergement. de tourner en rond et le Centre veillera à ce que. »

Sharan Burrow, secrétaire générale, Confédération syndicale internationale : « Cette nouvelle structure indépendante unique aidera le Centre pour le sport et les droits de l'homme à remplir sa mission de faire respecter les droits de l'homme à tous les niveaux du sport. Le sport joue un rôle clé dans la vie d'un grand nombre de personnes, et en tant qu'industrie valant des centaines de milliards de dollars, il fournit des emplois à des millions de travailleurs, en tant qu'acteurs et dans la construction, les chaînes d'approvisionnement de fabrication, les transports, les services, l'administration et de nombreux autres domaines. Ce sont les travailleurs qui rendent le sport possible et eux, ainsi que les fans, les communautés locales et toutes les personnes concernées par le sport doivent savoir que leurs droits sont protégés. La CSI est fière d'être associée au Centre et continuera à soutenir sa mission de réaliser les principes de la chance sportive.

Michelle Bachelet, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme : « Au cours de ses trois premières années d'activité, le Centre pour le sport et les droits de l'homme a montré l'importance de rassembler divers acteurs pour exploiter le potentiel du sport dans la promotion des droits de l'homme tout en assurant une meilleure protection des athlètes, des fans et de toutes les autres personnes touchées par les événements sportifs. et les politiques et activités connexes dans le monde. Le Bureau des droits de l'homme des Nations Unies fait partie du voyage du Centre depuis le début, et nous sommes impatients de poursuivre notre implication en tant qu'Observateur permanent, notamment en encourageant davantage de parties prenantes de toutes les régions à se joindre à ce travail vital. Faire en sorte que le sport à tous les niveaux soit ancré dans les normes internationales des droits de l'homme et du travail est notre vision commune et je salue le rôle de leadership essentiel du Centre pour en faire une réalité.

Département fédéral suisse des affaires étrangères : « En tant qu'Etat d'origine de nombreuses fédérations sportives internationales, la Suisse mobilise et conjugue ses forces avec différentes parties prenantes en tant que membre fondateur de la nouvelle Association du Centre pour le sport et les droits de l'homme. Son objectif en adhérant à l'Association est de l'aider à travailler collectivement avec tous les acteurs de l'écosystème mondial du sport pour traiter efficacement les questions urgentes et complexes des droits de l'homme dans le sport.L'engagement de la Suisse dans cette initiative est conforme aux objectifs de droits de l'homme de sa stratégie de politique étrangère 2020-2023, reflétés dans les lignes directrices sur les droits de l'homme 2021 -2024. L'une des priorités de ces lignes directrices est l'engagement de la Suisse à garantir que les droits de l'homme soient également respectés dans le sport.

Brendan Schwab, directeur exécutif, World Players : « L'Association mondiale des joueurs et UNI Global Union saluent la création officielle du Centre pour le sport et les droits humains comme une étape importante pour assurer la promotion des droits humains des athlètes et de tous ceux qui rendent le sport possible.

Nous sommes honorés de rejoindre la CSI, l'OIE, le CGF, le gouvernement suisse, Human Rights Watch et l'IHRB en tant que membres fondateurs du Centre. Nous reconnaissons également le leadership que les organes experts des Nations Unies en matière de travail et de droits de l'homme – l'OIT et le HCDH – continueront à apporter en tant qu'observateurs permanents.

Le travail pour résoudre de manière significative la crise mondiale des droits humains dans le sport ne fait que commencer. Une action collective fondée sur des principes, courageuse et soutenue est nécessaire de toute urgence. Le ciblage des athlètes militants, la suppression de l'expression des athlètes et du droit d'organisation, et les cas horribles d'abus envers les athlètes doivent être prévenus et corrigés. Les affaires et la politique du sport ne peuvent pas continuer à piétiner les droits humains d'un si grand nombre de personnes tout en offrant une couverture aux agresseurs.

En s'appuyant sur les normes et principes internationaux des droits de l'homme, les principes Sporting Chance du Centre constituent la pierre angulaire pour relever ces défis. Elles doivent désormais être acceptées par le monde du sport comme des « règles du jeu » non négociables.

L'effort collectif pour créer le Centre présente une occasion unique de développer et d'exécuter une vision commune d'un monde meilleur du sport. Cette vision n'est pas seulement que le sport devrait être sans danger. Ce n'est pas seulement que le sport doit légitimement être une véritable force du bien. C'est que le sport peut donner l'exemple du respect des droits de l'homme dans un monde difficile."

Le Centre pour le sport et les droits de l'homme désigne de nouveaux administrateurs et se constitue en entité juridique indépendante en Suisse

Le Centre pour le sport et les droits de l'homme (Centre for Sport and Human Rights, CSHR), désormais constitué en organisation indépendante à but non lucratif basée à Genève, a annoncé aujourd'hui (8 juillet 2021) la composition d' un Conseil d'administration de neuf personnes.

Créé en 2018 en tant que filiale de l'Institut des droits de l'homme et des affaires (Institute for Human Rights and Business, IHRB), le CSHR a mis sur pied une structure de gouvernance unique qui garantit sa pleine indépendance ainsi que la robustesse de ses mécanismes de surveillance et de contrôle.

Le CSHR, qui a maintenant le statut d'association suisse, a pour membres dirigeants le Gouvernement suisse, la Fédération des Jeux du Commonwealth (CGF), l'Organisation Internationale des Employeurs (OIE), la Confédération Syndicale Internationale (CSI), la Association mondiale des joueurs, Human Rights Watch et l'IHRB.

L'Organisation internationale du travail (OIT) et le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) disposent de quant à eux de sièges d'observateurs permanents dans l'association. Cette structure de gouvernance reflète le vaste écosystème du sport et des droits de l'homme, la diversité des membres siégeant au Conseil consultatif du CSHR et, grâce à la participation inédite d'agences des Nations Unies, l'engagement du CSHR à promouvoir les normes internationales en matière de droits de l'homme dans le monde du sport.

Les membres fondateurs ont publié un communiqué lors de la fondation du CSHR. Il peut être consulté en cliquant sur ce privilège.

La constitution d'un Conseil d'administration ayant la responsabilité juridique et fiduciaire de superviseur la direction de l'organisation constituant un élément fondamental de l'indépendance du CSHR. Après une recherche engagée dans le monde entier, il a été procédé à la nomination de neuf administrateurs expérimentés adhérant au mandat du CSHR et aux principes de « Sporting Chances », qui apporteront la diversité de leurs parcours et personnels.

L'élaboration de la nouvelle structure de gouvernance et la rédaction des statuts du CSHR a été pilotée par le Directeur général adjoint, William Rook, avec l'aide de David Alfrey et de ses collaborateurs du cabinet Clifford Chance LLP, et de spécialistes en droit suisse. Le recrutement du Conseil d'administration a été mené par un Comité de nominations composé de membres du Conseil consultatif du CSHR, lequel a reçu du soutien d'Odgers Berndtson, société spécialisée dans la recherche de cadres et de dirigeants.

Les nouveaux administrateurs sont :

  • Dorcas Amakobé : Directrice générale de Moving the Goalposts.
  • Diane Chavez : Directrice générale du Centre régional du secteur privé pour l'appui aux objectifs de développement durable des Nations Unies.
  • Nikki Dryden : avocate spécialisée dans les droits de l'homme et le sport ; Olympienne.
  • Vincent Gaillard : Directeur général de l'European Professional Club Rugby (EPCR) ; co-fondateur de Sport & Sustainability International.
  • Philippe Jennings : ancien Secrétaire général d'UNI Global Union ; co-fondateur de la World Players Association.
  • Payoshni Mitra : militante engagée dans la défense des droits des sportifs.
  • Walter Palmer : Directeur de Dartmouth pour la vie ; militant engagé dans la défense des droits des sportifs ; coordinateur d'actions en faveur des travailleurs ; ancien joueur de basket-ball professionnel.
  • Moira Thompson Olivier : avocate spécialisée dans le droit des affaires et les droits de l'homme.
  • Brent Wilton : ancien Directeur Monde des droits sur le lieu de travail de Coca-Cola ; ancien Secrétaire général de l'OIE.

Une série de conversations avec les nouveaux administrateurs sera lancée sous forme de podcasts dans les mois à venir.

Le CSHR tient à remercier ses administrateurs sortants Ron Popper, Moya Dodd, Frances House et Tim Soutar pour leur investissement dans l'organisation au cours de son développement.

Mary Robinson, Présidente du CSHR, a déclaré : « Avec cette nouvelle structure de gouvernance et ce groupe d'administrateurs faisant la partie belle à la diversité, le Centre devient encore plus fort. Nous devons beaucoup à l'IHRB, qui a piloté le CSHR jusqu'à ce jour. La nouvelle structure de gouvernance est l'aboutissement d'une démarche innovante consistant à créer une organisation indépendante à partir d'un processus multipartite. Si l'on ajoute la participation d'agences des Nations Unies, j'estime que le Centre dispose d'un immense potentiel pour relever les défis complexes face au monde du sport est confronté. Je suis convaincu que les nouveaux administrateurs apporteront toute la richesse de leur vécu pour aider le monde du sport à respecter pleinement les droits de l'homme ».

John Morrison, directeur général de l'IHRB, a déclaré : « C'est un nouveau chapitre qui s'ouvre pour le Centre. L'IHRB est fier d'avoir lancé le CSHR et d'avoir été son incubateur. C'est avec un immense plaisir que je passe le relais à ce nouveau groupe d'administrateurs issus d'horizons divers, pour lequel j'ai la plus grande estime ».

Ron Popper, administrateur sortant du CSHR, a déclaré : « Sous la direction de Mary Harvey, le Centre est dans d'excellentes mains, il s'appuie sur une équipe solide et poursuit une stratégie inspirante. Cela a été un privilège pour moi d'accompagner la croissance du Centre aux côtés des autres administrateurs. Je suis convaincu que le remarquable Conseil d'administration qui prend notre suite saura entraîner l'organisation dans une nouvelle dimension ».

Mary Harvey, Directrice générale du CSHR, a déclaré : « Nous sommes honorés de voir ce groupe très divers d'administrateurs de haut niveau rejoindre le Centre, au moment où il ouvre un nouveau chapitre en tant qu'entité indépendante. Au vu du contexte actuel, dans lequel les droits de l'homme gagnent rapidement en importance dans l'agenda sportif, le CSHR devient l'acteur clé pour aider le monde du sport à respecter pleinement les droits de l'homme. J'ai hâte de travailler avec chacun d'entre eux, qui apportera son expérience sans équivalent à notre mission ».

Déclarations des institutions fondatrices et des observateurs permanents

Dame Louise Martin, Présidente de la Fédération des Jeux du Commonwealth : « Le travail accompli par le Centre pour le sport et les droits de l'homme est plus important que jamais, et il épouse parfaitement la vision, la mission et les valeurs de la CGF.

Nous sommes fiers d'avoir fait partie des institutions fondatrices du CSHR et de la promotion de normes internationales en matière de droits de l'homme dans le monde du sport. Nous nous réjouissons de voir le CSHR continuer de se renforcer et de grandir avec la constitution d'un Conseil d'administration conjugué à l'expérience et à la diversité ».

Kenneth Roth, Directeur général de Human Rights Watch : « Human Rights Watch est fier d'avoir accompagné le développement et la croissance du Centre pour le sport et les droits de l'homme dès les premières étapes, en 2015. De par sa structure unique, le Centre place au cœur de son mandat le traitement des cas de victimes d'atteintes aux droits de l'homme. Avec ses partenaires, il entend ainsi éradiquer les violations systématiques de ces derniers dans le monde du sport. Le Centre s'aux défenseurs des droits de l'homme, aux gouvernements, aux entités sportives, aux entreprises partenaires et aux agences des Nations Unies dans un effort commun visant à faire respecter les normes en matière de droits de l'homme afin de protéger les sportifs, les fans, les travailleurs, les bénévoles, les officiels, les communautés et les médias. Nous nous félicitons de l'existence de cette plate-forme, qui permet de mener à bien la mission à la fois urgente et nécessaire consistant à préserver les droits de toutes les personnes affectées par le sport. Nous avons hâte de travailler ensemble sur ce projet fondamental ».

Guy Ryder, Directeur général de l'Organisation internationale du travail : « L'OIT apporte son soutien à la constitution du Centre pour le sport et les droits de l'homme, dont les objectifs sont cohérents avec la feuille de route adoptée l'an dernier par les mandants de l'OIT lors du Forum de dialogue mondial sur le travail décent dans le monde du sport. Le Centre peut jouer un rôle précieux dans l'ancrage des principes et des normes de l'OIT en sensibilisant les entités sportives au respect des droits des sportifs et des travailleurs participent à leurs événements. Il s'agit là d'une étape importante dans la garantie de conditions de travail décentes dans le monde du sport ».

Roberto Suárez Santos, Secrétaire général de l'Organisation Internationale des Employeurs : « L'Organisation Internationale des Employeurs est fière de faire partie des membres fondateurs du Centre pour le sport et les droits de l'homme. Le monde de l'entreprise accorde une grande importance au sujet et s'engage à protéger les droits de tous les sportifs. Le Centre n'est pas une organisation internationale comme les autres, pas une initiative multipartite comme les autres, pas une organisation non gouvernementale comme les autres. Il est unique en ce sens qu'il regroupe l'ensemble des acteurs dans le monde du sport dans le but de traiter aux difficultés de façon exhaustive, en reconnaissant que chaque participant à un rôle fondamental à jouer. À l'OIE, nous sommes convaincus que le changement naîtra d'une initiative collective. Le Centre va relier les différents points entre eux. Il va jeter des passerelles entre toutes nos activités. Il aura également un rôle important à jouer pour assurer la continuité des efforts afin d'atténuer les conséquences néfastes sur les droits de l'homme. Il n'est pas nécessaire de réinventer la roue à chaque Coupe du Monde ou à chaque Jeux Olympiques. Il faut avant tout veiller à ne pas reproduire la même erreur à chaque procédure de candidature, à chaque organisation d'événement. Nous devons aller de l'avant au lieu de tourner en rond, et le Centre va nous y aider ».

Sharan Burrow, Secrétaire Générale de la Confédération Syndicale Internationale : « Cette nouvelle structure indépendante, qui est unique, va aider le Centre pour le sport et les droits de l'homme à remplir sa mission consistant à assurer le respect des droits de l'homme à tous les niveaux du monde sportif. Le sport occupe une place fondamentale dans la vie de nombreuses personnes. En tant que secteur pesant des millions de dollars, il emploie aussi des millions de travailleurs, que ce soit des sportifs, ou dans les secteurs de la construction, de l'industrie manufacturière, du transport, des services, de l'administration, entre . Ce sont ces travailleurs qui tirent le sport possible. Ces travailleurs, ainsi que les fans, les communautés locales et toutes les personnes affectées par le sport doivent avoir l'assurance que leurs droits sont protégés. La CSI est fière d'être associée au Centre et elle va continuer de soutenir sa mission consistante à supporter les principes de 'Sporting Chance' ».

Michelle Bachelet, Haute Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme : « Au cours de ses trois premières années d'existence, le Centre pour le sport et les droits de l'homme a montré à quel point il est précieux de rassembler différents acteurs afin d'exploiter le potentiel du sport dans l'avancement de la question des droits de l'homme, tout en protégeant mieux les sportifs, les fans et toutes les autres personnes affectées par les événements sportifs, et par les politiques et activités connexes à travers le monde. Le Bureau des Droits de l'Homme des Nations Unies participe à la mission du Centre depuis son lancement. Nous nous réjouissons de poursuivre notre implication en tant qu'observateur permanent, en encourageant davantage les parties prenantes du monde entier à s'investir dans ce travail essentiel. Nous partageons la vision selon laquelle le sport, à tous ces niveaux, doit avoir pour socle les droits de l'homme et les normes du travail en vigueur à l'échelle internationale. Je salue le rôle moteur du Centre, essentiel pour faire de cette vision une réalité ».

Département fédéral suisse des affaires étrangères : « En tant que nation hôte de nombres fédérations sportives internationales, la Suisse mobilise ses forces et elle les conjuguées avec différentes parties prenantes, en tant que membre de la nouvelle Association du Centre pour le sport et les droits de l'homme. En rejoignant cette Association, elle a pour objectif de travailler dans la main avec toutes les parties prenantes de l'écosystème mondial du sport afin de traiter les questions urgentes et complexes relatives aux droits de l'homme dans le sport. L'engagement de la Suisse dans cette initiative cadre avec les objectifs en matière de droits de l'homme de sa stratégie de politique extérieure pour 2020-2023, qui sont inscrits dans les lignes directrices sur l'engagement de la Suisse en faveur des droits de l'homme. L'une des priorités de ces lignes directrices réside dans l'engagement de la Suisse à veiller à ce que les droits de l'homme soient aussi respectés dans le sport ».

Brendan Schwab, Directeur général de la World Players Association : « La World Players Association et l'UNI Global Union se félicitent de la constitution officielle du Centre pour le sport et les droits de l'homme, qu'elle fait comme une étape importante dans la défense des droits de l'homme chez les sportifs et toutes les personnes qui réalisent le sport possible.

Nous sommes honorés de faire partie des membres fondateurs du Centre aux côtés de la CSI, de l'OIE, de la CGF, du gouvernement suisse, de Human Rights Watch et de l'IHRB. Nous saluons également le leadership que les agences des Nations Unies assurant la défense des droits du travail et des droits de l'homme, l'OIT et le HCDH, vont continuer à exercer.

Le chantier consistant à remédier à la crise mondiale des droits de l'homme dans le sport ne fait que commencer. Une action collective, courageuse et durable, fondée sur des principes, s'impose de toute urgence. Il convient d'agir pour empêcher et éradiquer le ciblage des sportifs militants, la suppression du droit à la parole et à l'organisation chez les sportifs, et les cas insupportables de maltraitance de sportifs. Les secteurs économiques et politiques du monde du sport ne peuvent continuer à piétiner les droits de l'homme de toutes ces populations, le tout en couvrant les contrevenants.

Fondé sur les normes et principes internationaux des droits de l'homme, les principes « Sporting Chance » du Centre sont la pierre angulaire à utiliser pour traiter ces questions. Le monde du sport doit maintenant y adhérer, comme il adhère aux « règles du jeu » non négociables.

L'effort collectif réalisé pour créer le Centre ouvre une fenêtre pour améliorer et mettre en application une vision commune pour un monde du sport meilleur. Cette vision ne se résume pas à un sport sain. Elle n'implique pas seulement que le sport doit s'affirmer de plein droit en force du bien ; elle suppose que le sport peut montrer l'exemple du respect des droits de l'homme dans un monde difficile ».

Articles Relatifs