WA (1)

Commentaire indépendant du Center for Sport and Human Rights et Shift sur le rapport du groupe de travail sur les droits de l'homme de World Athletics

Centre pour le sport et les droits de l'homme

La déclaration conjointe indépendante suivante est incluse dans le rapport publié hier par le Groupe de travail sur les droits de l'homme de World Athletics.

 

En XNUMX, le Centre pour le sport et les droits de l'homme (CHSR) est la principale organisation qui fait avancer un monde du sport qui respecte et promeut pleinement les droits de l'homme. Mission est le principal centre d'expertise à but non lucratif sur les Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme. Notre rôle commun dans ce processus était de fournir des conseils d'experts au Groupe de travail sur les droits de l'homme (GT) sur les normes pertinentes des droits de l'homme et leurs implications pour les opérations de World Athletics.

Nous tenons à saluer les efforts considérables déployés par tous les membres du GT pour développer leurs connaissances sur les droits de l'homme au cours des derniers mois et les appliquer pour développer des recommandations adaptées aux objectifs visant à améliorer et à pérenniser leur sport. Tout au long de ce processus, nous avons cherché à agir en tant qu'« amis critiques » du GT. Nous avons apprécié le dialogue solide, mais toujours constructif, que nous avons eu avec le GT sous la direction de son président. À notre avis, le rapport final du groupe de travail contient un ensemble de recommandations réalistes qui peuvent aider WA à répondre aux attentes croissantes des parties prenantes, ainsi qu'aux normes internationales faisant autorité, sur les droits de l'homme. Notre intention en faisant ce commentaire indépendant est de mettre particulièrement l'accent sur certains aspects des recommandations du groupe de travail qui, selon nous, sont fondamentaux pour une approche crédible de la gestion des risques pour les droits de l'homme par toute organisation sportive, et qui devraient donc être au cœur des efforts de mise en œuvre de WA. . Sans eux, la logique globale des recommandations du GT risquerait d'être mise à mal.

Avant de passer à nos commentaires spécifiques, nous souhaitons les replacer dans le contexte de développements plus larges sur le sport et les droits de l'homme. Il y a eu une évolution importante et rapide au cours des dernières années dans la façon dont les organismes sportifs sont censés gérer leurs impacts sur les personnes. Les États, les sponsors commerciaux et les diffuseurs, les fans et les consommateurs, les ONG, les syndicats et – surtout – les athlètes eux-mêmes attendent de plus en plus des instances dirigeantes du sport qu'elles mettent en place des politiques et des processus solides pour prévenir et traiter les préjudices causés aux personnes en rapport avec le sport. Ceci est essentiel si nous voulons maximiser la promesse de résultats positifs pour les personnes que le sport offre.

Les organismes sportifs doivent mettre en place ces processus de « diligence raisonnable en matière de droits de l'homme » dans leurs trois principales sphères d'activité : en tant qu'employeurs et acheteurs de biens et de services, en tant que propriétaires ou organisateurs de grandes compétitions, et dans leurs rôles de gouvernance pour le sport en général. Shift et CSHR ont toutes deux une expérience pratique de l'accompagnement des instances sportives et de la collaboration avec d'autres parties prenantes pour mettre en œuvre ces nouvelles attentes. Nous avons vu de première main à quel point le rythme de ce changement peut être difficile à gérer pour toute organisation. Pourtant, nous avons également vu que les organismes sportifs capables de devancer ces attentes en évolution sont les mieux préparés pour les défis futurs.

Les parties prenantes s'attendent déjà à ce que les organismes sportifs respectent une norme plus élevée de diligence raisonnable dans des domaines clés, notamment en s'attaquant de manière proactive au harcèlement et à d'autres formes de préjudice envers les athlètes, en créant et en utilisant un levier pour atténuer les risques pour les droits de l'homme liés à l'organisation de compétitions majeures, et dans intégrer une plus grande voix et représentation des athlètes dans leur prise de décision. Les mêmes processus de diligence raisonnable en matière de droits humains que les organismes sportifs doivent adopter pour gérer ces défis peuvent également aider à éclairer leurs approches des problèmes nouveaux et émergents en matière de droits humains. C'est dans cette optique que nous accueillons favorablement les recommandations du GT. Ils proposent une série d'étapes qui peuvent aider à renforcer les efforts existants de WA en matière de droits de l'homme (que le groupe de travail a décrits comme relativement fragmentaires et fragmentés à ce jour), et établissent une base appropriée pour reconnaître et agir sur toute la portée de la responsabilité de WA de respecter les droits de l'homme. à l'avenir. Nous reconnaissons que ces recommandations laissent à juste titre une certaine latitude à WA quant à la manière de les mettre en œuvre ; en même temps, il est important de protéger les éléments clés qui seront essentiels à la crédibilité de toute approche future.

À notre avis, cinq éléments des recommandations du GT qui nécessitent des
l'accent sont :

  1. Adopter un engagement clair et sans équivoque à reconnaître la responsabilité de WA à respecter les droits de l'homme, conformément à la norme faisant autorité des Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme ;
  2. Intégrer l'accès à l'expertise des droits de l'homme dans les propres opérations de WA
    (et en particulier une expertise dans les normes internationales pertinentes) ;
  3. Mener un engagement significatif avec les parties prenantes qui sont ou peuvent être affectées par les décisions de WA, ou avec des mandataires crédibles pour leurs points de vue lorsqu'un engagement direct n'est pas possible ;
  4. Prioriser les risques les plus graves pour les personnes auxquelles WA peut être connecté pour l'attention et les efforts, y compris en considérant le rôle de WA dans la mise en place d'un recours en cas de préjudice ;
  5. Fournir un calendrier et une transparence sur les mesures prises par WA pour respecter son engagement à respecter les droits de l'homme, y compris un examen régulier de ses progrès par rapport à chacune des recommandations, éclairé par une expertise appropriée en matière de droits de l'homme. 

Nous espérons que le Conseil accueillera favorablement les recommandations dans leur intégralité et nous attendons
avec impatience les prochaines étapes de WA sur cet important programme.

En juillet 2020, le Conseil mondial de l'athlétisme nommé un Droits de l'Homme Groupe de travail. Le groupe de travail a été chargé de développer un cadre des droits de l'homme pour l'organisation et de faire des recommandations pour continuer à mettre en œuvre les droits de l'homme à World Athletics. Le groupe de travail de huit membres a été soutenu dans son analyse par le Centre pour le sport et les droits de l'homme et Rachel Davis de Shift sur les normes pertinentes en matière de droits de l'homme et leurs implications pour les opérations de World Athletics.

En juillet 2021, le groupe de travail a présenté son rapport au Conseil de l'AO et en novembre, le Congrès de l'AO a approuvé le rapport final du GT et publié Le résumé du rapport publiquement. 

Articles Relatifs