Préserver le bien-être des personnes affectées tout au long du processus de recours

Résumé de la session

Au cours des cinq dernières années, des histoires d'abus généralisés ont émergé à travers les sports et les continents. En conséquence, les instances dirigeantes du sport ont lancé une série d'enquêtes, d'enquêtes et de mesures disciplinaires. Ces réponses ont souvent été fortement critiquées par les victimes, les survivants, les dénonciateurs et les experts des droits humains.

Il est impératif que le sport s'améliore à cet égard. Si les personnes concernées et les dénonciateurs ne font pas confiance au processus de recours, cela a non seulement un impact sur leur droit de recours, mais empêche également les organismes sportifs d'apprendre de leurs erreurs et d'améliorer leurs systèmes de prévention. 

Les principaux facteurs critiques de succès dans l'enquête et la réparation des abus dans le sport identifiés par les conférenciers comprenaient :

1.  En vous engageant publiquement et sans équivoque à découvrir comment les choses ont si mal tourné et à montrer que vous êtes prêt à apprendre des erreurs du passé.

2.  Changer la dynamique : le sport crée des déséquilibres de pouvoir inévitables qui placent souvent les athlètes dans des positions de vulnérabilité et à risque d'abus et d'exploitation. Les organismes sportifs doivent éviter de manière proactive de reproduire ces dynamiques dans le processus d'enquête et de réparation.

3.  Reconnaissant la douleur et la souffrance des personnes affectées, ainsi que l'impact étendu et durable de la maltraitance :

  • Il peut être utile d'aborder la gravité et la profondeur des dommages causés par la violence à travers le prisme impartial de la neurobiologie du traumatisme. Cela nous permet de définir nos réponses aux traumatismes liés à la violence comme un processus de guérison de la même manière que l'on traiterait une blessure physique.
  • Par exemple, nous n'interrogeons pas quelqu'un lorsqu'il se présente avec une blessure physique. L'approche devrait être la même lorsqu'ils signalent des abus : nous devrions commencer par les croire, d'autant plus que les statistiques montrent que seulement 2 à 8 % des allégations d'abus sont infondées. 
  • Les preuves cliniques montrent que la structure du cerveau change après des événements traumatisants. Les organismes sportifs doivent reconnaître que cela peut affecter la façon dont les athlètes victimes s'engagent et réagissent aux circonstances, et s'adapter à ces effets.  
  • Ces changements dans la structure du cerveau peuvent également avoir des implications majeures sur les performances sportives et la vie post-athlète des athlètes victimes et survivants. Au fur et à mesure que les athlètes victimes et survivants traitent les abus, ils doivent également souvent évaluer leur carrière et s'ils peuvent faire confiance au processus de réparation.
  • En effet, du point de vue de nombreux survivants d'abus, c'est le sport dans son ensemble qui les a laissés tomber. Pour cette raison, les organismes sportifs doivent comprendre qu'ils doivent travailler dur pour rétablir la confiance dans le système. Même si les personnes chargées de l'enquête avec lesquelles les survivants ont affaire sont bonnes et intègres, cette relation de confiance doit encore être guérie.

4.  Reconnaître que les personnes affectées n'ont pas été protégées alors qu'elles auraient dû l'être, et veiller à ce que ceux dont le travail consistait à protéger les athlètes soient tenus pour responsables.

5.  Je m'excuse pour ces échecs et les nombreuses souffrances causées. 

6.  Offrir aux victimes et aux survivants la possibilité d'être entendus et de faire partie de la solution :

  • Cela implique bien plus que simplement informer les personnes concernées des processus ou, occasionnellement, leur demander leur avis. Au lieu de cela, les personnes affectées doivent être associées en tant que partenaires égaux dans un processus de réparation. 
  • Les victimes et les survivants devraient avoir une certaine influence sur la conception de la conception des processus de recours. Voilà à quoi ressemble le rétablissement du pouvoir et c'est un élément essentiel d'un recours efficace. 
  • Reconnaître que les victimes et les survivants d'abus ont une expertise unique que les organismes sportifs avoir besoin afin de comprendre ce qui n'a pas fonctionné et d'éviter que le mal ne se reproduise. Accordez aux victimes et aux survivants le même statut, les mêmes avantages et le même respect qu'aux autres experts. 
  • Soyez courageux et compatissant en engageant les victimes et les survivants en tant que copilotes : cette perte de contrôle est parfois effrayante pour les sportifs, mais il y a un degré d'influence que le sport doit conférer aux victimes et aux survivants s'ils veulent faire confiance au processus de réparation et ses résultats. 

7.  Apporter des changements systémiques pour prévenir les dommages futurs et communiquer ces changements clairement et régulièrement afin que les victimes et les survivants sachent que les autres ne souffriront pas de la même manière. 

8.  Adopter non seulement une approche des enquêtes et des recours tenant compte des traumatismes, mais également une approche intersectionnelle, reconnaissant par exemple la dynamique de genre dans les abus.

9.  Investir du temps, de l'énergie et des ressources pour reconstruire la relation entre les personnes affectées et leur sport, même si les personnes affectées ne veulent pas faire partie de la conception du processus de réparation. Les athlètes qui ont subi des abus ont souvent tant sacrifié pour leur sport, et ils se sentent souvent profondément trahis et abandonnés. Donner aux victimes et aux survivants la chance de guérir la relation avec leur sport fait partie d'un remède efficace.

10.  Reconnaissant que les victimes et les survivants portent le plus lourd fardeau dans le processus d'enquête et de réparation. Il leur est demandé de revivre ce qui est souvent la pire expérience de leur vie afin que les instances sportives puissent enquêter, gérer et gouverner correctement le sport. Cela fait un lourd tribut aux victimes et aux survivants, et les expose parfois, ainsi qu'à leurs familles, à de grands risques physiques, mentaux et professionnels. Ce risque doit être évalué au départ, atténué et régulièrement revu. 

La FIFA reconnaît qu'elle n'a pas toujours raison lorsqu'elle enquête sur ces cas complexes. Ils tirent des leçons lorsque les choses tournent mal et mettent en place des systèmes pour éduquer et renforcer la sensibilisation et la compréhension en interne. Enquêter et remédier aux abus est un défi pour les institutions sportives car elles doivent équilibrer de multiples intérêts concurrents. Ils sont également souvent confrontés à des facteurs indépendants de leur volonté, comme lorsqu'ils travaillent avec des processus de justice pénale. Pour relever certains de ces défis, la FIFA propose une entité multisports indépendante et est prête à investir de l'argent dans le processus proposé. La FIFA appelle d'autres organismes sportifs à s'engager et à soutenir le processus, mais a l'intention de procéder à la création de la nouvelle entité, que ce soutien soit apporté ou non.