Toile de fond de bannière Web SCF19

Les Speakers

Gigi Alford [Directrice du sport et des droits de l'homme, World Players Association; Coordinatrice, Alliance Sport et Droits]

En tant que directeur du sport et des droits de l'homme pour l'Association mondiale des joueurs d'UNI Global Union, Gigi Alford dirige le pilier «Humanité» de la vision des joueurs mondiaux «pour défendre la dignité du joueur et l'humanité du sport». Elle coordonne également la Sport & Rights Alliance (SRA), une coalition mondiale d'ONG et de syndicats de premier plan engagés à intégrer les droits de l'homme dans le monde du sport. À ce titre, elle représente la voix de la SRA pour les groupes touchés au sein du comité de gouvernance du Centre pour le sport et les droits de l'homme. Auparavant, Gigi a travaillé au Bureau de la démocratie, des droits de l'homme et du travail du département d'État américain, où elle a animé le premier Forum Sporting Chance à Washington, DC.

Thiago Gurjão Alves Ribeiro (responsable technique, Organisation internationale du Travail)

Thiago Ribeiro est procureur du travail, travaillant sur les questions de travail forcé et de travail des enfants au Service des poursuites du travail (MPT) du Brésil depuis 2010. Il travaille actuellement en tant que responsable technique principal pour le Service de l'OIT sur les principes et droits fondamentaux au travail au siège de Genève. Il a été chef des affaires internationales et coordinateur du groupe de travail pour la prévention et l'attention aux victimes du travail forcé au MPT / Brésil (2016/2018). Il est ancien juge du travail (Tribunal du travail de Rio de Janeiro, Brésil - 2009/2010).   

Thiago a étudié le droit et la communication sociale et est spécialisé en droit de la procédure civile et du droit du travail.

Hakeem Al-Araibi [Joueur de football professionnel et défenseur des droits de l'homme]

Hakeem al-Araibi est un footballeur australien d'origine bahreïnite. Il a fui Bahreïn pour l'Australie en 2014 à la suite d'allégations selon lesquelles il aurait vandalisé un poste de police à Bahreïn. Al-Araibi s'était prononcé contre la persécution et la torture d'autres footballeurs qui avaient manifesté contre le régime au pouvoir lors du soulèvement bahreïni de 2011. Al-Araibi a nié les allégations en affirmant qu'il avait joué dans un match de football télévisé lorsque l'attaque présumée a eu lieu. . Mais sa détention a été prolongée de 45 jours, au cours desquels il dit que les forces de sécurité ont tenté de lui torturer des aveux.

Après avoir obtenu le statut de réfugié en Australie, il a été arrêté à son arrivée en Thaïlande en novembre 2018 alors qu'il était en lune de miel sur la base d'une "notice rouge" d'Interpol incorrectement émise par Bahreïn, et y a été détenu en attendant son expulsion vers Bahreïn, ce à quoi il s'est opposé. Une campagne a exhorté la Thaïlande à ne pas l'extrader avant le 11 février 2019, lorsque le bureau thaïlandais du procureur général a abandonné l'affaire d'extradition contre lui à la demande de Bahreïn. Il a été renvoyé en Australie le lendemain et est devenu citoyen australien dans les semaines qui ont suivi.

Michelle Bachelet Jeria [Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme]

En septembre, 1, Michelle Bachelet, a pris ses fonctions de Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme. Le Haut Commissariat aux droits de l'homme a été créé à 2018 et Mme Bachelet est la septième Commissaire.

Mme Bachelet a été élue présidente du Chili à deux reprises. Elle a été la première femme présidente du Chili. Elle a été ministre de la Santé et première femme ministre de la Défense du Chili et d'Amérique latine.

Au cours de ses mandats présidentiels, elle a promu les droits de tous, mais particulièrement ceux des plus vulnérables. Parmi ses nombreuses réalisations se distinguent les réformes éducatives et fiscales, ainsi que la création de l'Institut national des droits de l'homme et du Musée de la mémoire et des droits de l'homme, tout comme la création du ministère de la Femme et de l'Égalité des genres, l'adoption de quotas. accroître la participation politique des femmes et l'approbation de la loi sur l'union civile, accordant des droits aux couples de même sexe et faisant ainsi progresser les droits des LGBT.

Depuis le début des années 1990, Mme Bachelet a travaillé en étroite collaboration avec de nombreuses organisations internationales. En 2010, elle a présidé le Social Protection Floor Advisory Group, une initiative conjointe de l'Organisation internationale du travail (OIT) et de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui cherchait à promouvoir des politiques sociales pour stimuler la croissance économique et la cohésion sociale.

En 2011, elle a été nommée la première directrice d'ONU Femmes, une organisation vouée à la défense des droits des femmes et des filles à l'échelle internationale. L'autonomisation économique et la fin de la violence à l'égard des femmes étaient deux de ses priorités au cours de son mandat. Elle a récemment promis d'être un Champion du genre, s’engageant à promouvoir l’égalité des sexes au sein du HCDH et des forums internationaux.

Après avoir terminé son deuxième mandat en mars 2018, elle a été nommée présidente du Partenariat pour la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants, une alliance regroupant plus de organisations 1000 dans les pays 192 des communautés de la santé sexuelle, reproductive, maternelle, du nouveau-né, infantile et adulte. En tant que coprésident du Groupe de pilotage de haut niveau pour chaque femme, chaque enfant, Mme Bachelet a lancé Chaque femme, chaque enfant Amérique latine et les Caraïbes, première plate-forme de mise en œuvre régionale adaptée de la stratégie globale d’EWEC.

Michelle Bachelet est titulaire d'un diplôme de médecine en chirurgie, avec une spécialisation en pédiatrie et santé publique. Elle a également étudié la stratégie militaire et l'Académie nationale de stratégie et de politique du Chili et au Collège interaméricain de défense aux États-Unis.

Pascale Baeriswyl [Secrétaire d'État suisse]

Le secrétaire d'État et chef de la direction des affaires politiques est le premier point de contact du Conseil fédéral en matière de politique étrangère. Elle dirige le développement conceptuel, la coordination et la planification de la politique étrangère et supervise les rapports soumis aux autorités politiques.

Si nécessaire, le secrétaire d'État représente le chef de département aux réunions des commissions de politique étrangère du Conseil national et du Conseil des États. Elle entretient également des contacts réguliers avec ses pairs à l'étranger ou à Berne.

Les dossiers clés comprennent la coopération avec les Nations Unies et la politique de sécurité et de paix.

Pascale Baeriswyl est secrétaire d'État depuis le 1 du mois de décembre.

Festus Bizimana [Vice-président du Comité national olympique du Rwanda]

Festus Bizimana est vice-président du comité national olympique du Rwanda depuis 2017, en charge des fêtes nationales des sports. Auparavant, il a été vice-président de la fédération cycliste du Rwanda pendant 10 ans. Festus est également membre de l'Union Cycliste Francophone (association cycliste des pays francophones) depuis 4 ans (2014-2018). Ancien diplomate rwandais (1998-2006), Festus travaille également pour le département d'État américain à la mission américaine à Kigali depuis 2006. Festus est titulaire d'une maîtrise en études diplomatiques et d'un baccalauréat en histoire politique 

François Croquette [Ambassadeur itinérant pour les droits de l'homme, Gouvernement de la France]

Né en 1966 à Paris, François Croquette est diplômé de Sciences-Po Paris et du LSE.

Il a rejoint le ministère français des Affaires étrangères à 1988 et a commencé sa carrière à Kinshasa avant de suivre, au département Afrique, le démantèlement de l'apartheid. Il faisait partie de la mission d'observation électorale européenne en Afrique du Sud dans 1994. Dans le cadre d'un programme d'échanges diplomatiques, il était chef de la section Corne de l'Afrique du Foreign and Commonwealth Office à Londres (2002-2003).

Il a participé à la réforme de la politique française de développement en tant que chef de cabinet du ministre du Développement et de la Francophonie (2000-2002), puis en tant que directeur du cabinet du ministre du Développement international (2013-2014).

François Croquette a également été conseiller à l'ambassade de France à Moscou (où il a suivi le Caucase et la Tchétchénie entre 1996-1999) et à Londres (2003-2006).

Il était chef du département Amérique du Nord (2010-2011) avant de devenir conseiller non automatique du président du Sénat français (2011-2013). Enfin, il a occupé divers postes dans le domaine de la coopération culturelle, notamment conseiller culturel à Montréal (2006-2010), puis conseiller culturel et directeur de l'Institut français de Londres (2014-2017). 

Rachel Davis [vice-présidente et cofondatrice de Shift]

Shift est le principal centre d'expertise sur les Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme. Rachel a plus d'une décennie d'expérience dans les affaires et les droits de l'homme, ayant été conseillère juridique principale du professeur John Ruggie, ancien représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies, rôle dans lequel elle a contribué à l'élaboration des principes directeurs des Nations Unies. Rachel dirige le travail de Shift avec les organisations sportives, notamment en soutenant le CIO pour développer un cadre stratégique sur les droits de l'homme, un projet qu'elle mène conjointement avec le prince Zeid Ra'ad Al-Hussein. À titre personnel, Rachel préside le comité consultatif indépendant des droits de l'homme de l'instance mondiale de football FIFA. Rachel est également Senior Program Fellow avec l'Initiative de responsabilité d'entreprise à la Harvard Kennedy School, et est diplômée de la Harvard Law School et de l'Université de New South Wales à Sydney.

Maud de Boer-Buquicchio [Rapporteure spéciale des Nations Unies sur la vente et l'exploitation sexuelle des enfants]

Maud de Boer-Buquicchio (Pays-Bas), avocate de formation, a été nommée Rapporteur spécial des Nations Unies sur la vente d'enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants en mai 2014. Elle est également présidente de la Fédération européenne pour les enfants disparus et exploités («Missing Children Europe»). Tout au long de sa carrière professionnelle, Maud s'est concentrée sur les droits humains des enfants. En 1969, elle a rejoint le Conseil de l'Europe où elle a travaillé à différents titres dans le mécanisme de protection des droits de l'homme mis en place dans le cadre de la Convention européenne des droits de l'homme. En 1998, elle a été élue greffière adjointe de la Cour européenne des droits de l'homme. Entre 2002 et 2012, elle a été secrétaire générale adjointe du Conseil de l'Europe, première femme élue à ce poste. À ce titre, elle a été le fer de lance de trois conventions clés du Conseil de l'Europe, à savoir la Convention sur la lutte contre la traite des êtres humains, la Convention sur la protection des enfants contre l'exploitation et les abus sexuels et la Convention sur la prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes et des la violence. 

En sa qualité de Rapporteur spécial des Nations Unies, elle a consacré des rapports thématiques, entre autres, aux vulnérabilités des enfants vente, traite et autres formes d'exploitation dans des situations de conflit et de crises humanitaires;  exploitation sexuelle des enfants et technologies de l'information et de la communication (TIC)adoptions illégalesainsi que  GPA commerciale et vente d'enfants.

Oliver Dudfield [Chef de Sport pour le développement et la paix, Secrétariat du Commonwealth]

Oliver Dudfield est responsable du sport au service du développement et de la paix au Secrétariat du Commonwealth, agence intergouvernementale qui fournit des orientations stratégiques, une assistance technique et des services de conseil aux pays membres du Commonwealth. La Section du sport au service du développement et de la paix aide les pays du Commonwealth à renforcer leurs politiques et stratégies visant à promouvoir et à protéger la contribution du sport au développement durable. Au cours de sa carrière, Oliver a travaillé avec de nombreuses agences des Nations Unies et intergouvernementales, gouvernements nationaux, ONG et organisations sportives dans le cadre de la conception de politiques, de la stratégie et de partenariats de Sport pour le développement et la paix. Avant de rejoindre le Secrétariat du Commonwealth, il était directeur général de Vicsport, principal organisme de sport et de loisirs actifs à Victoria, en Australie, et auparavant directeur du développement international de UK Sport. Il a débuté sa carrière en tant qu'entraîneur de basketball au sein de systèmes nationaux australiens et néo-zélandais.

Craig Foster [avocat des droits de l'homme et ancien footballeur international]

Craig Foster est un joueur de football australien à la retraite qui, depuis février 2019, est analyste sportif pour le Special Broadcasting Service (SBS) en Australie. Foster a représenté l'Australie au niveau des moins de 16 ans en atteignant les quarts de finale du Championnat du Monde U-1985 de la FIFA 16 en Chine, et a joué pour l'équipe nationale australienne de football de 1996 à 2000, remportant 29 sélections et marquant neuf buts.

Plus récemment, Foster s'est engagé dans la défense des droits humains et a été ambassadeur des droits humains et des réfugiés pour Amnesty International. Il a souvent utilisé sa position de présentateur et d'analyste en chef du football chez SBS pour critiquer les pratiques contraires à l'éthique dans le jeu. Foster a fait campagne au nom du footballeur bahreïnite Hakeem al-Araibi, qui a obtenu la protection en tant que réfugié politique en Australie en 2014 mais a été détenu à son arrivée en Thaïlande en novembre 2018 alors qu'il était en lune de miel avec sa femme en raison d'une notice rouge d'Interpol. publié par Bahreïn. Foster a dirigé les efforts internationaux pour obtenir la libération d'al-Araibi, notamment en se rendant en Suisse pour présenter une pétition avec plus de 50,000 signatures exigeant la libération du footballeur détenu à la FIFA, passant du temps en Thaïlande à parler à l'équipe juridique d'al-Araibi et à rendre visite à al-Araibi en prison. Hakeem a été libéré de prison le 11 février 2019.

Andreas Graf [Responsable des droits de l'homme, FIFA]

Andreas coordonne le travail de la FIFA pour intégrer le respect des droits de l'homme dans toutes les opérations et relations de l'organisation.

Il est titulaire d'un doctorat en science politique dans lequel il a évalué la manière dont les normes commerciales internationales et les droits de l'homme façonnent la politique suisse en matière de RSE. Andreas est également titulaire d'une maîtrise en relations internationales de l'Institut de hautes études internationales et du développement de Genève et en études sur la paix et la sécurité de l'Institut pour la recherche sur la paix et la politique de sécurité à Hambourg.

Avant de rejoindre la FIFA en septembre 2016, Andreas a travaillé pour le programme Business & Peace de l'organisation suisse de consolidation de la paix SwissPeace. À ce titre, il a aidé des entreprises à mettre en œuvre des pratiques commerciales sensibles aux conflits, a travaillé avec des entités gouvernementales suisses à l'élaboration du plan d'action national suisse sur les entreprises et les droits de l'homme, et a soutenu le Groupe de travail des Nations Unies sur les entreprises et les droits de l'homme dans ses travaux sur plans d’action nationaux. Andreas a vécu et travaillé dans divers pays du monde, notamment au Burundi, en Mongolie, en Égypte et en Palestine.

Steve Gibbons [Directeur, Ergon Associates]

Steve est cofondateur d'Ergon et possède plus de 25 ans d'expérience dans les domaines du travail et des droits de la personne.

Il a été consultant auprès de grandes institutions internationales, de sociétés multinationales, d'organisations à but non lucratif et de syndicats, notamment l'OIT, le Groupe de la Banque mondiale, la BERD, la Commission européenne, Londres 2012, l'ETI, le Département britannique du développement international et l'OSCE. Il a travaillé dans plus de pays 20 dans divers secteurs, notamment les chaînes d'approvisionnement du pétrole et du gaz, des mines, de la vente au détail, de l'agroalimentaire, de la finance et des vêtements et marchandises.

Steve possède une expertise particulière dans la facilitation du dialogue des parties prenantes ainsi que dans la conception et la gestion de mécanismes de règlement des différends et de règlement des différends conformément aux Principes directeurs des Nations Unies, y compris pour les Jeux olympiques 2012 de Londres. Il est un membre expert du mécanisme indépendant de traitement des plaintes de la DEG et de la FMO.

Avant Ergon, Steve était responsable du droit du travail chez Incomes Data Services, le plus grand centre de recherche sur les relations de travail du Royaume-Uni. Il est un avocat diplômé au Royaume-Uni, un conférencier régulier et le fondateur de la principale société britannique de formation en ligne pour avocats, CPDCast®.

David Grevemberg [Directeur général, Fédération des Jeux du Commonwealth]

David Grevemberg CBE est directeur général de la Fédération des Jeux du Commonwealth (CGF), l'organisation responsable des Jeux du Commonwealth, des Jeux de la Jeunesse du Commonwealth et de nombreuses autres initiatives. Il assure le leadership inspirant du CGF et assure le développement et la livraison de plans stratégiques et opérationnels cohérents avec la vision du CGF, le plan stratégique du CGF (Transformation 2022) et la Constitution et les politiques du CGF.

David a rejoint le CGF après les 2014 Commonwealth Games de Glasgow, où il était directeur général du comité d’organisation et a supervisé l’événement multisport extrêmement réussi pour l’Écosse. Auparavant, il était directeur exécutif du sport et des relations avec les fédérations internationales du Comité international paralympique (IPC), dont le siège est à Bonn, en Allemagne. Ancien lutteur de compétition, il a également servi au cours de sa carrière en tant qu'entraîneur, agent sportif, administrateur d'équipe, consultant et membre du conseil d'administration.

Mary Harvey [Directrice générale, Centre pour le sport et les droits de l'homme]

Mary Harvey est une dirigeante accomplie et innovante en matière de gouvernance et de développement durable du sport avec plus de 15 ans à la tête d'initiatives mondiales visant à réaliser un changement sociétal et l'équité entre les sexes grâce au sport. Les initiatives de Mary ont été lancées et mises en œuvre à l'échelle mondiale par le biais de diverses organisations, ayant un impact durable sur l'autonomisation des filles et des femmes, l'inclusion des groupes marginalisés, la gérance de l'environnement et la réalisation des objectifs de santé et d'éducation. 

Travail actuel

En tant que Directrice générale, Mary dirige le développement du Centre pour le sport et les droits de l'homme nouvellement créé, assurant sa transition réussie d'une structure intérimaire à une entité entièrement indépendante d'ici 2020. Cela comprend la supervision de la vision du Centre, notamment la facilitation des délibérations de la Conseil consultatif multipartite du Centre, gestion opérationnelle et financière, engagement des parties prenantes et bonne gouvernance.

Expérience précédente

Ancienne cadre supérieure de la FIFA (2003-2008), Mary s'est impliquée dans le processus de réforme de la FIFA en lançant la campagne #WomeninFIFA avec l'Australienne Moya Dodd. La campagne a réussi à faire de l'inclusion du genre l'un des principes fondamentaux des réformes adoptées en 2016.

Mary a servi en tant qu'envoyée sportive pour la Division de la diplomatie sportive du département d'État américain à plusieurs reprises, y compris des missions en Irak, en Jordanie, au Canada et au Mexique. Lors de ces missions, l'objectif principal était d'impliquer les principaux intervenants par le biais de la sensibilisation sportive pour promouvoir l'acceptation et l'intégration de divers groupes. Mary est également vice-présidente du conseil d'administration de la Green Sports Alliance, une organisation vouée à tirer parti de l'influence culturelle et commerciale du sport pour inspirer les ligues sportives, les équipes, les sites, leurs partenaires et des millions de fans à adopter les énergies renouvelables, alimentation saine, recyclage, efficacité de l'eau, préservation des espèces, produits chimiques plus sûrs et autres pratiques écologiquement préférables.

Athlète de longue date, Mary a connu une carrière de 8 ans avec l'équipe nationale féminine américaine de football, remportant la première Coupe du monde féminine de la FIFA en 1991 et l'or olympique en 1996. Mary est apparue, avec ses coéquipières, dans le documentaire sportif de HBO, «Osez Rêver." Mary est titulaire d'un MBA de la Anderson School de l'UCLA et d'un BS de l'UC Berkeley.

Conal Heatley [Responsable des opérations et des opérations, Commonwealth Sport Irlande du Nord]

Conal a travaillé au sein du Commonwealth Sport en Irlande du Nord au cours de la dernière décennie et a précédemment occupé le poste de secrétaire général de Triathlon Ireland. Il était un membre clé de l'équipe qui a tenté avec succès d'accueillir les Jeux de la jeunesse du Commonwealth à Belfast en 2021. Les Jeux devaient être supervisés par la Commission des droits de l'homme du NI pour s'assurer que les droits étaient respectés et promus dans tous les aspects de la prestation. Alors que les droits d'hébergement ont été perdus à la suite de l'effondrement du gouvernement en Irlande du Nord, les travaux se sont poursuivis sur le sujet. En partenariat avec des collègues du Rwanda, une Déclaration sur le sport et les droits de l'homme a été rédigée comme une simple «conscience d'entreprise» pour les organismes sportifs. Conal préside le Forum d'Irlande du Nord pour le sport et les droits de l'homme qui rassemble les organismes locaux du sport et des droits de l'homme pour partager leurs expériences et bonnes pratiques.

Iris Hugo-Bouvier [Football et responsabilité sociale, UEFA]

Naickey Ijimbere [Responsable des programmes, Comité national olympique du Rwanda]

IJIMBERE Naickey travaille depuis 5 au Comité national olympique et sportif du Rwanda en tant que responsable des programmes.

Elle travaille quotidiennement avec des athlètes, des entraîneurs et des responsables sportifs pour améliorer leur bien-être au travers de différentes activités.

Ceux-ci peuvent être séparés en cinq catégories: i) Athlètes (de la préparation à la participation aux grandes compétitions) ii) Entraîneurs (renforcement des capacités pour des groupes d'entraîneurs ou d'individus) iii) Gestion des CNO et partage des connaissances iv) Valeurs olympiques v) Programmes spéciaux et forums

IJIMBERE Naickey était chef de mission pour les 12th African Games au Maroc. Elle a pratiqué le basketball, le volleyball et la natation à l'école secondaire. Elle parle couramment l'anglais, le français, le kinyarwanda et le kirundi

Belén Lara Martínez [Chef du Conseil supérieur des relations internationales du sport d'Espagne]

Fonctionnaire public de haut niveau dans l'administration publique en Espagne depuis plus de 20 ans. Au cours des 10 dernières années, elle a travaillé au Conseil supérieur des sports (CSD) du gouvernement espagnol en tant que responsable du domaine de la coopération et des relations internationales.

Dans ce domaine, elle a coordonné l'organisation de plus d'un séminaire international 10 sur les thèmes du sport inclusif, de la femme et du sport, de la protection des enfants, de la gouvernance, de la lutte contre la fraude, de la promotion d'habitudes sportives saines, notamment en Amérique latine. lié à l'agenda 2030

Dans cette même ligne, elle coordonne le Réseau des femmes et des sports Iberomaericana.

En ce qui concerne la question de la protection des enfants et des adolescents dans le sport dans le cadre du Cabinet du Secrétaire d'État au sport participe à différents niveaux de responsabilité dans la sphère internationale et institutionnelle en coordonnant différents programmes aux niveaux national et international, tous inclus dans le hastag #abusofueradejuego.

Elle fait partie de l’équipe qui dirige le projet Erasmus plus Sport I protect, elle participe au groupe d’experts du Conseil de l’Europe Pro Safe Sport et a participé à l’équipe qui a élaboré les guides pour la protection et la prévention du harcèlement sexuel dans le sport conjointement avec l'UNICEF. De la même manière, elle a coordonné le Séminaire ibéro-américain sur la protection des enfants dans le sport organisé au Guatemala en octobre dernier avec la participation des pays 14 de la région.

Depuis août dernier, elle a pris la responsabilité de chef de la zone de projets du CSD et parmi eux, elle est devenue directrice du programme de service aux athlètes de haut niveau (PROAD) https://proad.csd.gob.es/

Depuis août, il assume la responsabilité de la direction du programme d’attention à l’athlète de haut niveau ainsi que de la coordination du programme de développement de l’agenda 2030 tant au niveau de la CDD que du Conseil du sport ibéro-américain.

Kathryn Leslie [Responsable senior de la protection et de la protection des enfants, FIFA]

Kathryn Leslie, de nationalité irlandaise, a assumé le rôle de responsable senior de la sauvegarde et de la protection des enfants de la FIFA en janvier 2019. Elle est chargée de développer et de superviser le programme des gardiens de la FIFA pour les associations membres afin de contribuer à relever les normes de protection dans le football.

Auparavant, Kathryn a travaillé aux Nations Unies pendant dix ans aux niveaux mondial et national. Avec la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies sur la violence contre les enfants à New York, elle a travaillé sur un certain nombre d'initiatives et de partenariats mondiaux pour promouvoir les droits des enfants et les normes internationales de protection de l'enfance. Parmi ceux-ci figuraient le Programme de développement durable à l'horizon 2030 et les garanties internationales pour les enfants dans le sport. Elle était également responsable des partenariats stratégiques et de l'appui technique aux organisations et institutions régionales qui œuvrent pour mettre fin à la violence contre les enfants en Afrique, en collaboration avec les organes conventionnels et les mécanismes régionaux des droits de l'homme.

Auparavant, Kathryn a travaillé pour l'UNICEF en Tanzanie où elle a supervisé et développé le premier plan d'action national multisectoriel du gouvernement pour mettre fin à la violence contre les enfants pour guider la réponse nationale à l'enquête sur la violence contre les enfants en Tanzanie (VACS). Elle a travaillé avec Irish Aid au ministère des Affaires étrangères sur un certain nombre de questions relatives aux droits de l'homme, ainsi qu'avec les ONG SERVE (Irlande) et World Vision (Bosnie) sur les droits des enfants et la protection de l'enfance dans plusieurs secteurs.

Elle est titulaire d'une maîtrise ès arts en études du développement et d'un baccalauréat en sciences politiques en gouvernement et politiques publiques (droits de l'homme, politique sociale, droit public).

Siret Luik [Secrétaire général adjoint de World Archery]

Najat Maalla M'jid [Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies - Violence contre les enfants]

Le Dr M'jid, docteur en pédiatrie, a consacré au cours des trois dernières décennies sa vie à la promotion et à la protection des droits de l'enfant. Elle a été chef du service de pédiatrie et directrice de l'hôpital mère-enfant Hay Hassani à Casablanca. Dr M'jid est membre du Conseil national marocain des droits de l'homme et fondateur de l'organisation non gouvernementale Bayti, le premier programme traitant de la situation des enfants vivant et travaillant dans les rues du Maroc.

De 2008 à 2014, elle a été nommée Rapporteure spéciale des Nations Unies sur la vente d'enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants. 
 
Le Dr M'jid travaille également en tant qu'expert-consultant pour des projets, stratégies et politiques nationaux et internationaux relatifs à la promotion et à la protection des droits de l'enfant. Elle a participé à l'élaboration de politiques nationales sur la protection de l'enfant et a travaillé avec plusieurs gouvernements, organisations non gouvernementales et intergouvernementales. Elle travaille également comme maître de conférences dans des universités marocaines et internationales sur la protection, la promotion, la programmation et le suivi des droits de l'enfant, ainsi que sur les politiques sociales et de développement. Membre de plusieurs organisations et réseaux non gouvernementaux régionaux et internationaux œuvrant pour les droits des enfants, le Dr M'jid est également impliqué dans la formation de travailleurs sociaux, des forces de l'ordre, des enseignants, des juges et du personnel médical.  
 
Le Dr M'jid est titulaire d'un doctorat en médecine générale de l'Université de Rabat, d'une spécialisation en pédiatrie et néonatalogie de l'Université de Bordeaux II et d'un Master en droits de l'homme de l'Institut des droits de l'homme de Genève. Elle est récipiendaire de nombreux prix et distinctions pour son fort engagement à protéger les droits de l'enfant

Olawale Maiyegun [Conseillère spéciale du CSHR et ancienne diplomate du Nigéria et ancienne directrice du Département des affaires sociales de l'UA]

Olawale Maiyegun est un expert en politiques publiques, ancien ambassadeur et diplomate de carrière au sein du service diplomatique nigérian. Il est également ancien directeur du Département des affaires sociales de l'Union africaine, où il a dirigé et supervisé la formulation et la mise en œuvre d'instruments juridiques et politiques fondés sur les droits afin de promouvoir et de protéger les droits et la santé des femmes, des enfants, des adolescents et des personnes âgées. personnes handicapées, populations à risque et groupes minoritaires.

Ses recherches portent actuellement sur l'intersection des droits de l'homme et du sport en Afrique. La migration et le trafic de jeunes sportifs africains font l’objet de son travail visant à documenter les risques pour les droits de l’homme et à collecter des données précises pour l’élaboration de politiques d’atténuation et de mesures correctives fondées sur des preuves.

Maiyegun aide le Centre pour le sport et les droits de l'homme à développer la base de recherche pour sa stratégie des droits de l'homme et du sport en Afrique.

Zeina Mina [Directrice du Comité international des Jeux de la Francophonie]

Mme Zeina MINA est doyenne de la faculté des sciences du sport de l'Université Antonine au Liban depuis 2009. Elle est titulaire d'un doctorat en sciences et technologie des activités physiques et sportives. Après une carrière sportive de haut niveau, au cours de laquelle elle a participé aux Jeux olympiques 1984 de Los Angeles, elle a décidé de concentrer ses efforts sur la croissance et le développement du sport au Liban.

Conseillère auprès du ministre libanais de la Jeunesse et des Sports, elle est devenue membre du Haut Comité national pour la 6ème édition des Jeux francophones qui s'est déroulée à Beyrouth en 2009 et a dirigé la commission des sports.

En 2008, elle a créé un centre d'évaluation des performances d'entraînement au Liban - «Performance First» - une structure innovante dans le monde du sport de performance.

Elle a obtenu un diplôme en sport au ministère de l'Éducation libanais et a créé l'école "Ecole de sport" qui accueille les jeunes de 13 et les aide à gérer leurs études et leur formation.

Elle a ensuite été recrutée par le Comité international des Jeux de la Francophonie (Comité d'organisation des Jeux de la Francophonie) et a participé à l'organisation des Jeux de Nice 2013 et d'Abidjan 2017.

Elda Moreno [Chef du Département des droits des enfants et des valeurs sportives au Conseil de l'Europe]

Elda Moreno est responsable des programmes européens pour la protection des droits de l'enfant, la promotion des droits de l'homme dans et par le sport et la lutte contre le dopage, le trucage de matches et la violence dans le sport. Elle compte 25 ans d'expérience de coopération intergouvernementale dans le développement, la promotion et le suivi de la mise en œuvre des normes juridiques, politiques et stratégies internationales dans les domaines des droits de l'enfant, de l'égalité des sexes, de la violence à l'égard des femmes et de la protection de l'environnement.

Entre 2006 et 2011, Elda Moreno a conçu et coordonné le programme transversal du Conseil de l'Europe »Construire une Europe pour et avec les enfants». Elle a déclenché l'élaboration de plusieurs normes relatives aux droits de l'enfant dans les domaines de la justice, de la santé, des services sociaux et de la participation des enfants. Sa contribution à la fin de la violence contre les enfants comprend le développement de grandes campagnes telles que «Levez la main pour claquer»(Contre les châtiments corporels),« Un sur cinq »(pour prévenir les abus et l'exploitation sexuels) et«Commencer à parler»(Pour mettre fin aux abus sexuels dans le sport). D'avril 2014 à octobre 2016, Elda Moreno a été la directrice du bureau de la Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies sur la violence à l'encontre des enfants à New York.

Plus d'informations:

www.coe.int/children
www.coe.int/sport

John Morrison [Directeur général, Institut des droits de l'homme et des entreprises]

John est directeur général de l'Institut des droits de l'homme et des entreprises (IHRB) depuis sa création à 2009 sous la direction de Mary Robinson (ancienne présidente de l'Irlande et ancienne Haut-commissaire aux droits de l'homme des Nations Unies).

John a conseillé un certain nombre de gouvernements, d'organisations intergouvernementales et d'entreprises sur les droits de l'homme et des questions plus larges de durabilité, de développement et d'affaires internationales. Son livre le plus récent est "The Social License", publié par Palgrave MacMillan en 2014, et il a publié de nombreux articles sur des questions liées à la responsabilité des entreprises, aux droits de l'homme, à la protection des réfugiés et à la traite des êtres humains.

John siège également au groupe consultatif sur les droits de l'homme du ministre britannique des Affaires étrangères et a été boursier Harkness aux États-Unis. En 2017, il a été nommé l'une des 100 personnes les plus influentes au monde sur la question de l'élimination de l'esclavage moderne.

Avant de diriger l’IHRB, John a dirigé l’Initiative des chefs d’entreprise sur les droits de l’homme (2003-9), était le chef des relations publiques de The Body Shop International (2000-3). Avant cela, il travaillait dans le domaine de la protection des réfugiés (en relation avec l’ancien Yougoslavie et sur la traite des êtres humains).

Mark Mungal [Directeur et cofondateur de l'Agence du sport et du développement des Caraïbes]

Avant d'assumer les responsabilités de coordonnateur régional du programme de développement du sport communautaire australien des Caraïbes en 2003, Mark a été enseignant-formateur au département d'éducation physique du Corinth Teachers 'College et chargé de cours au département d'éducation physique et sportive de l'Université de l'Ouest. Indies et a joué un rôle de premier plan dans le développement de programmes académiques dans le sport, l'éducation physique et le sport pour le développement à l'Université de Trinité-et-Tobago, à l'Université des Antilles et à l'Académie régionale des sports (Suriname).

Mark a été entraîneur national de jeunesse, directeur technique et administrateur sportif dans le sport du volleyball et a été membre de plusieurs agences internationales, régionales et nationales au fil des ans, notamment le Conseil consultatif du sport du Commonwealth (CABOS), le Centre d'éducation physique et d'éducation de la CARICOM. Comité consultatif sur le sport et le groupe de travail de la CARICOM sur les droits et la protection des enfants. Mark siège actuellement au conseil consultatif international de Sauvegarde des enfants dans le sport, au comité consultatif international de Safe Sport, au groupe de travail UNICEF / Fondation Barcelone pour le sport pour le développement de l'enfant, à l'Alliance contre les maladies non transmissibles de Trinité-et-Tobago et à la fondation du sport citoyen.

 

Email: [email protected]

Karl-Erik Nilsson [premier vice-président de l'UEFA]

Karl-Erik Nilsson était enseignant dans la région des écoles de Kalmar avant de se lancer en politique. Il a été maire de sa ville natale, Emmaboda, de 1995 à 2006, date à laquelle il a quitté la politique active. Son premier poste dans l'administration du football était au club local Lindås BK. Dans les années 1980, Nilsson a débuté comme arbitre et a continué à officier en UEFA Champions League et dans diverses compétitions de la FIFA et de l'UEFA.

Nilsson a été élu président de la Fédération suédoise de football (SvFF) en mars 2012. Auparavant, il était membre du conseil d'administration de la SvFF, président de l'association régionale Bohuslan et membre du conseil d'administration d'IK Oddevold, un club situé dans sa nouvelle ville natale, Uddevalla. Il était directeur du tournoi au Championnat d'Europe UEFA 2009 de l'UEFA 21 et avait plusieurs autres affectations à l'UEFA, en tant qu'observateur d'arbitres et mentor pour de jeunes officiels.

En avril, 2017, Nilsson a été élu au Comité exécutif de l'UEFA lors du Congrès d'Helsinki et est devenu premier vice-président de l'UEFA.

Tim Noonan [Directeur, Campagnes et communications, Confédération syndicale internationale]

Tim Noonan est directeur des campagnes et des communications à la Confédération syndicale internationale, l'organisation mondiale représentant le million de travailleurs 180 appartenant à des organisations affiliées à 333 dans des pays 162. 

Il dirige les travaux de la CSI sur les événements sportifs mondiaux et leurs impacts sur les droits des travailleurs et les droits de l'homme en général. Cela comprend la campagne pour mettre fin à l'exploitation du travail des enfants et les autres violations des droits des travailleurs dans la production de ballons de football et autres produits sous licence dans les années 1990, la coordination des activités de la CSI dans le cadre des campagnes Play Fair autour des Jeux olympiques et de la Coupe du monde de la FIFA, et plus récemment concernant la situation des travailleurs migrants impliqués dans le programme d'infrastructure à l'approche de la Coupe du monde de football associatif 2022 prévue au Qatar. 

Gregory Nott [Directeur, Norton Rose Fulbright Afrique du Sud Inc.]

Greg est à la tête de l'équipe Afrique de Norton Rose Fulbright basée à Johannesburg.

Le cabinet d'avocats mondial Norton Rose Fulbright conseille Caster Semenya dans son affaire judiciaire devant le Tribunal Arbitral du Sport de Lausanne contestant le «Règlement d'éligibilité pour la classification féminine» de l'Association internationale de la fédération d'athlétisme (IAAF). Caster Semenya est la double championne du monde et la double médaillée d'or du 800 mètres féminin.

Greg est en pratique depuis plus de trente ans. Avocat militant au sein des 80 pendant les périodes de turbulences en Afrique du Sud, il avait une mine de lois sur les droits de la personne et représentait des groupes et des individus dans leur lutte pour la liberté.

En tant qu'associé directeur de Dewey LeBouef, il a représenté Caster Semenya il y a dix ans dans son engagement avec l'IAAF. Ayant noué une amitié à l'époque où il a représenté Caster, il est devenu sa représentante jusqu'à son plus récent défi en Suisse.

Greg est marié à Annmary, une ergothérapeute, et a trois fils, dont un Rhodes Scholar et un joueur de water-polo Oxford Blues.

Moira Oliver [Chef de la politique et chef du contentieux, Droits humains / numériques, BT plc]

Moira Oliver a été nommée responsable des politiques et chef du contentieux, Droits humains / numériques chez BT en juillet 2015. Elle est responsable du programme des droits humains de BT au Royaume-Uni et à l'étranger. Auparavant, en tant que responsable du service juridique, de la responsabilité d'entreprise et de l'environnement de BT, elle a dirigé les équipes juridiques britanniques et internationales de BT Group, conseillant sur les questions environnementales et l'engagement caritatif. Moira a débuté sa carrière comme avocate au sein du cabinet d'avocats Slaughter and May, spécialisée dans le conseil aux entreprises et aux banques. Elle est titulaire d'un diplôme en langue et littérature anglaises de l'Université d'Oxford et est avocate qualifiée.

Moussa Oumarou [Directeur général adjoint du BIT pour les opérations sur le terrain et les partenariats]

M. Oumarou a terminé ses études secondaires dans son pays d'origine, le Niger, et à partir de 1978 a entrepris des études supérieures en France. Il est diplômé de l'Institut Universitaire de Technologie de Béthune, de l'Ecole Normale Nationale de Lyon et de l'Ecole Normale Supérieure de Cachan dont il est diplômé en tant qu'Inspecteur des Etudes Techniques et de la Formation Professionnelle.

Avant d'entrer au BIT, M. Oumarou a occupé de nombreux postes dans l'enseignement et l'administration publique, ce qui l'a conduit à occuper plusieurs postes de responsabilité tels que celui d'inspecteur des études techniques et de la formation professionnelle et de secrétaire général du ministère de l'Education nationale. Il a ensuite été nommé ministre des Services publics, du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale de 1997 à 1999. Il a notamment été membre du Comité interministériel chargé de négocier avec les institutions financières internationales (IFI) dans le cadre des réformes économiques et sociales et président de plusieurs comités chargés de négocier au nom gouvernement avec les partenaires sociaux. C'est au cours de cette période qu'il a fait adopter les textes pour la création d'une commission nationale de dialogue social (une des premières en Afrique). Il a également procédé à la révision des Statuts généraux de la fonction publique et à la mise en œuvre des règlements complémentaires du Code du travail.

Après avoir quitté le gouvernement au Niger, M. Oumarou a commencé à travailler pour l'OIT, d'abord en tant que consultant pour le dialogue social, puis en tant que coordinateur d'un projet national de promotion de la Déclaration relative aux principes et droits fondamentaux au travail. Il est ensuite devenu conseiller technique en chef du programme régional pour la promotion du dialogue social en Afrique francophone. À 2006, il a rejoint le siège du BIT où il a occupé le poste de spécialiste principal de l'administration et de l'inspection du travail.

À 2011, il a été nommé directeur du département des relations industrielles et des relations de travail et a également assumé pendant cette période les fonctions de directeur exécutif du secteur du dialogue social. 

Il est devenu directeur du département de la gouvernance et du tripartisme de 2013, puis directeur général adjoint des opérations sur le terrain et des partenariats sur 1 January 2018.

Il est l'auteur de plusieurs publications sur le dialogue social et l'administration du travail.

Sa carrière lui a valu la décoration de Chevalier des Palmes Académiques (Ordre Académique) et Chevalier de l'Ordre National du Niger (Ordre National du Niger).

Andrés Peñate [Vice-président de la réglementation et des affaires publiques, Anheuser-Busch InBev]

Andrés est vice-président mondial, réglementation et politique publique, Anheuser-Busch InBev. De nationalité colombienne, il a obtenu un diplôme en économie de l’Université de los Andes de Bogotá et une maîtrise en études latino-américaines de l’Université d’Oxford. Andrés a plus de 12 ans d'expérience dans le secteur de la bière et a précédemment occupé le poste de vice-président des affaires corporatives pour SABMiller Amérique latine. Il a auparavant occupé divers postes au sein du gouvernement colombien, notamment celui de directeur de l'agence de renseignement civile du pays et de vice-ministre de la Défense.

Áine Power [Directrice juridique adjointe, Fédération Equestre Internationale]

Áine Power est directeur juridique adjoint de la Fédération équestre internationale (Fédération équestre internationale), l'organe international de gouvernance des sports équestres reconnu par le Comité international olympique.

Áine est une avocate irlandaise diplômée et travaille dans le domaine du droit international du sport depuis près de 10 ans. Avant de se spécialiser en droit du sport, elle a travaillé comme avocate d'entreprise à Dublin, en Irlande. Elle est titulaire d'un Master international en management, droit et sciences humaines du sport du prestigieux programme FIFA Master. Áine a rejoint la FEI en mars 2014 et a été très impliquée dans le programme de sauvegarde de la FEI. Elle a participé à la rédaction de la politique de sauvegarde de la FEI contre le harcèlement et les abus et est l'un des trois membres de l'équipe de sauvegarde dédiée de la FEI.

Mary Robinson [présidente des aînés; Président du Centre pour le sport et les droits de l'homme]

Première femme présidente d'Irlande et ancienne haut-commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Mary Robinson est une ardente et ardente défenseure de l'égalité des sexes, de la participation des femmes à la consolidation de la paix et de la dignité humaine. Mary est membre de The Elders depuis la création du groupe en 2007 et a été nommée présidente de The Elders en novembre 2018.

Elle dirige la Mary Robinson Foundation - Climate Justice, un centre d'éducation et de plaidoyer pour un développement durable et centré sur les personnes dans les communautés les plus pauvres du monde. Elle a été Envoyée spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour le changement climatique de juillet 2014 à décembre 2015, ce qui a vu la conclusion réussie du sommet sur le climat de la COP21 et de l'accord historique de Paris sur le changement climatique. En mai 2016, Robinson a été nommé Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour El Niño et le climat, aux côtés de Macharia Kamau du Kenya, pour attirer l'attention du monde sur les défis urgents posés par les événements météorologiques extrêmes sur les communautés les plus pauvres et les plus vulnérables. .

En tant que Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme (1997-2002), Robinson a intégré les droits de l'homme dans le système des Nations Unies et est devenu réputé comme une voix ouverte dédiée à enquêter et à dénoncer les violations des droits de l'homme à travers le monde. Elle a fondé Realizing Rights: The Ethical Globalization Initiative, qui visait à placer les normes des droits de l'homme au cœur de la gouvernance mondiale et à faire en sorte que les besoins des plus pauvres et des plus vulnérables soient pris en compte sur la scène mondiale.

Robinson a été élue présidente irlandaise en 1990 et a servi pendant sept ans en tant que dirigeante de principe et transformatrice qui a continué à se battre pour l'égalité et les droits des femmes tout au long de son mandat. Fervente partisan du dialogue et de la réconciliation, elle a brisé les tabous en étant le premier chef d'État irlandais à effectuer des visites officielles en Grande-Bretagne, ainsi qu'en se rendant régulièrement en Irlande du Nord. Elle a été le premier chef d'État à se rendre en Somalie après la crise de 1992 et a attiré l'attention des médias mondiaux sur les souffrances des Rwandais en tant que premier chef d'État à se rendre dans le pays juste après le génocide de 1994.


Zeid Ra'ad Al Hussein [ancien Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme]

Le prince Zeid Ra'ad Al Hussein est l'ancien chef des droits de l'homme de l'ONU et est reconnu dans le monde entier comme un défenseur et un promoteur de premier plan et ouvertement des droits de l'homme universels. Il a reçu le prix Stockholdm pour les droits de l'homme en 2019 et le prix Tulip en 2019.

Avec une expérience professionnelle en tant que praticien - un ancien diplomate de haut rang représentant son pays, la Jordanie - ses connaissances sont imprégnées de l'environnement de sécurité mondial, résultant de plus de vingt ans d'exposition directe à bon nombre des crises les plus turbulentes du monde et des menaces de sécurité graves. Il a été président du Conseil de sécurité des Nations Unies (en janvier 2014) et en 2002 a été élu premier président de l'organe directeur de la Cour pénale internationale (CPI) - guidant la croissance de la Cour au cours de ses trois premières années (9 / 2002- 9/2005). Il a présidé certaines des négociations juridiques les plus complexes liées au statut de la Cour, en particulier celles relatives aux éléments des crimes (1999-2000) et du crime d'agression (le «crime international suprême») de 2009-2010. Il a également dirigé les efforts de la communauté internationale pour contrer la menace du trafic de matières nucléaires puis de leur utilisation malveillante par des terroristes (2010-2014). Et il a dirigé les efforts de l'ONU pour éliminer l'exploitation et les abus sexuels dans les opérations de maintien de la paix de l'ONU (2004-2007). Il a été deux fois ambassadeur de Jordanie aux Nations Unies (à New York) et une fois ambassadeur de Jordanie aux États-Unis (2007-2010). Il a également représenté la Jordanie à deux reprises devant la Cour internationale de Justice (CIJ). De 1994 à 1996, il était un soldat de la paix civil des Nations Unies auprès de la FORPRONU. Il est diplômé des universités Johns Hopkins et Cambridge et est membre honoraire du Christ's College de l'Université de Cambridge.

Madhu Rajesh [Directeur, Partenariat international pour le tourisme]

Madhu a commencé sa carrière en travaillant dans les opérations, les ventes et le marketing au Moyen-Orient, en Europe de l'Est et au Royaume-Uni pour une gamme de groupes hôteliers. Elle a passé la dernière décennie à travailler dans le secteur à but non lucratif sur une gamme de questions de développement, notamment l'éducation, l'eau et l'assainissement, les villes durables et les droits de l'homme. Elle rejoint ITP après avoir quitté WSUP (Water & Sanitation For Urban Poor) où elle était directrice des partenariats et du développement, avant de travailler pour le British Asian Trust, un autre Prince's Charity.

Maria José Rienda [Secrétaire exécutive du Conseil du sport ibéro-américain et présidente du Conseil national du sport espagnol, ministère du Sport et de la Culture, Gouvernement d'Espagne]

L'ancienne skieuse de la Coupe du monde, Maria José Rienda, a été nommée nouvelle secrétaire d'État espagnole aux Sports en juin 2018. Rienda, qui a participé à cinq Jeux Olympiques d'hiver et à sept Championnats du monde FIS de ski alpin, est la première dame à occuper ce poste en Espagne . La joueuse de 43 ans est l'athlète espagnole la plus décorée du circuit alpin avec 11 podiums, dont six victoires en slalom géant en Coupe du monde FIS et elle a concouru dans la structure sportive de la Fédération royale espagnole des sports d'hiver pendant 19 ans.

Rienda a pris sa retraite en 2011 et a en même temps reçu la médaille d'or de l'Ordre royal du mérite sportif, décernée par le Consejo supérieur espagnol de Deportes (Conseil supérieur des sports). Au cours des quatre dernières années, elle a maintenu un contact étroit avec la RFEDI, en particulier lors des Championnats du monde FIS de Freestyle et Snowboard de la Sierra Nevada 2017. Rienda occupe le poste de directrice générale des activités et de la promotion du sport de la Junta de Andalucía depuis 2015. Elle est également membre du sous-comité FIS pour le ski alpin féminin.

David Russell [Président de la Commission nationale des droits de l'homme d'Irlande du Nord]

David est directeur général depuis avril 2017. De 2009-2016, il a également été directeur non exécutif du Northern Ireland Community Relations Council.

David a dirigé le devoir de la Commission de conseiller le gouvernement du Royaume-Uni, l'exécutif et l'Assemblée d'Irlande du Nord sur les questions touchant les droits de l'homme dans la juridiction. En outre, il a géré la recherche et l'exercice de pouvoirs d'enquête sur une diversité de questions de politique sociale, des soins de santé d'urgence aux crimes de haine raciste; les droits des résidents des maisons de soins infirmiers face à l'héritage du conflit. En 2008, il a participé à la rédaction de l'avis de la Commission au secrétaire d'État sur une déclaration des droits pour l'Irlande du Nord. En 2010, il a également participé aux travaux du Comité mixte des institutions nationales des droits de l'homme sur l'île d'Irlande pour produire des avis sur une proposition de charte des droits.

David possède une expertise en matière d'assistance auprès des gouvernements et des institutions nationales des droits de l'homme dans les sociétés confrontées à d'importantes réformes constitutionnelles. Il s’agit notamment d’apporter un soutien aux programmes de renforcement des capacités et de gouvernance exécutés en partenariat avec l’ONU, le Royaume-Uni pour les affaires étrangères et le Commonwealth, le Secrétariat du Commonwealth et l’Union européenne.

De 2006 à 2009, David a été chercheur invité à la School of Education de l'Université Queen's de Belfast et de 2002 à 2004, il a été associé de recherche à l'Université d'Oxford. Il est titulaire d'un doctorat de l'Université de York, d'une maîtrise et d'un baccalauréat spécialisé de l'Université Queen's de Belfast.

Guy Ryder [Directeur général, Organisation internationale du travail]

Né à Liverpool (Royaume-Uni) dans 1956, Guy Ryder a étudié les sciences sociales et politiques à l'Université de Cambridge et les études latino-américaines à l'Université de Liverpool. Il parle français et espagnol ainsi que sa langue maternelle, l'anglais. Il a débuté sa carrière professionnelle chez 1981 en tant qu’assistant au Département international du Congrès des syndicats à Londres.

De 1985, il a occupé le poste de secrétaire de la section du commerce industriel de la Fédération internationale des employés de commerce, de bureau, des professionnels et des techniciens (FIET) à Genève.

En 1988, Guy Ryder devient directeur adjoint et - à partir de 1993 - directeur du bureau genevois de la Confédération internationale des syndicats libres (CISL).

Guy Ryder est entré pour la première fois à l’Organisation internationale du travail en 1998 en tant que directeur du Bureau des activités pour les travailleurs et, à partir de 1999, en tant que directeur du cabinet du Directeur général. C'est à cette époque que l'Agenda du travail décent de l'OIT a été lancé et a obtenu le soutien de la communauté internationale.

En 2002, il a été nommé secrétaire général de la CISL, dirigeant le processus d'unification mondiale du mouvement syndical international démocratique. Il a été élu premier secrétaire général de la Confédération syndicale internationale (CSI) lors de sa création en 2006. Il a dirigé des délégations syndicales internationales à des pourparlers de haut niveau avec l'ONU, le FMI, la Banque mondiale et l'OMC et aux sommets des dirigeants du G20 .

En septembre 2010, Guy Ryder est revenu à l'OIT à Genève en tant que directeur exécutif, responsable des normes internationales du travail et des principes et droits fondamentaux au travail. Il a notamment supervisé l’application des conventions et recommandations de l’OIT. Il a également dirigé plusieurs missions de haut niveau de l'OIT chargées de traiter diverses questions liées aux normes du travail dans des pays tels que Bahreïn, la Colombie, Fidji, la Géorgie, la Grèce, le Myanmar et le Swaziland.

Guy Ryder a été élu Directeur général de l'OIT par le Conseil d'administration du BIT en mai 2012 et est entré en fonction le 1er octobre 2012. En entrant en fonction, il s'est engagé à positionner l'Organisation comme un acteur déterminé traduisant le principe en action et en veillant à ce qu'elle ait la capacité faire une différence majeure dans la vie professionnelle des personnes sur tous les continents. Pour soutenir cela, il a lancé un important processus de réforme visant à assurer l'autorité de l'OIT sur les questions relevant de son mandat.

Guy Ryder a été réélu Directeur général de l'OIT par le Conseil d'administration de l'OIT le 7 novembre 2016 avec un soutien écrasant dans l'ensemble de la circonscription tripartite de l'OIT. Son deuxième mandat a débuté le 1er octobre 2017.

Jeffrey Schlagenhauf (Secrétaire général adjoint, Organisation pour la sécurité économique et le développement)

M. Jeffrey Schlagenhauf, de nationalité américaine, a pris ses fonctions de Secrétaire général adjoint de l’OCDE début mai 2019.

Avant de rejoindre l'OCDE, M. Schlagenhauf a été directeur adjoint de la politique économique du Bureau de la gestion et du budget de la Maison Blanche (OMB). Dans ce rôle, il a été le principal conseiller économique du directeur. M. Schlagenhauf a représenté l'OMB dans le processus de «Troïka» qui a déterminé les hypothèses économiques sous-tendant le budget annuel de l'administration. En tant que chef de la Division de la politique économique, il a supervisé une équipe d'économistes de carrière et l'Équipe des preuves qui se concentre sur la mise en œuvre de politiques fondées sur des données probantes dans l'ensemble du gouvernement fédéral américain.

Avant de rejoindre le Bureau du budget de la Maison Blanche, M. Schlagenhauf a travaillé dans l'arène des politiques publiques pendant près de quatre décennies. Il a servi pendant plus d'une décennie en tant que membre de haut niveau du Comité économique mixte du Congrès, notamment en tant que directeur exécutif du comité et directeur du personnel républicain. M. Schlagenhauf a également occupé le poste de cadre supérieur au Sénat américain et à la Chambre des représentants des États-Unis, notamment en tant que chef de cabinet du représentant américain Thomas J. Bliley, Jr. de Virginie.

L'expérience non gouvernementale de M. Schlagenhauf incluait la fonction de président d'une association professionnelle nationale, de consultant privé et de conseiller en politique économique pour la campagne Donald J.Trump pour le président en 2016. 

M. Schlagenhauf est né et a grandi dans l'ouest de New York. Il reste un fan inconditionnel des Buffalo Bills du football américain et des Buffalo Sabres du hockey.

M. Schlagenhauf est diplômé du College of William and Mary en Virginie. En 1998, il a été nommé par le gouverneur de Virginie pour siéger au conseil des visiteurs de l'université.

Silas Sinyigaya [Vice-président de la Commission nationale des droits de l'homme du Rwanda]

Silas SINYIGAYA est actuellement vice-président de la Commission nationale des droits de l'homme du Rwanda. Auparavant, il était le secrétaire exécutif de la plate-forme de la société civile du Rwanda (RCSP). Ici, il a veillé à ce que les droits de l'homme soient intégrés dans les programmes de développement du pays en tant que membre du comité directeur de la stratégie nationale de transformation (NST1), de la Vision 2030 et du programme de 7 ans du gouvernement.

M. SINYIGAYA a participé aux missions d'évaluation du Sénégal (2016) et de la Côte d'ivoire (2018) dans le cadre du "Peer African Review" de l'Union africaine (UA) pour le pôle de gouvernance démocratique. Mécanisme (MAEP).

En outre, M. Sinyigaya a représenté le Rwanda à la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL), une organisation intergouvernementale basée au Burundi et regroupant des États membres de 12. Ici, il était responsable des droits de l'homme au niveau régional en tant que directeur de la démocratie et de la bonne gouvernance.

Avant de travailler pour la CIRGL, il était secrétaire exécutif du Fonds de coordination des organisations de défense des droits de l'homme (CLADHO) au Rwanda. Il travaille depuis plus de 20 au sein d'institutions de promotion et de protection des droits de l'homme.

Il parle couramment le kinyarwanda (langue maternelle), le français, l'anglais et le swahili.

Aaron Smith [Jeune ambassadeur, Commonwealth Sport Irlande du Nord]

Aaron est un jeune ambassadeur du programme Together: Building United Communities d'Irlande du Nord, qui est facilité par le Department for Communities, le Dame Kelly Holmes Trust et PeacePlayers NI. Le programme aide les jeunes à développer leurs compétences et leurs opportunités de carrière, tout en devenant les ambassadeurs de bonnes relations dans leur propre communauté. Il a été impliqué avec Co-Operation Ireland dans des projets transfrontaliers et intercommunautaires et a participé à la Semaine d'action démocratique européenne, rencontrant des jeunes de toute l'Europe pour discuter de la durabilité, des arts et du sport. Un défenseur de l'autonomisation des jeunes et du rôle qu'ils peuvent jouer au sein de leurs communautés locales et dans le monde, tout en développant et en comprenant des méthodes de protestation pacifique pour exprimer les préoccupations des jeunes. Aaron a joué un rôle clé dans une initiative récente qui a utilisé le sport et les droits de l'homme pour connecter les jeunes d'Irlande du Nord et du Rwanda.

Matthias Thorns [Secrétaire général adjoint, Organisation internationale des employeurs]

Matthias Thorns est le secrétaire général adjoint de l'Organisation internationale des employeurs (OIE) à Genève.

Avant l'OIE, Matthias était directeur des relations internationales du travail et des droits sur le lieu de travail chez The Coca-Cola Company, directeur adjoint, Affaires européennes et internationales, Confédération des employeurs allemands (BDA) à Berlin, et conseiller aux affaires européennes et internationales, Confédération. des employeurs allemands (BDA). Il a également été conseiller pour les affaires sociales chez Businesseurope à Bruxelles.

Matthias a obtenu son diplôme d'histoire et de philosophie aux universités de Hanovre et de Bristol et son diplôme de troisième cycle à l'université de Hanovre.  

Anne Tiivas [présidente, Safe Sport International]

Anne est l'ancienne directrice de l'Unité de protection de l'enfance dans le sport de la Société nationale pour la prévention de la cruauté envers les enfants [NSPCC], où elle a travaillé pendant près de 18 ans jusqu'en septembre 2019. Cofinancé par la Société nationale pour la prévention de la cruauté envers les enfants et Sport Angleterre, Sport NI, Royaume-Uni Sport et Sport Pays de Galles. Elle a été impliquée de manière centrale dans l'élaboration et le suivi des normes nationales de sauvegarde pour les enfants dans le sport au Royaume-Uni depuis 2001 et dans le développement des nouvelles garanties internationales pour les enfants dans le sport [en collaboration avec l'UNICEF UK en tant que membre fondateur de l'International Safeguards for Children in Sport Founders groupe]. En 2016, l'Unité de protection de l'enfance dans le sport a reçu le prix Unicef ​​International pour la sauvegarde des enfants dans le sport lors du Sommet Beyond Sport.

Anne a récemment été nommée présidente du Groupe consultatif international sur les sauvegardes pour les enfants dans le sport, après avoir été membre fondateur de l'initiative visant à créer les sauvegardes en collaboration avec l'UNICEF, l'Université Brunel et d'autres organismes sportifs depuis 2012. Anne est membre de l'expert de la FIFA. groupe sur la sauvegarde des enfants ». Anne conseille un certain nombre de groupes internationaux sur la protection et la sauvegarde de l'enfance dans le sport, y compris le Panathlon International [membre du Comité scientifique et culturel] et est fréquemment appelée à contribuer à l'élaboration de politiques à l'étranger. Elle a récemment participé à plusieurs projets de l'Union européenne sur la sauvegarde dans le sport des jeunes et le sport d'élite des jeunes qui traversent plus d'une douzaine d'États membres européens. Il s'agit notamment de «Protéger le sport des jeunes» dirigé par le CIEM et de l'initiative «Le sport respecte vos droits» coordonnée par l'Université Edgehill.

Anne a travaillé avec le CIO sur plusieurs projets ces dernières années et est co-auteur de la plus récente «Déclaration de consensus du CIO: harcèlement et abus [violence non accidentelle] dans le sport». Elle a beaucoup écrit sur le thème de la maltraitance des enfants dans le sport et est co-auteur d'un nouveau chapitre dans le Oxford Textbook of Children's Sport and Exercise Medicine 2017 - Protéger les enfants athlètes contre la mauvaise gestion médicale et d'autres formes de violence [non accidentelle] en sport.

Anne est présidente et directrice de Safe Sport International.

Tatiana Valovaya [Directrice générale des Nations Unies à Genève]

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a annoncé le 30 mai 2019 la nomination de Tatiana Valovaya, de la Fédération de Russie, au poste de Directrice générale de l'Office des Nations Unies à Genève. Elle succède à Michael Møller du Danemark.
 
Mme Valovaya apporte au poste plus de 35 ans d'expérience approfondie dans le journalisme, la diplomatie et le service gouvernemental. Elle est dernièrement membre du conseil d'administration et ministre en charge de l'intégration et de la macroéconomie de la Commission économique eurasienne, l'organe exécutif de l'Union économique eurasienne (EEU) qui est responsable de la mise en œuvre des décisions, du respect des traités de l'UEE et de la gestion des affaires courantes de l’Union. 
 
Elle a débuté sa carrière au sein du gouvernement de la Fédération de Russie en 1989 et a occupé diverses fonctions, notamment en tant que troisième et deuxième secrétaire de la Mission permanente de la Russie auprès de l'Union européenne à Bruxelles (1989-1994) et directrice adjointe puis directrice de la Département de la coopération internationale de la Fédération de Russie (1999-2012). Avant de rejoindre le gouvernement de la Fédération de Russie, elle a travaillé comme reporter à «The Economic Gazette» à Moscou (1983-1989). 
 
Mme Valovaya est diplômée du Département des relations économiques internationales de l'Institut financier de Moscou. Elle est titulaire d'un doctorat et d'un doctorat en sciences économiques de l'Académie financière d'État de Moscou. Elle a beaucoup écrit sur les relations monétaires internationales, l'intégration économique européenne et la coopération économique avec les États membres de la Communauté des États indépendants.

Minky Worden [Directrice des initiatives mondiales, Human Rights Watch]

En tant que directrice des initiatives mondiales de Human Rights Watch, Minky Worden développe et met en œuvre des campagnes internationales de sensibilisation et de plaidoyer. Auparavant, elle a été directrice des médias de Human Rights Watch, travaillant avec les journalistes du monde entier pour les aider à couvrir les crises, les guerres, les violations des droits humains et les développements politiques dans quelque 90 pays du monde. Worden a enseigné en tant que professeur associé adjoint à la School of International and Public Affairs (SIPA) de l'Université Columbia depuis 2013. Avant de rejoindre Human Rights Watch en 1998, Worden a vécu et travaillé à Hong Kong en tant que conseiller du président du Parti démocrate Martin Lee et a travaillé chez le ministère de la Justice à Washington, DC en tant que rédacteur de discours pour le procureur général des États-Unis et au bureau exécutif des procureurs américains. Membre du Council on Foreign Relations, Worden parle cantonais et allemand et est membre élu du conseil des gouverneurs du Overseas Press Club. Elle est rédactrice en chef de The Unfinished Revolution (Seven Stories Press, 2012) et China's Great Leap (Seven Stories Press, 2008), et co-éditrice de Torture (New Press, 2005).

Ambet Yuson [Secrétaire général, Internationale des travailleurs du bâtiment et du bois]

Ambet Yuson est le secrétaire général de l'Internationale des travailleurs du bâtiment et du bois (IBB), une fédération syndicale mondiale dont le siège est à Genève, en Suisse, qui représente 12 millions de travailleurs dans 135 pays. Il est également président du groupe de travail du Conseil des syndicats mondiaux sur la migration. Auparavant, Ambet a occupé plusieurs postes à l'IBB, notamment celui de représentant régional pour la région Asie-Pacifique de 2007 à 2009 et de secrétaire à l'éducation au siège de l'IBB de 2002 à 2006.

Avant de rejoindre l'IBB en 1997, Ambet a commencé comme organisateur communautaire et éducateur syndical auprès de divers syndicats et organisations de base; et a ensuite été secrétaire général de la National Peace Conference (NPC), une coalition multisectorielle d'organisations populaires, de syndicats et d'organisations de la société civile aux Philippines qui prônait un véritable programme de paix et de réforme sociale. Il a participé au mouvement démocratique des années 1980 contre la dictature de Marcos et la «Révolution du pouvoir populaire / EDSA de 1986» qui a finalement mis fin à cette dictature. Ces expériences ont galvanisé sa croyance en la puissance de la solidarité internationale et de l'action collective.