Événement passé : Travail des enfants dans le sport : Protéger les droits des enfants athlètes

Évènement passé

Du 19 mai 2022 11h15 au 19 mai 2022 12h15 (CET)

Cours de

Veuillez noter l'heure exacte pour cet événement : 11h15 SAST/Durban Time, 11h15 CET, 10h15 BST et 5h15 EDT/New York

Travail des enfants dans le sport : protéger les droits des enfants sportifs. 19 mai 2022 11h15 à 12h15 CET

Doté d'

  • Dr Decius Chipande, Modérateur
    Coordinatrice du Conseil des Sports de l'Union Africaine
  • Marie Harvey, bienvenue
    Directeur général, Centre pour le sport et les droits de l'homme
  • Professeur Jaap Doek – Présentation sur le comité de pilotage du projet et la méthodologie
    Président du comité directeur sur le travail des enfants dans le sport
    Ancien président du Comité des droits de l'enfant des Nations Unies
  • Benjamin Smith – Présentation sur les consultations du projet
    Officier principal sur le travail des enfants, Organisation internationale du travail

Panel – Présentation des conclusions et recommandations

  • Yoshie Noguchi
    Fonctionnaire du BIT à la retraite, experte en travail des enfants
  • Dr Paulo David
    Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme
    Auteur du livre : Les droits de l'homme dans le sport des jeunes : un examen critique des droits de l'enfant dans le sport de compétition 
  • Andréa Florence
    Directeur par intérim de la Sport and Rights Alliance
  • Dr Michel Bergeron
    Conseiller clinique et scientifique en sciences et médecine du sport et santé de la performance

Téléchargez le livre blanc maintenant

Informations complémentaires,

Depuis plus de quatre décennies, des appels ont été lancés pour examiner la situation des droits des enfants dans le sport qui sont placés dans des situations qui, en appliquant les définitions des traités internationaux, peuvent être qualifiées de travail des enfants. Jusqu'à récemment, ces appels n'avaient reçu que peu ou pas d'attention.

Points de Consensus qui ont été adoptés lors de la 1st Le Forum de dialogue mondial de l'OIT sur le travail décent dans le monde du sport, qui s'est tenu du 20 au 22 janvier 2020, a souligné que : 

Les enfants et les jeunes athlètes ont besoin d'une protection spéciale contre les abus et contre les blessures et les maladies résultant du sport, y compris la protection du bien-être mental. Cette protection est particulièrement importante pour les mineurs en situation d'éloignement de leur domicile. La convention (n° 1999) sur les pires formes de travail des enfants, 182, est particulièrement pertinente à cet égard.

et réclamait :

…préservant les droits des enfants et des jeunes à participer au sport dans des conditions de liberté, de dignité et de sécurité, notamment grâce à l'intégration de politiques, de programmes et de formations dédiés, conformes à l'intérêt supérieur de l'enfant et aux normes internationalement reconnues.

LE PROBLÈME

Partout dans le monde, des adultes qui étaient des enfants athlètes ont commencé à élever la voix, rappelant les situations et les conditions qu'ils ont rencontrées en tant que jeunes dans le sport, notamment : des heures excessives d'entraînement intensif (par exemple, un enfant de six ans doit s'entraîner 20 heures par semaine), entraînements répétés excessifs qui ont causé des blessures chroniques et/ou graves, trafic et vente dans et par le sport, perte d'éducation et de développement social équilibré, et être soumis à l'intimidation, au harcèlement, à la violence, aux abus, à la négligence, à l'exploitation, aux blessures évitables et le dopage.

De telles situations peuvent être considérées comme des « travaux dangereux » ou d'autres formes de travail des enfants, telles que définies dans la Convention 182 de l'OIT qui a été ratifiée par tous les États membres de l'OIT.

SOLUTION

En réponse, le Centre pour le sport et les droits de l'homme (CSHR), en collaboration avec l'OIT, a entrepris le processus de préparation d'un livre blanc sur cette situation. L'objectif principal est de faire prendre conscience de la manière dont le travail des enfants dans le sport entraîne la compromission et la violation des droits, et de fournir des conseils aux entités étatiques concernées, aux organisations sportives et aux autres parties prenantes sur la manière de prévenir et de répondre à l'intimidation, au harcèlement, à la violence, aux abus. , la négligence, l'exploitation, les blessures et le dopage des enfants dans le cadre du sport.

Le processus, qui a débuté fin 2021, est guidé par un comité directeur de 13 éminents experts du monde entier. Le processus comprend un examen approfondi de la littérature pertinente et 25 consultations, qui ont recueilli et analysé les commentaires d'un large éventail d'experts et de parties prenantes. Il s'agissait notamment de fédérations et d'organisations sportives internationales ; les groupes représentatifs d'athlètes et les syndicats ; entités régionales intergouvernementales; des experts du travail des enfants et des droits de l'enfant, y compris des membres actuels et passés du Comité des droits de l'enfant des Nations Unies, des agences des Nations Unies et des rapporteurs spéciaux des Nations Unies, des entraîneurs, des médecins du sport, de l'industrie du divertissement, des universitaires, des agences engagées dans la lutte contre la traite des enfants et à travers le sport, les académies sportives et plusieurs entités nationales de premier plan qui prennent des mesures pour apporter des changements à la situation tant au niveau des politiques que de la pratique.

Au cours de l'événement, le Comité de pilotage du projet lancera les principales conclusions et recommandations du Livre blanc ainsi qu'un appel à réponses, en particulier du monde du sport et des gouvernements.

Articles Relatifs