Christian Widell 6Zwp57z4ltg Unsplash

Le CSHR collabore avec l'Institut Asser sur un nouveau cours de formation sur le sport et les droits de l'homme

Centre pour le sport et les droits de l'homme

Il ne fait aucun doute que le mouvement du sport et des droits humains est là pour rester. Cela se voit dans le nombre croissant de violations des droits de l'homme liées au sport qui sont découvertes, ainsi que dans le nombre croissant d'organismes sportifs à tous les niveaux qui commencent à intégrer la diligence raisonnable en matière de droits de l'homme dans leurs politiques et pratiques. La pression continue de monter des acteurs de la société civile sur les acteurs puissants du sport pour qu'ils se réforment et s'engagent de manière constructive pour faire progresser le respect des droits de l'homme. 

Ces tendances exigent que tous ceux qui travaillent dans ce domaine en évolution rapide, ou aspirent à le faire, aient les connaissances et les capacités nécessaires pour contribuer à un monde du sport qui respecte pleinement les droits de l'homme. Faire progresser le domaine par l'éducation était l'objectif du récent cours d'une semaine sur « La gouvernance du sport et les droits de l'homme ». Hébergé par le Institut TMC Asser à La Haye en collaboration avec le Centre pour le sport et les droits de l'homme (CSHR), le cours a réuni un groupe international de sportifs et d'étudiants désireux d'en savoir plus sur les liens entre le sport et les droits de l'homme.

Chaque journée était consacrée à un thème différent commençant par une introduction historique par Stephen Cockburn sur les premières campagnes d'Amnesty International concernant le sport et les événements sportifs, et un aperçu des manifestations d'athlètes depuis les premières années du Mouvement olympique partagé par Jörg Krieger de l'Université d'Aarhus. William Rook du CSHR a présenté des développements plus récents dans le domaine, y compris la création du Centre. 

La deuxième journée a porté sur la gouvernance, en examinant comment les organismes sportifs internationaux et nationaux ont relevé les défis des droits de l'homme ces dernières années, avec des contributions de Rachel Davis de Maj, Gijs de Jong de la KNVB (Association néerlandaise de football), David Grevemberg et notre Alison Biscoe du CSHR et Andreas Graf de la FIFA.   

Une gamme d'autres conférenciers présentés tout au long de la semaine, y compris Natacha da Silva réfléchir sur le travail des Commissions australienne et néo-zélandaise des droits de l'homme pour évaluer les risques pour les droits de l'homme liés à la Coupe du Monde Féminine de la FIFA en 2023 et sur un certain nombre d'intervenants se concentrant sur la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022, notamment Mahmoud Qutb du Comité suprême pour la livraison et l'héritage, Ambet Yuson représentant l'Internationale des travailleurs du bâtiment et du bois, Mustafa Kadri d'Equidem Research et Andreas Graf présentant le point de vue de la FIFA. 

des représentants de la FIFPRO, parmi lesquels Nienke van Gerven, Sarah Grégoire, Alex Culvin et notre Alexandra Gómez Bruinewood, ont partagé des informations sur le travail de la FIFPRO et sur la manière dont elle aide directement les footballeurs professionnels à revendiquer et à faire respecter leurs droits humains. Andréa Florence de la Sport and Rights Alliance a animé une séance sur les droits des enfants athlètes. 

La dernière journée a porté sur le concept de recours, ce qu'il signifie dans le contexte des violations des droits de l'homme liées au sport, les voies et mécanismes disponibles, et les principaux défis à relever pour garantir des recours efficaces aux personnes victimes d'abus liés au sport. Antoine Duval de l'Institut Asser ont discuté du rôle du Tribunal arbitral du sport et Patrick Bracher de Norton Rose Fulbright a examiné spécifiquement l'affaire Caster Semenya et comment elle est passée du TAS au Tribunal fédéral suisse et maintenant à la Cour européenne des droits de l'homme. Florian Yélin, de World Players, a présenté son mécanisme alternatif de règlement des différends en matière de sport et de droits de l'homme, développé en collaboration avec la Cour permanente d'arbitrage de La Haye.

Nous avons eu la chance d'avoir tous ces conférenciers avec nous pour des sessions inspirantes et prometteuses. Nous avons été encouragés par la diversité des participants et leur engagement actif tout au long de la semaine. Le thème du sport et des droits de l'homme gagne clairement en pertinence et des programmes comme celui-ci peuvent contribuer à garantir la poursuite de changements significatifs. Les opportunités de formation et d'éducation sont essentielles dans les efforts continus pour diffuser les connaissances sur la manière de réagir et de traiter les atteintes aux droits humains dans le monde du sport. 

Cette première édition révolutionnaire de notre cours a permis de démontrer l'importance de la responsabilité partagée entre tous les acteurs de l'écosystème du sport. Le Centre continuera à soutenir ces initiatives et d'autres, conformément à notre travail de renforcement des capacités et de partage des connaissances.

Articles Relatifs