Messages clés du SCF23

Le Sporting Chance Forum 2023 (SCF23), organisé au Palais des Nations de l'ONU à Genève, a coïncidé avec la commémoration du 75e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme (DUDH). Plus de 650 intervenants et délégués de tout l'écosystème sportif et du monde entier se sont réunis les 5 et 6 décembre 2023 pour explorer des stratégies innovantes et de nouvelles formes d'action collective pour faire progresser le respect des droits de l'homme dans le monde du sport. En tant que contribution à l'ONU Droits de l'homme 75 Dans le cadre de cette initiative, les participants ont cherché à se préparer, à s'engager et à promettre leur soutien pour façonner les décennies à venir d'un sport responsable fondé sur les principes universels des droits de l'homme et des droits du travail. Le SCF23 a été organisé par le CSHR et co-organisé par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH), l'Organisation internationale du travail (OIT) et le gouvernement suisse avec le soutien des fondations Open Society.

Le SCF23 a réuni des représentants issus d’horizons et de rôles variés issus de l’ensemble de l’écosystème sportif mondial. Avec un journaliste estimé Tracey Holmes en tant que Maître de Cérémonie, Mary Harvey, et ambassadeur Anna Ifkovits Horner du gouvernement suisse a accueilli les délégués à l'ONU. Ouverture des conférenciers Volker Turk, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Directeur général adjoint de l'OIT Manuela Tomei, ministre des Sports du Canada Carla Qualtoughet une Epsy Campbell Barr, Le président de l'Instance permanente des Nations Unies sur les personnes d'ascendance africaine a préparé le terrain pour l'événement. Au cours des deux jours, les participants ont également entendu les interventions de Théodore Théodoridis de l'UEFA, Tatiana Valovaya de l'Office des Nations Unies à Genève, Daphné Panayotatos des Fondations Open Society et footballeur Vinicius Jr, aboutissant à Payoshni Mitra présentation de l'athlète sud-africain Caster Semenya en conversation avec le président d'honneur du SCF23, Mary Robinson.

L'ordre du jour du SCF23 a abordé un large éventail de questions au cours de six sessions, avec l'expertise et les idées de panélistes de tous les secteurs de l'écosystème du sport et des droits de l'homme. Les séances comprenaient l'exploration de la manière d'aller au-delà des engagements en faveur d'un leadership transformationnel et d'un changement de culture, avec l'aide de David Rodin, Mayi Cruz Blanco, Rubén Escalante Hasbun, Matthieu Grahamet une Michelle Moore; abordant les risques sociaux et de gouvernance, les réglementations et les responsabilités qui façonnent l'avenir du sport dirigé par Anita Ramasastry, Tihana Bule, Rae Lindsay et de Magali Martowicz; s'attaquer aux défis systémiques du sport à travers les voix de ceux qui ont une expérience vécue, d'abord en relation avec l'inégalité raciale et l'héritage du colonialisme sur les questions de vérité, de justice, de réparation et de réconciliation avec David Grevemberg, Stan Grant, Marjorie Guillaume, Keith Joseph et de Azem Rafiq; deuxièmement, sur des questions embrassant l'intersectionnalité et la solidarité dans les politiques et les pratiques du sport féminin avec Lombe-Mwambwa, Gabriela Garton, Khalida Popalet une Nathalie Washington, et troisièmement, en se concentrant sur les jeunes journalistes dans les communautés et lors d'événements sportifs avec Sabrina Razak, Shireen Ahmed, Nénucha Ciss, Monifa Monderoy et de Miriam Walker-Khan; jusqu'à réfléchir à la manière de réagir et de remédier aux cas d'abus dans le sport en menant des enquêtes sûres, efficaces et appropriées avec l'expertise de Kat Craig, Benjamin Benjamin, Kirsty Burrows et de Joanna Maranhão. Le SCF23 a culminé avec des idées sur la manière de donner vie au sport et aux droits de l'homme au niveau de la ville hôte avec Minal Davis, Dane Diamant, Matt Mullen et de Lee Strieb. Grâce à tous les intervenants, ce rapport de synthèse distille et identifie les thèmes cohérents et émergents des participants du SCF23.

THÈMES CLÉS

Lorsque le sport montre l’exemple, il a le potentiel de promouvoir la transformation sociale et environnementale, de faire tomber les barrières et d’unir les peuples divers pour faire face à des défis complexes. Les intervenants du SCF23 ont souligné la réalité selon laquelle, depuis trop longtemps, le sport n’a pas répondu aux attentes de tout le monde, les structures hiérarchiques et patriarcales contribuant à perpétuer les déséquilibres de pouvoir dans le sport moderne et à préserver le centrisme européen et nord-américain. Les participants ont exploré comment raviver l'espoir de réaliser les droits de l'homme dans le sport et l'importance de rétablir la confiance, l'écoute et la collaboration. Un certain nombre de grands thèmes et priorités d’action ont été identifiés qui devraient éclairer le travail de toutes les parties prenantes dans les temps à venir.

Remédier au déficit de confiance dans le sport

Les institutions sportives et leurs dirigeants doivent faire davantage pour gagner la confiance de toutes les parties prenantes. De multiples séances ont mis en lumière la façon dont les hiérarchies prospèrent grâce au contrôle et aux conflits, et le sport – de par sa conception consciente ou inconsciente – a parfois opposé les plus vulnérables les uns aux autres, en particulier les femmes et les personnes LGBTQI+, les personnes de couleur, les garçons et les filles, les personnes ayant des identités visibles. et des handicaps invisibles, et d’autres avec des identités qui se croisent et se chevauchent. Trop souvent, ceux qui sont célébrés dans le sport ont été déçus. La discrimination, les préjudices ou les abus dans le sport, que ce soit sur la base de la race, du sexe ou de tout autre facteur, affectent les individus et se répercutent sur des groupes et des communautés entiers. Des athlètes et bénévoles aux travailleurs, supporters et communautés qui donnent vie au sport et à ses événements, en passant par les journalistes qui racontent leurs histoires, des exemples issus de tous les sports montrent comment des personnes se sont vues refuser la reconnaissance et les récompenses qui leur étaient dues, et exclus des décisions qui les concernent. Pour renouveler l'acceptabilité sociale du sport, les panélistes ont appelé les institutions de l'ensemble de l'écosystème sportif à se débarrasser des structures obsolètes et à renforcer la responsabilité en cas de comportement abusif et préjudiciable. Le travail nécessite des processus, des pratiques et des structures plus inclusifs et participatifs.

Partager l’autorité, garantir la responsabilité

Un fil conducteur tout au long du SCF23 était l’appel lancé aux institutions sportives de céder un certain pouvoir aux personnes qui donnent vie au sport afin de mieux permettre au sport de réaliser pleinement son potentiel bénéfique. Pour reprendre un message cité lors de la conférence, selon les mots de Thomas Bach, président du CIO, il s'agit de « changer ou être changé ».

Trop souvent, le discours et la réalité des règles du jeu équitables dans le sport ne correspondent pas. De John Carlos, Tommie Smith et Peter Norman à Caster Semenya, Jenny Hermoso et Azeem Rafiq, des athlètes qui ont osé exprimer leurs vérités, parler de discrimination, d'abus et de pressions pour se conformer aux normes dominantes en matière d'héritage, de genre et de comportement, ou se défendre et défendre leur autonomie corporelle, en ont souvent payé le prix. Dans de tels cas, les athlètes risquent de perdre leur financement et leur parrainage, ou d’être diffamés, déshumanisés ou exclus des sports qu’ils aiment depuis leur enfance. Les lanceurs d’alerte dans les cas d’abus sexuels et d’intimidation risquent d’être à nouveau traumatisés par les enquêtes et les procédures judiciaires censées leur offrir réparation. Beaucoup ne connaissent la justice que grâce à la solidarité des associations de joueurs ou en sacrifiant leur carrière sportive et en luttant pour ce qui est juste alors qu’ils n’ont plus rien à perdre. Le sort des personnes touchées doit être pris au sérieux et tous doivent se tenir aux côtés des personnes lésées. Il était évident tout au long du SCF23 que de plus en plus de parties prenantes de l’écosystème recherchent le changement.

Les athlètes sont des travailleurs et, lorsqu’ils s’expriment, ils sont également des défenseurs des droits humains qui ont besoin d’un soutien collectif et d’une solidarité. Ils sont libres et égaux en dignité et en droits, mais leur dignité passe avant tout. Cela vaut également pour toutes les personnes concernées par le sport. Les supporters – comme ceux qui ont perdu la vie ou qui ont failli être ratés lors des bousculades dans les stades de football de 2022 – ont également besoin de protection et d’être traités avec respect, tout comme les journalistes sportifs qui opèrent dans des environnements à haut risque et qui risquent eux-mêmes la discrimination, le harcèlement et arrestations arbitraires. Les travailleurs – dont beaucoup sur les chantiers de construction des stades et dans les chaînes d’approvisionnement sportives ont enduré des conditions de travail dangereuses et ont été exploités – devraient également s’attendre à mieux. Tous méritent d'être protégés et de jouir du droit de s'organiser et de négocier collectivement, de faire entendre leur voix, de bénéficier de l'équité salariale entre les sexes, de conditions de travail équitables et de droits à la maternité, et, en tant que garçons et filles, d'être protégés contre les abus ou la traite grâce à des programmes d'entraînement sportif. Dans le sport et autour du sport, toute personne s’attend à un travail décent et à se sentir en sécurité physiquement et psychologiquement, à l’abri de la violence, de l’intimidation et du harcèlement.

Favoriser le changement de leadership et de culture

De nombreux intervenants du SCF23 ont souligné que le sport d’aujourd’hui ne donne pas suffisamment la priorité aux droits de l’homme et à la diversité, le pouvoir continuant trop souvent de protéger ceux qui sont déjà au pouvoir. Une nouvelle génération de dirigeants cherche à modifier la culture sportive pour briser les plafonds de verre et impliquer plus activement les groupes historiquement marginalisés qui ont longtemps été exclus de la prise de décision. Les participants ont reconnu que le sport est encore à la traîne en matière de planification de la relève, de progrès technologiques, de marketing et de partenariats ciblés. Des problèmes tels que l’inéquité salariale, le manque de liberté d’expression, la discrimination systémique, les abus sexuels et les dommages causés à la santé mentale et physique des athlètes prennent trop de temps à être résolus. Des générations entières d’athlètes, en particulier de filles, souffrent ou ne pratiquent pas le sport en raison de ces défis systémiques. Dans les bastions du sport en Europe, en Amérique du Nord et au-delà, la haute direction des organisations mondiales représente rarement la diversité de ses membres ou est au mieux symbolique, avec des hommes, souvent des hommes blancs plus âgés, continuant de détenir le pouvoir aux dépens des noirs, des bruns. et les peuples autochtones, les jeunes, les minorités religieuses, les femmes ou d'autres groupes marginalisés. Les participants ont entendu dire que ceux qui occupent des postes de direction semblent trop souvent réticents au changement, ou simplement effrayés ou incertains par où commencer.

Le leadership du XXIe siècle exige responsabilité, capacité et motivation. Un nouveau type et une nouvelle génération de dirigeants frappent à la porte. Les principaux représentants des organismes sportifs ont reconnu que le pouvoir implique des responsabilités, ont reconnu les problèmes et ont discuté des mesures pratiques prises pour garantir que les erreurs ne se reproduisent pas. Les dirigeants devront peut-être désapprendre les préjugés, reconnaître qu'ils n'ont pas eux-mêmes les réponses et - comme le font de plus en plus les organismes sportifs - demander l'aide d'experts en droits de l'homme et travailler main dans la main avec les personnes concernées comme les groupes de supporters, les communautés locales, les syndicats et les survivants d’abus. Cela offre l’opportunité de nouvelles solutions et de nouveaux récits.

Le SCF23 a entendu des appels pour que le sport adopte une combinaison de « matériel » de structures de gouvernance robustes et de « logiciels » de changement culturel. Cela va au-delà des politiques. Le sport peut tirer des leçons de l’agenda environnemental, social et de gouvernance (ESG), en transformant un leadership fort en pratiques organisationnelles durables adaptées à l’avenir. Du côté « social » ou des droits de l’homme, cela signifie suivre la feuille de route définie dans les Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme (UNGP) et les instruments compatibles comme les Principes directeurs de l’OCDE à l’intention des entreprises multinationales. Ancrées dans les principes internationaux des droits de l'homme, ces normes attribuent des responsabilités en matière de droits de l'homme aux acteurs économiques - des universités aux organismes sportifs, en passant par les sponsors et les sociétés de radiodiffusion - indépendamment du gouvernement, et sont de plus en plus intégrées dans les entreprises, intégrées dans les normes de gestion et renforcées dans la loi. comme la prochaine directive européenne sur le devoir de diligence en matière de durabilité des entreprises (CS3D), qui pourrait avoir une portée considérable. Cela va au-delà de la législation et des pressions extérieures, les entreprises étant déjà en route reconnaissant le coût de ne pas s’attaquer de manière globale aux impacts négatifs sur les personnes. Comme l’a dit un délégué, si l’on n’examine pas les risques pour les personnes, on n’aborde pas les risques de manière globale. L’un des points clés à retenir est que la prévention est toujours la meilleure forme de recours et de gestion de la réputation.

Le SCF23 a noté comment les principales instances sportives, notamment le CIO, la FIFA et l'UEFA, ont pris des engagements forts et intégré les normes relatives aux droits de l'homme dans leurs exigences en matière d'organisation d'événements et au-delà. Le voyage commence avec les dirigeants qui assument leurs responsabilités et forgent de nouveaux modèles de leadership et d’engagement, cimentés par un changement organisationnel et culturel centré sur les personnes et une diligence raisonnable rigoureuse. Il n’y a aucun obstacle à la réalisation de ce travail et aucune raison de ne pas s’y lancer. La diligence raisonnable en matière de droits de l'homme exige, entre autres choses, le perfectionnement des compétences et des ressources, et une vision prospective pour comprendre les impacts potentiels sur les personnes des activités dans le sport, dans les chaînes d'approvisionnement et lors des tournois, parler aux personnes qui ont été lésées et faire quelque chose pour prévenir les préjudices, atténués ou corrigés, notamment en utilisant des leviers contractuels et autres avec les partenaires. Les journalistes sportifs, les experts et ceux qui ont une expérience vécue ont un rôle à jouer dans les enquêtes et les reportages sur les performances, avec des processus de recours et de réparation qui donnent la priorité aux personnes. Il a été réitéré qu'il est impossible d'être à 100 % sans risque ni de garantir que les survivants ne seront pas traumatisés à nouveau par les enquêtes, mais la diligence raisonnable en matière de droits de l'homme peut être pratique et opérationnelle. Pour décomposer des tâches qui semblent difficiles, il faut identifier qui est le mieux placé pour soutenir, y compris les experts et ceux qui ont une expérience vécue des problèmes. Si les abus se nourrissent du secret, de la tromperie et de l’isolement, l’antidote est la communication, la transparence, la clarté et la collaboration.

Reconstruire la confiance commence par l’écoute. Les intervenants ont clairement indiqué que ceux qui avaient des griefs ne constituaient pas le problème mais qu'ils pouvaient devenir des partenaires pour trouver de meilleures solutions, notant que les structures héritées et les comportements abusifs n'avaient pas été contestés. Grâce à l’implication sûre et directe et à la perspicacité de ceux qui ont vécu des préjudices, les organismes sportifs peuvent renforcer leur légitimité. Qu'il s'agisse d'évaluations des risques, de compréhension des risques saillants et qui doivent être priorisés, en passant par les enquêtes et les processus de réparation tenant compte des traumatismes, les institutions sportives et les dirigeants doivent entendre directement les voix de ceux qui ont enduré des injustices historiques et ont été confrontés à des inégalités entre les sexes. toujours conscient de la façon dont les différents aspects de l'identité d'une personne se croisent, se chevauchent et impliquent des risques, des besoins et des expériences spécifiques pour elle. Il a été rappelé aux délégués que si vous êtes dans la salle, vous devez regarder autour de vous et voir qui manque, demander conseil à des experts, rechercher des voix non évidentes, en particulier celles des victimes et des survivants, et recruter des athlètes et d'autres personnes susceptibles de le vouloir. messagers. Le travail n’est pas toujours facile et implique souvent de se sentir à l’aise avec l’inconfort.

Créer un espace de dialogue et d’apprentissage partagé

Le travail à accomplir pour renforcer le respect des droits de l’homme dans le sport nécessite de la sincérité, une éducation continue, une sensibilisation et des opportunités de dialogue constructif avec les mentors. En privé, de nombreux dirigeants sportifs admettent un manque fondamental de formation sur le développement du leadership, la recherche de talents et les aspects de l’élément humain du changement organisationnel, jusqu’à la manière de mener des enquêtes auprès des victimes et des survivants. L'aide est à portée de main. Des cadres et des outils existent déjà, depuis les normes clés des droits de l'homme jusqu'à une nouvelle résolution du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies qui cherche à forger un monde du sport exempt de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l'intolérance qui y est associée, en passant par des initiatives sectorielles telles que le Cadre d'équité du CIO. , Inclusion et non-discrimination sur la base de l’identité de genre et des variations sexuelles. Des outils pratiques conçus pour le sport, tels que la prochaine boîte à outils Roadmap to Remedy du CSHR, fourniront également des conseils dans des domaines difficiles spécifiques. Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme a été parmi ceux qui ont reconnu le rôle du CSHR en tant que foyer institutionnel distinct pour les efforts internationaux visant à sensibiliser, à éduquer et à agir à l'intersection entre le sport et les droits. Du CSHR, de son conseil consultatif et des organisations engagées, aux amis de l'ensemble de l'écosystème, notamment du monde universitaire, de la société civile, des partenaires du secteur privé, des institutions gouvernementales et intergouvernementales, nombreux sont ceux qui sont prêts à collaborer davantage.

L'amplification des histoires des gens est vitale pour le progrès social, mais celui qui raconte l'histoire est aussi important que l'histoire elle-même. Les jeunes journalistes, y compris les femmes et ceux issus de minorités raciales, religieuses et d'identités diverses, doivent eux-mêmes souvent se battre pour raconter des histoires liées au sport du point de vue des communautés qu'ils représentent. Même si de nombreux diffuseurs accueillent des perspectives plus diversifiées et facilitent une couverture sportive plus large, il reste encore du travail à faire. Les abus commis contre Jenny Hermoso après la finale de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA 2023 ont, à juste titre, fait la une des journaux mondiaux et ont été condamnés, mais les femmes racialisées, de l'Argentine à la Zambie, vivant des situations analogues, n'ont pas reçu la même attention. Des questions doivent être posées, par exemple : pourquoi y a-t-il tant de vitriol sur la question des droits des transgenres dans le sport, ou contre les joueuses musulmanes en France qui portent le hijab alors que d'autres manifestations de foi sont acceptées ? Est-ce au moins en partie parce que le public entend si rarement des personnes ayant une expérience vécue ou des journalistes de ces groupes ?

Le chemin vers la vérité commence par une conversation. Le sport est un espace pour de nouveaux récits, et dans la perspective de la Coupe du Monde de la FIFA 2026 au Canada, au Mexique et aux États-Unis, des représentants des villes hôtes, de la FIFA et des coalitions de la société civile, des syndicats et des voix des athlètes ont discuté de la manière de prêcher par l'exemple en matière de diligence raisonnable et de droits de l'homme. donner vie au sport et aux droits de l’homme au niveau de la ville hôte. Pour eux, l’engagement des parties prenantes est le plancher et non le plafond. Cela implique d’intégrer l’expertise des organismes publics, des organisateurs d’événements, des experts et des militants des droits de l’homme et du travail, et de donner la priorité aux connaissances et perspectives locales. L’avis d’un mélange diversifié de personnes concernées s’avère essentiel, et il faut rappeler qu’on ne peut pas attendre d’une personne ayant un ensemble d’expériences vécues qu’elle parle au nom de tous. En parallèle, des normes minimales strictes sont impératives, depuis les questions de discrimination - pour garantir l'égalité de traitement des communautés diverses et intersectionnelles, jusqu'aux garanties sur le droit de s'organiser - afin que les normes internationales prévalent pour les événements mondiaux, même lorsque des incohérences surviennent au niveau national ou local. .

Une communication régulière, un dialogue continu, l'adaptabilité et la transparence peuvent contribuer à garantir que les personnes concernées sont traitées comme des acteurs et non comme des spectateurs. Les participants ont pu découvrir comment les villes hôtes, les groupes de la société civile, les syndicats, les commissions nationales et locales des droits de l'homme, les défenseurs des droits de l'enfant et bien d'autres encore, ont joué un rôle déterminant dans l'élaboration du prochain cadre des droits de l'homme des villes hôtes de la Coupe du Monde de la FIFA 2026. Cela guidera les villes dans l'élaboration de leurs plans d'action en matière de droits de l'homme adaptés au niveau local et fournira des détails sur l'inclusion, la protection, les droits des travailleurs et l'accès aux recours, en identifiant ces domaines et d'autres domaines de risque importants en matière de droits de l'homme à prioriser, y compris les droits des populations sans abri, une police responsable. et la protection des défenseurs des droits de l’homme et des journalistes. En facilitant l’action et en cédant un certain niveau de pouvoir et de contrôle pour être plus inclusif, cette expérience montre comment il est possible de surmonter le scepticisme initial, de rétablir la confiance, de prévenir les préjudices qui surviennent ou de se reproduire et d’être prêt à arranger les choses si nécessaire. Comme peuvent l’affirmer les organismes sportifs et leurs partenaires commerciaux qui ont déjà pris ces mesures, le travail est puissant et peut aider les organisations à comprendre les réalités auxquelles les gens sont confrontés dans leurs activités, à combler les lacunes et, finalement, à prendre de meilleures décisions. L’un des messages clés adressés à tous les participants était qu’une fois la vérité du passé reconnue, parallèlement aux efforts continus d’écoute et de rétablissement de la confiance, alors collectivement, un avenir meilleur pour le sport serait à notre portée.

Tout comme les droits de l’homme et la démocratie ne se maintiennent pas d’eux-mêmes mais doivent être défendus avec vigilance contre l’autoritarisme, le populisme et l’impunité, le pouvoir du sport dépend de ceux qui l’exercent. Chacun de nous a un rôle à jouer. Les délégués du SCF23 ont été invités à identifier leurs rôles respectifs dans l'écosystème sportif, à assumer leurs responsabilités personnelles et institutionnelles, à entreprendre un parcours d'auto-éducation et à se battre pour un avenir du sport accueillant et respectueux de toutes les personnes impliquées. La réalisation progressive des droits de l’homme dans le sport est une responsabilité partagée qui nécessite une collaboration entre tous les acteurs, un sentiment qui a inspiré le hashtag SCF23 : #TeamHumanRights. Grâce à la coopération, au dialogue et à l'action collective entre les gouvernements, les organisations sportives, les entreprises, la société civile et les syndicats, les athlètes, les groupes de supporters, les journalistes, les fondations et autres, nous pouvons récupérer, comme le rappelle une vidéo spéciale réalisée pour l'événement, la vision unificatrice de Nelson Mandela. du pouvoir transformateur du sport.

Articles Relatifs