Grondement V3

Echoes of the Rumble : contextualiser un moment historique qui continue de résonner

La boxe, sport profondément ancré dans le combat physique, se retrouve souvent à la croisée de l’éthique, de la morale, des droits de l’homme et des perceptions sociétales. Cette affirmation obsédante de Ralph Ellison offre une perspective profonde à travers laquelle considérer la danse complexe de la boxe avec identité et visibilité.

« Je suis un homme invisible. Je suis un homme de substance, de chair et d’os, de fibres et de liquides – et on pourrait même dire que je possède un esprit. Je suis invisible, comprenez, tout simplement parce que les gens refusent de me voir.  Ralph Ellison, l'homme invisible

Les boxeurs sont souvent aux prises avec l'invisibilité. Leur physique palpable sur le ring se juxtapose à l’aveuglement sociétal à l’égard de leurs récits, de leurs luttes et de leur individualité. Historiquement, de nombreux combattants, en particulier ceux issus de milieux marginalisés, sont devenus de simples outils au sein d’un système plus étendu, leur essence étant réduite à un spectacle pour les masses. Cet effacement systématique résonne au cœur même du travail d'Ellison : la lutte pour la reconnaissance individuelle face aux préjugés sociétaux écrasants.

Cette danse de visibilité et d'invisibilité est devenue encore plus prononcée lors de l'un des moments les plus emblématiques de la boxe, le Championnat du monde des poids lourds en 1974. Il a été disputé entre l'ancien champion Muhammad Ali et le champion en titre alors invaincu, George Foreman. Plus tôt en 1974, Ali avait battu Joe Frazier pour avoir le droit d'affronter Foreman pour le championnat. Le combat a eu lieu il y a quarante-neuf ans aujourd'hui, le 30 octobre 1974 à Kinshasa, au Zaïre (aujourd'hui République démocratique du Congo). Mais c’était bien plus qu’un match de boxe. Ali visée au combat sous le nom de « Rumble in the Jungle » – et le nom est resté. Le Rumble a transcendé le monde du sport, porteur d’une profonde signification historique, sociale, politique, en matière de droits de l’homme et culturelle, tant au niveau local qu’international.

Le Centre pour le Sport et les Droits de l'Homme (CSHR) en partenariat avec la compagnie de théâtre Rivet organise une représentation unique et spéciale de "Rumble dans la revanche de la jungle" sur Février 31. Rematch réinvente les plus grands moments sportifs de l'histoire sous la forme d'incroyables événements immersifs. Avec cet événement spécial, le CSHR a l'opportunité de rassembler la communauté du sport et des droits de l'homme à Londres pour se connecter les uns aux autres, et également rendre hommage à l'héritage des droits de l'homme de Muhammad Ali. C'est également un moment approprié pour l'annonce de la nomination du Dr Harry Edwards comme nouveau parrain de la CSHR.

Le Rumble était un vitrine spectaculaire de la diaspora noire - un concours entre deux hommes noirs, promu par un homme noir (le tristement célèbre Don King) dans un pays africain nouvellement indépendant. Les événements construits autour du combat comprenaient :Zaïre 74', un festival de musique de trois nuits mettant en vedette certains des meilleurs talents musicaux noirs d'Amérique et d'Afrique, notamment James Brown, BB King, The Spinners, Miriam Makeba et Zaïko Langa Langa. Cela a rendu le combat encore plus mémorable en tant qu’affaire culturelle diasporique et panafricaine. 

Cependant, le combat n’a pas été sans ombres. Le combat était autant un spectacle politique qu’un événement sportif. Au cours des années 1960 et 70, un nombre croissant de pays africains obtenaient leur indépendance vis-à-vis de leurs colonisateurs. Le sport était souvent considéré comme un moyen d’unifier les nations et les peuples nouvellement indépendants. De 1885 jusqu’à l’indépendance en 1960, la population locale du Congo a été confrontée à des atrocités généralisées et à une fuite systémique des ressources sous la domination coloniale belge. Dans un contexte de destruction coloniale et de géopolitique de la guerre froide, le pouvoir au Congo a été pris par le dictateur militaire Mobutu Sese Seko en 1965 au Premier ministre Patrice Lumumba, leader indépendantiste de gauche démocratiquement élu.

Le Rumble a été présenté comme symbolisant l'émergence de l'Afrique en tant qu'acteur important dans le monde du sport, du divertissement et de la politique, une bataille pour la fierté et la reconnaissance africaines. Mobutu l'a présenté comme un symbole de l'unité et du progrès africains, acceptant de verser à chaque boxeur 5 millions de dollars pour sa participation, d'attirer l'attention du monde sur son pays et de détourner l'attention de son régime autoritaire, des violations des droits de l'homme et des défis politiques et économiques auxquels la nation est confrontée. Il est probable qu'Ali et Foreman étaient au courant de la tactique de Mobutu consistant à utiliser la lutte comme un moyen de mettre son pays en danger. carte. Cependant, aucun des deux boxeurs n'a fait de commentaire sur Le despotisme de Mobutu. À bien des égards, les dimensions conflictuelles et contestées du Rumble représentent les mêmes caractéristiques que nous continuons de constater avec l'organisation de événements méga-sportifs comme démonstrations de soft power, de positionnement politique, de construction d’alliances et d’image de marque nationale. En effet, l’idée selon laquelle les lunettes sportives peuvent détourner l’attention ou détourner l’attention des réalités sociopolitiques et des violations des droits de l’homme est désormais une voie largement répandue. 

Le Rumble était également en grande partie un produit de son époque particulière. Ali et Foreman ont servi de mandataires pour pensées politiques distinctes. On peut soutenir que les deux boxeurs sont devenus des pions dans un jeu géopolitique géant, leurs identités et leurs images étant potentiellement récupérées pour des programmes plus larges. 

Ali était une figure éminente et rebelle du mouvement des droits civiques et représentait le nationalisme noir et la résistance au pouvoir noir. À la fin des années 1960, Ali était devenu en quelque sorte un homme « politiquement » invisible. Lorsqu’Ali a refusé d’être incorporé dans l’armée pendant la guerre du Vietnam en 1966, il s’est vu retirer son passeport, ses titres de boxeur et a été incapable de se battre pendant près de quatre ans. Malgré son statut et sa réputation mondialement reconnus, Ali a été mis à l’écart par de puissantes institutions qui ont refusé de voir ou d’accepter ses convictions anti-guerre. Le Rumble n'était pas seulement un combat pour le titre des poids lourds mais une affirmation symbolique de la réémergence d'Ali dans la visibilité.

Foreman, en revanche, était considéré comme une figure établie et nationaliste patriotique. Aux Jeux olympiques de Mexico en 1968, lorsque Tommie Smith et John Carlos organisèrent le salut au pouvoir noir, Foreman a célébré sa médaille d'or en boxe avec un drapeau américain. Ainsi, alors qu’Ali était considéré comme une figure anti-impérialiste et antiraciste, Foreman était perçu et dépeint (peut-être un peu inexacte) pour refléter les valeurs de l'établissement. Même en termes de prouesses en boxe, Foreman, présenté comme une force indomptable, et parfois réduit à un simple emblème de force brute. En revanche, Ali a été félicité pour sa stratégie, en particulier sa tactique "corde-à-dope" pendant le Rumble. Ali et Foreman sont devenus plus que de simples boxeurs ; ils étaient des symboles représentant des récits et des communautés plus larges. Ces récits, bien que convaincants, risquaient de priver les deux combattants de leurs personnages aux multiples facettes.

L'activisme et les positions politiques d'Ali, en particulier son plaidoyer contre la guerre, l'ont aidé à établir des liens étroits avec la population locale de Kinshasa et à obtenir son soutien. Par conséquent, la performance d’Ali contre Foreman a été considérée comme faisant partie de la lutte de tous contre l’injustice, les inégalités et l’impérialisme. Sa victoire a été considérée comme un triomphe des peuples afro-américains et africains et de leurs valeurs, ainsi que des communautés postcoloniales du monde entier. Il a inspiré toute une génération d’artistes, d’activistes et de boxeurs. Kinshasa célèbre sa victoire pendant des jours. Le Rumble a également été une étape culturelle, l'expression « Rumble in the Jungle » devenant elle-même une référence culturelle pour tout affrontement ou confrontation majeur.

Bien que le Rumble ait été une réalisation sportive et culturelle importante, il a laissé un héritage contesté. Mobutu a récolté massivement bénéfices personnels de l'événement. Sa corruption et l'appauvrissement du pays et de ses ressources ainsi que les violations des droits de l'homme commises sous son régime sont bien documenté. Le stade qui servait de lieu du combat abrite un club de boxe nommé en l'honneur d'Ali. Cependant, il existe peu de preuves suggérant que le Rumble a laissé un héritage sportif transformationnel au Congo ou en Afrique. En effet, garantir l'héritage social des événements majeurs continue d'être un défi dans la plupart des endroits, un sujet sur lequel le CSHR travaille intensivement, notamment à travers un nouveau manuel sur les méga-événements sportifs et les droits de l'homme.

Le Rumble incarne également les complexités de la boxe, de l’identité et du pouvoir. Ali et Foreman, à travers leurs rôles dans l'événement, ont navigué dans les eaux troubles de la visibilité et de l'invisibilité, luttant non seulement l'un contre l'autre, mais aussi contre le poids de l'histoire, de la politique et des attentes sociétales. Dans un monde où les athlètes sont souvent réduits à de simples statistiques ou à des titres sensationnels, il est essentiel de se souvenir des paroles poignantes d'Ellison. Derrière le spectacle, derrière les récits, se cachent des individus « de chair et d'os, de fibres et de liquides » qui, comme nous tous, cherchent à être vraiment vus.

Rumble in the Jungle Rematch est l'occasion de s'immerger dans ce contexte historique et sociopolitique et de réfléchir à l'héritage contesté du Rumble.

Articles Relatifs