Jouer le jeu Blog: Développement harmonieux de l'humanité

Les organisations sportives aiment se voir comme des promoteurs du développement social et de normes éthiques élevées. Mais le sport doit également éviter activement les préjudices et améliorer la situation des droits de l'homme partout où le sport est lié aux risques et aux abus. Sylvia Schenk écrit sur les attentes plus élevées auxquelles les organisations sportives répondent aujourd'hui.

S'il s'agit d'ambitions, les organisations sportives ont tendance à voir grand. Prenons la Charte olympique [1] et ses principes fondamentaux de l’Olympisme [2]:

<< L'Olympisme cherche à créer un mode de vie fondé sur la responsabilité sociale et le respect des principes éthiques fondamentaux universels >> et son << objectif est de mettre le sport au service du développement harmonieux de l'humanité, en vue de promouvoir une société pacifique soucieuse de la préservation de la dignité humaine ».

Le mouvement olympique, composé des Fédérations Internationales (FI), des Comités Nationaux Olympiques (CNO) et d'autres organisations reconnues par le Comité International Olympique (CIO), doit se conformer à la Charte Olympique. Il faut donc s'attendre à ce que les droits de l'homme figurent en bonne place dans l'agenda du sport international. Et en effet, le principe fondamental numéro 4 stipule que "la pratique du sport est un droit humain". tandis que le numéro 6 interdit toute forme de discrimination.

Sans aucun doute, le CIO et ses constituants promeuvent et soutiennent le sport pour tous ainsi que le développement des athlètes du monde entier et ont, étape par étape, ouvert des portes à des groupes discriminés et vulnérables, s'engageant ainsi pour la diversité. Visant 50% de femmes aux Jeux Olympiques [3] (avec des athlètes féminines de tous les pays participants, bien que son effet soit vu de manière controversée [4]), les Jeux paralympiques démontrant les capacités admirables des personnes handicapées et l'équipe des réfugiés aux Jeux olympiques de 2016 à Rio de Janeiro sont des exemples qui envoient des signaux importants, ayant un impact même au-delà du sport.

Surveillance accrue
Néanmoins, le mouvement olympique a fait l'objet d'un examen public accru en ce qui concerne ses antécédents en matière de droits de l'homme ces dernières années. Ceci est également une conséquence des Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme (UNGP) [5], approuvés en 2011, confirmant que l'obligation des États "de protéger et de réaliser les droits de l'homme" [6] doit être complétée par la responsabilité des «entreprises commerciales»… «de respecter les droits de l'homme» [7]: Elles devraient «éviter de porter atteinte aux droits de l'homme d'autrui et s'attaquer aux effets négatifs sur les droits de l'homme auxquels elles sont impliquées» [8].

Cela a mis le secteur des entreprises en tant qu'acteur dans le domaine des droits de l'homme constamment sous pression, en particulier lorsque des catastrophes comme le Rana Plaza en avril 2013, tuant plus de 1,000 9 travailleurs au Bangladesh [XNUMX], ont conduit à des campagnes ainsi qu'à des poursuites judiciaires par le commerce. les syndicats et les organisations non gouvernementales.

Ne pas nuire est une obligation
Ainsi, alors que les organisations sportives au cours de la première moitié de cette décennie ont continué à se concentrer sur le bien que le sport peut faire, l'approche globale de la responsabilité des acteurs non étatiques a été élargie par l'UNGP. L'évaluation des risques, la prévention et le recours - pour les abus survenant malgré la mise en place de mesures de prévention - sont considérés comme une obligation. Quelle que soit l'activité d'une entreprise, l'exigence générale est "Ne pas nuire!", Ce qui signifie que faire du bien à certains égards ne peut pas l'emporter sur les dommages causés dans d'autres domaines: inviter une équipe de réfugiés à Rio, c'est bien, faire expulser des favelas pour construire le village olympique [ 10] n'est pas et sape tout ce que le CIO - et / ou un hôte olympique - fait.

Il n'est donc pas étonnant que la contribution du sport, entre autres, à l'autonomisation et à la santé, et son rôle reconnu en tant que "catalyseur du développement durable" dans le Programme de développement durable à l'horizon 2030 de l'ONU [11] ne suffisent plus pour s'acquitter des responsabilités en matière de droits humains. Les attentes plus élevées concernant les activités des entreprises dans le domaine des droits de l'homme ont également relevé la barre pour les organisations sportives. Non seulement parce que les grands événements sportifs comme les Jeux Olympiques, la Coupe du Monde de la FIFA et l'UEFA EURO sont de grandes entreprises avec les organisations sportives derrière eux qui rapportent beaucoup d'argent. Pour «l'autonomie du sport», un principe que le CIO et d'autres défendent avec rigueur, la responsabilité est une condition préalable comme l'a déclaré l'Union européenne dans la communication de la Commission sur le développement de la dimension européenne dans le sport 2011 [12] et confirmée par le président du CIO, Dr. Thomas Bach dans un discours prononcé à l'Assemblée générale des Nations Unies 2013 [13].

Cela conduit à la conclusion que les organisations sportives ont la même obligation - ou, compte tenu de leurs ambitions élevées, encore plus - l'obligation de respecter les droits de l'homme que le secteur des entreprises.

Les Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme (UNGP)
Tout d'abord, l'UNGP ne contient aucun nouveau droit - il est basé sur la Charte internationale des droits de l'homme (qui comprend la Déclaration universelle des droits de l'homme, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques et le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et Droits culturels), les conventions existantes des Nations Unies sur les droits des femmes, les droits des enfants, etc. [14], et la Déclaration de l'Organisation internationale du travail relative aux principes et droits fondamentaux au travail [15].

Deuxièmement, l'UNGP définit le champ d'application: une entreprise commerciale n'est pas seulement responsable des "effets négatifs sur les droits de l'homme" qu'elle "cause ou contribue" par ses propres activités, y compris les actes et omissions [16]. Il doit également "chercher à prévenir ou à atténuer les impacts négatifs sur les droits de l'homme" qui lui sont directement liés, même s'il n'a "pas contribué à ces impacts" [17]. La responsabilité couvre toutes les relations commerciales, par exemple au sein de la chaîne d'approvisionnement.

Troisièmement, l'UNGP concerne la mise en œuvre, énumérant les étapes concrètes de la manière dont les entreprises peuvent respecter leurs obligations. Cela commence par un engagement de leadership et une évaluation complète des risques. Il n'est pas prévu (et généralement pas possible / utile) de travailler sur tous les risques et / ou impacts négatifs à la fois. Il faut établir des priorités en ce qui concerne les risques les plus saillants d'une part et les mesures ayant un impact spécifique élevé, c'est-à-dire qui peuvent facilement faire une grande différence pour les personnes affectées, d'autre part. Les parties prenantes internes et externes devraient être impliquées dans l'ensemble du processus [18].

Enfin, cela devrait alimenter une politique des droits de l'homme et un programme détaillé comprenant - outre les mesures de prévention - des mécanismes de réclamation, un suivi continu des initiatives prises, des rapports et des recours effectifs [19]. «Intégrer» les droits de l'homme dans les opérations quotidiennes, c'est-à-dire en faire une partie intégrante de la gouvernance d'entreprise, est la tâche écrasante.

Adaptation au sport
Il en va de même pour les organisations sportives: faire du respect des droits de l'homme un élément naturel de la bonne gouvernance.

L'UNGP peut être facilement adapté comme le fait la FIFA, la première fédération internationale approuvant une politique des droits de l'homme conforme à l'UNGP en 2017 [20], depuis lors, s'efforçant d'inclure une approche fondée sur les droits de l'homme dans toutes ses activités avec quelques étapes importantes déjà rempli.

Toujours en février 2017, le CIO, après consultation de l'Alliance du sport et des droits [21], a ajouté "une section destinée à renforcer les dispositions protégeant les droits de l'homme et à lutter contre la fraude et la corruption liées à l'organisation des Jeux Olympiques", mentionnant expressément l'UNGP , au nouveau contrat ville hôte [22]; en septembre 2018, le CIO a fondé son Code des fournisseurs sur l'UNGP [23] et est actuellement, avec le soutien d'experts, en train d'élaborer sa politique des droits de l'homme.

L'UNGP couvre un large éventail de sujets déjà débattus et traités dans le sport, par exemple le racisme (par exemple dans le football [24]), la discrimination à l'égard des femmes (par exemple l'utilisation du hijab en compétition [25]), les abus sexuels (par exemple le ' Affaire Nasser «en gymnastique aux États-Unis [26] ou initiatives concernant la protection des enfants [27]). Aucune organisation sportive n'a donc à réinventer la roue mais peut utiliser le nouvel instrument pour identifier les lacunes et adopter une approche systématique. Les programmes déjà lancés (par exemple les campagnes de lutte contre le racisme, le genre et les activités de sauvegarde) peuvent être intégrés, complétés et améliorés. Cela donnera non seulement des conseils clairs en interne, mais améliorera également le profil en externe.

Bien que cela semble facile, le mouvement olympique a encore du mal à impliquer les parties prenantes, en particulier le groupe le plus important: les athlètes. Leurs droits de l'homme et du travail étant fortement affectés par toute décision du CIO, de la FI et du CNO - par exemple le système antidopage [28], les questions d'éligibilité [29], il est nécessaire de développer un système de représentation garantissant le droit de s'exprimer pour tous les types d'athlètes [30].

En ce qui concerne les grands événements sportifs, tout le cycle de vie de l'événement doit être couvert - pas seulement la période entre la cérémonie d'ouverture et de clôture. Travailleurs blessés ou tués sur les chantiers de construction en raison de mesures de sécurité insuffisantes (par exemple en raison du manque de temps pour se préparer à l'événement) [31], manifestants ou journalistes détenus [32], discrimination des personnes LGBT + [33], expulsions forcées [34] - ce sont tous des exemples de risques pour les droits de l'homme qui peuvent être directement liés à l'organisation sportive responsable de l'attribution de l'événement à l'hôte spécifique.

L'application de l'UNGP n'entraîne pas nécessairement l'exclusion des pays de l'accueil, mais nécessite des critères d'appel d'offres [35] et des clauses du contrat hôte qui obligent la ville / le pays / le comité d'organisation hôte à respecter les droits de l'homme. Cela doit être suivi d'un plan d'action pour l'organisation et la réalisation de l'événement, par exemple tel que défini dans la candidature United retenue pour la Coupe du Monde de la FIFA 2026 [36], et un suivi étroit.

Défi et opportunité
Le plus grand défi dans ce contexte reste de savoir comment gérer la politique.

Personne ne s'attend à ce que les organisations sportives (ou les entreprises) résolvent tous les problèmes du monde, fassent campagne contre un gouvernement ou organisent des manifestations. La capacité de maintenir, voire d'ouvrir le dialogue dans des situations hostiles, est un avantage du sport international [37]. Mais la diplomatie, en tant que meilleure option, doit reposer sur une attitude cohérente à l’égard des droits de l’homme. Trouver le juste équilibre entre des discussions à huis clos (afin de ne pas embarrasser un gouvernement et même aggraver le problème) et une position claire en public (pour éviter le «sportwashing» [38] et gagner la confiance des groupes concernés) ne sera pas toujours être facile. Cela a été démontré en 2019 dans l'affaire Hakeem al-Araibi [39], où des efforts conjoints mais variés, notamment la FIFA, le CIO, les gouvernements et la société civile, ont finalement abouti à une solution [40].

Cela a également été le premier test pour le nouveau Centre pour les droits de l'homme et le sport [41] qui, sous la direction de la PDG Mary Harvey, a convoqué une série de conférences téléphoniques avec tous les acteurs, des organisations sportives aux gouvernements et aux organisations non gouvernementales.

L'énorme attention mondiale dont jouissent les principales organisations sportives et dont elles se servent volontiers pour trouver des hôtes généreux pour leurs événements et gagner de l'argent auprès des sponsors et des diffuseurs donne un levier qui peut et doit être utilisé pour éviter de nuire et d'améliorer la situation des droits de l'homme partout où le sport est lié aux risques et abus. Saisir cette opportunité non seulement pour le sport, mais pour le "développement harmonieux de l'humanité", fera en sorte que le mouvement olympique prenne la parole.

Références

(1) https://stillmed.olympic.org/media/Document%20Library/OlympicOrg/General/EN-Olympic-Charter.pdf#_ga=2.105015818.862704357.1564476928-905398718.1561990971

[2] Charte olympique, page 11

(3) https://www.olympic.org/women-in-sport/background

(4) https://www.care2.com/causes/saudi-arabia-hooray-for-female-olympic-athletes.html

(5) https://www.ohchr.org/Documents/Publications/GuidingPrinciplesBusinessHR_EN.pdf

[6] UNGP (FN 5), Principes généraux (a)

[7] UNGP (FN 5), Principes généraux (b)

[8] UNGP (FN 5), II.A.11.

(9) https://www.ilo.org/global/topics/geip/WCMS_614394/lang--en/index.htm

(10) https://www.independent.co.uk/news/world/americas/rio-2016-olympics-favela-shanty-towns-evicted-brazil-a7168221.html

(11) https://www.un.org/ga/search/view_doc.asp?symbol=A/RES/70/1&Lang=E– Number 37

(12) https://eur-lex.europa.eu/legal-content/EN/TXT/PDF/?uri=CELEX:52011DC0012&from=EN

(13) https://www.olympic.org/news/historic-milestone-united-nations-recognises-autonomy-of-sport

(14) https://www.humanrights.ch/en/standards/un-treaties/getting-started/ 

(15) https://www.ilo.org/declaration/thedeclaration/textdeclaration/lang--en/index.htm

[16] UNGP (FN 5), numéro 13 a).

[17] UNGP (FN 5), numéro 13 b)

[18] UNGP, (FN 5), numéros 18 b), 20 b)

[19] UNGP (FN 5), numéro 15.

(20) https://resources.fifa.com/mm/document/affederation/footballgovernance/02/89/33/12/fifashumanrightspolicy_neutral.pdf

(21) https://www.fanseurope.org/en/activities/die-sport-and-rights-alliance.html

(22) https://www.olympic.org/news/ioc-strengthens-its-stance-in-favour-of-human-rights-and-against-corruption-in-new-host-city-contract

(23) https://www.olympic.org/-/media/Document%20Library/OlympicOrg/IOC/What-We-Do/celebrate-olympic-games/Sustainability/Spheres/IOC-Supplier-Code-Final.pdf

(24) https://www.independent.co.uk/topic/racism-in-football

(25) http://en.thegreatermiddleeast.com/2017/01/hijab-ban-in-basketball-will-they-lift-it/

(26) https://www.nbcnews.com/news/us-news/gymnastics-doctor-larry-nassar-hit-new-sex-abuse-claim-n698741

(27) https://www.fifa.com/about-fifa/who-we-are/videos/coming-soon-launch-of-the-fifa-child-safeguarding-programme-and-toolkit

(28) https://www.wada-ama.org/en/media/news/2018-01/wada-welcomes-echr-decision-to-back-whereabouts-rules

(29) https://www.cbc.ca/sports/iaaf-caster-semenya-human-rights-1.5115453

(30) https://www.insidethegames.biz/articles/1077561/german-athletes-group-steps-up-call-for-increased-representation-and-bigger-share-of-olympic-revenue

(31) https://egyptindependent.com/tokyo-olympic-construction-race-raises-worker-safety-questions/

(32) https://www.theguardian.com/world/2015/may/15/azerbaijan-european-games-khadija-ismayilova

(33) http://theconversation.com/world-cup-russia-isnt-safe-for-lgbt-fans-and-qatar-2022-will-be-worse-99540

(34) https://www.business-humanrights.org/en/russia-human-rights-watch-launches-alternative-torch-relay-map-to-highlight-human-rights-abuses-related-to-2014-sochi-olympic-construction#c76933

(35) https://www.hrw.org/news/2018/06/12/fifa-2026-world-cup-bids-test-reforms

(36) https://resources.fifa.com/image/upload/proposal-for-a-united-human-rights-strategy-united-2026-bid.pdf?cloudid=s2xnrvfjg9kp0zelhxnt

(37) https://www.history.com/news/ping-pong-diplomacy;https://www.ittf.com/foundation/programs/pingpong-diplomacy/

(38) https://www.independent.co.uk/voices/tour-de-france-brussels-grand-depart-cycling-ineos-uae-bahrain-a8988741.html

(39) https://www.theguardian.com/football/2018/dec/06/hakeem-al-araibis-case-is-a-true-test-of-fifas-new-human-rights-policy;https://www.fifa.com/about-fifa/who-we-are/news/fifa-statement-on-hakeem-al-araibi; https://www.bbc.com/sport/football/46995272

(40) https://www.fifa.com/about-fifa/who-we-are/news/fifa-statement-on-hakeem-al-araibi-x3480

(41) https://www.sporthumanrights.org/

Articles Relatifs